Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Éditorial / [Éditorial] Naruto, 14 ans après…

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Publicité

[Éditorial] Naruto, 14 ans après…

Après quatorze années de parution française, le manga Naruto de Masashi KISHIMOTO tire sa révérence non sans avoir dominé pendant une décennie les charts de notre marché local.

Si Naruto débute sa pré-publication fin 99 dans le magazine Weekly Shônen Jump de Shueisha, c’est en mars 2002 qu’il débarque en version française chez Kana (label manga de Média Participations) alors que le titre compte déjà près de dix volumes reliés parus au Japon.

N’ayant jamais régné au sommet des ventes japonaises, le shônen de KISHIMOTO aura pourtant longtemps été numéro un chez nous avant d’être détrôné par l’actuel leader : One Piece.
Malgré tout, Naruto n’a pas à rougir avec plus de 18 millions de tomes écoulés de sa version française, sur les presque 200 millions dans le monde, et ses 620.000 exemplaires du seul tome un ! Dans sa période la plus faste, le titre sera imprimé à plus de 200.000 exemplaires par tome pour des ventes qui pouvaient facilement atteindre 130.000 unités sur une seule année.

Représentant à lui seul un tiers des ventes de son éditeur français, Naruto aura permis à Kana d’élargir son catalogue et de lancer des collections, qui n’auraient pu voir le jour sans le succès du shônen nekketsu de Masashi KISHIMOTO, telles que Sensei ou Made in.

Hors de tout contexte chiffré, l’impact indéniable de ce titre sur toute une génération de téléspectateurs et de lecteurs est indéniable. Il aura amené un grand nombre de passionnés vers le manga et l’animation japonaise, après avoir fait les beaux jours de la chaîne Game One qui dès 2006 va diffuser l’adaptation animée du studio Pierrot.
Depuis la fin de parution de Dragon Ball chez Glénat, c’est le premier titre générationnel de grande envergure qui se termine et laisse son lectorat orphelin, son personnage principal ayant grandit en même temps que les lecteurs/spectateurs. Ce fut même le premier “grand” shônen non issu des séries de La Cinq et du Club Dorothée à s’imposer de cette manière en France.

Quatorze ans et 72 tomes après, une page se tourne, le tome conclusif est paru. Si l’aventure à Konoha n’est pas encore terminée avec la parution en janvier du one-shot Naruto Gaiden, et par la suite du spin-off Boruto, reste qu’un titre majeur, même si contesté, tire sa révérence. Rien que pour ça, il mérite qu’on le salue. Merci Naruto. Merci maître KISHIMOTO. Bon vent !

Naruto, tome 72

Price: EUR 6,85

4.6 étoiles sur 5 (8 customer reviews)

11 used & new available from EUR 3,59




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner