Publicité

Accueil / Éditorial / [Éditorial] Japan Expo, des conventions et des hommes

Dossier Boichi

Publicité

Japan Expo - 17ème Impact

[Éditorial] Japan Expo, des conventions et des hommes

Japan Expo, l’événement annuel majeur de la culture moderne japonaise, se tiendra dans moins de cinquante jours. Pourtant, à ce stade, les annonces d’invités japonais ne se bousculent pas au portillon, particulièrement dans les domaines du manga et de l’animation.

Event habitué des gros guests, Japan Expo a assis sa réputation notamment en voyant défiler dans ses allées des artistes célèbres tels les CLAMP, Masakazu KATSURA, Tsukasa HÔJÔ, Takeshi OBATA, Gô NAGAI, Yoshiyuki SADAMOTO, Shin’ichirô WATANABE, Hiro MASHIMA, Naoki URASAWA, Yumiko IGARASHI, Tetsuo HARA, Natsumi AIDA, Ken AKAMATSU, entre des dizaines d’autres.

À ce stade, l’invité d’honneur manga n’a pas encore été annoncé, mais il se murmure que ce serait un mangaka de renom, à même de contenter le grand public.
En dehors de Redjuice (character designer), de Yoko HANABUSA (Gwendoline) invitée avec le concours d’Isan Manga, Linco (Chroniques de Lapicyan) ou de Harumo SANAZAKI, le casting 2016 semble, pour l’heure, un peu léger en comparaison des années passées.

Redjuice Japan Expo
©Project Itoh / HARMONY

Ce n’est pas faute de se démener, côté Japan Expo comme côté éditeurs, mais la situation sécuritaire effraie les éditeurs japonais qui ne se risquent pas à laisser venir leurs artistes en France.
De nombreux invités prévus pour la dernière édition de Livre Paris (ex Salon du Livre) ont d’ailleurs été annulés pour cette même raison. Les japonais étant très sensibles à l’aspect sécuritaire, ils désertent la France comme destination depuis les attentats de l’an passé.

Des éditeurs français habitués à faire venir des artistes nippons à Villepinte passeront leur tour cette année, faute d’avoir pu convaincre les intéressés. Il est assez peu probable de voir les choses se décanter à moins de deux mois de l’événement, même si des annonces sont bien prévues dans les semaines à venir. Il pourrait y avoir de menues surprises, venant d’où on ne s’y attend pas vraiment, dans le cadre de célébrations qui pourraient, si les choses se confirment, sauver un peu les meubles.

La présence d’artistes à Japan Expo ayant un impact non négligeable sur l’image de marque d’un festival qui s’est imposé comme la référence européenne du genre, cette situation subie est forcément un coup dur.

Le thème « french touch » de cette édition 2016, « prévu de longue date », a le mérite de minimiser cet aspect des choses avec plusieurs artistes français, inspirés ou travaillant au Japon, présents en force durant les quatre jours de l’événement.

Difficile de quantifier l’impact que représente la baisse du nombre d’invités nippons à Japan Expo sur l’intérêt des visiteurs et leur choix de faire, ou non, le voyage jusqu’au Parc des Expositions. Même s’ils sont finalement très peu nombreux à pouvoir approcher les artistes, leur présence annoncée agit comme un élément de motivation assez impressionnant sur le public.

Malgré tout, ce n’est pas la première année où la venue d’auteurs nippons est compliquée, et ça n’a jamais empêché le festival de gagner toujours plus de visiteurs, édition après édition.
Pour rappel, le festival espère 260.000 visiteurs pour son dix-septième impact, quand il en a accueilli plus de 247.000 l’an passé.

La conférence de presse, prévue dans quelques jours, lèvera peut-être les derniers doutes à propos d’un événement habitué à communiquer très en amont et qui a fait, depuis de nombreuses années, sa spécialité de faire venir de grands noms du manga et de l’animation japonaise en France.

Japan Expo - 17ème Impact




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Un commentaire

  1. Perso, j’ai les boules. J’ai fais pour la première fois les 4 jours parce qu’on me l’a offert. J’avais tout le temps pour faire des dédicaces. Mais il me semble que c’est pas la bonne année pour cela.

Laisser un commentaire

banner