Publicité


Accueil / Éditorial / [Éditorial] Fansub : quand la passion ne suffit plus

Dossier Boichi

[Éditorial] Fansub : quand la passion ne suffit plus

“L’affaire du premium” de la team de fansub Mystic Z-Team, connue pour s’occuper de l’animé Dragon Ball Super, a relancé une interrogation qui revient très souvent : que se passe-t-il quand la passion ne suffit plus à alimenter un site de fansub / scantrad ?

En effet, depuis pas loin de deux ans, la Mystic Z-Team s’est spécialisée dans la traduction et la distribution d’épisodes issus de la série Dragon Ball Super de Toei Animation. Après presque 90 épisodes réalisés, le responsable a interrogé sa communauté Facebook le 18 avril dernier sur l’intérêt qu’elle pourrait porter à un éventuel abonnement premium annoncé à 5€ par mois.
« Les abonnés premium auront droit à des épisodes de DBS sans aucune pub et avec une excellente facilité de navigation. Ils auront aussi droit à des épisodes de tout l’univers Dragon Ball (DB/DBZ/DBZ Kai/DBGT) en lien direct HD SANS AUCUNE PUB. »

Sans grand étonnement, la team s’est prit en pleine face une volée de bois vert, les intervenants signifiant que la Mystic Z-Team n’avait pas les droits d’exploitation de Dragon Ball Super et qu’il était donc impensable de payer.
Les responsables de l’équipe ont rapidement réagi, abandonnant l’idée : « Bon, l’idée du premium n’a pas plus. Tant pis. C’est vrai que nous ne possédons pas les droits. Notre idée est bête. »

L’histoire aurait pu s’arrêter là si un tweet de Grégoire HELLOT, directeur de collection de Kurokawarelayé par le compte du site de référence DB-Z.com, n’avait pas suscité une (petite) vague d’indignation.
C’est, semble-t-il, ce message qui a provoqué l’annonce de fermeture publiée ce jour par les responsables de la Mystic Z-Team sur leur compte Facebook, évoquant une « montagne de critiques adressée à [leur] team ».

Pourquoi avoir pris un choix aussi “radical”  ? Lassitude ? Vexation ? Pressions ?
Toujours est-il que cela met, de nouveau, en lumière les limites rencontrées par une team qui fait le choix de fansubber une licence à gros succès.
Si l’idée de départ est souvent la passion, la volonté de partager une série avec les autres (d’autant que DB Super est indisponible en simulcast malgré l’aura intacte de la licence Dragon Ball), que se passe-t-il quand une équipe qui travaille aussi vite que la Mystic Z-Team (environ 7 heures après la diffusion d’après une image partagée par DB-Z.com), pour qui cela demande forcément beaucoup de temps et de ressources, se retrouve avec énormément de téléchargement et de visionnages des épisodes qu’elle sort chaque semaine, sans rien toucher en retour ?
L’adage ne dit-il pas « tout travail mérite salaire » ?
Aussi illégal soit-il, le fansub demande un réel investissement de la part des différentes teams et il apparaît que la majorité des internautes qui viennent télécharger ou regarder leur épisode ne rend pas forcément ce que les “bénévoles” leur apportent. Peu de remerciements (hors communauté de fidèles), et bien évidemment pas d’argent (autre que la publicité, déjà source  conséquente de revenus).
Il devient, dès lors, peu étonnant de voir germer de telles idées chez certains fansubbers se disant probablement qu’ils méritent une gratification pour le temps et la sueur donnés. Déconnectés de la réalité les gens de la Mystic Z-Team ? Peut-être un peu, mais cela démontre aussi le cynisme ambiant dans le domaine du piratage. On parle beaucoup de partage, de passion, mais on ne partage qu’à son propre profit et la passion atteint rapidement ses limites.

Par contre, si le post proposant le premium a eu un impact limité sur la communauté de la team, il est intéressant de constater que celui d’annonce de fermeture a lui suscité déjà trois fois plus de réactions (au moment où j’écris ces lignes) avec, comme de bien entendu, son cortège d’insultes et d’indignations… Le soutien se fait tout de suite beaucoup plus massif quand le public perçoit la fin annoncée de sa source d’approvisionnement habituelle. La dualité de l’opposition/attrait permanent d’un public qui ne veut pas payer avec une équipe qui ne veut pas (plus ?) travailler pour rien…

Mystic Z-TeamQuand on prend le parti de traduire et de distribuer une œuvre, manga ou animé, sans en avoir le droit, il convient d’accepter que l’on ne touchera pas d’argent et que l’on risque des déboires judiciaires. C’est un jeu risqué, avec des ayant-droits sur le qui-vive, qui peut amener à une forte amende mais n’apporte pas grand chose de plus que quelques remerciements éparses.
Est-ce de la naïveté que de croire que l’on obtiendra plus ? Imagine-t-on réellement en faire une vraie source de revenus ? Il y a plus de risques et de frustrations à attendre de ce genre d’entreprise qu’autre chose.
La morale de ce genre d’histoire est finalement toujours un peu la même, et la conclusion similaire

Mise à jour du 24/04/2017 :
Tout ce mélodrame pour finalement décider de continuer, rendant tout cela encore plus pathétique…



A propos de Kubo

Kubo

Enfant de la « génération Club Dorothée », c’est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans et fan invétéré de Dragon Ball. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l’un des créateurs de Manga Mag.

5 commentaires

  1. Je vois pas quel soutient apporté à une bande de mecs en pyjamas dans leurs chambres un dimanche soir qui traduisent de l’anglais vers le français un épisode de 24 minutes surement sans se relire / adapté et avec un français surement aussi bon que le mien

    La meilleure posture à adoptée quand tu fais de l’illégal c’est la posture Despair Paradise, tu dis « Amen » à tout ce que disent les éditeurs (bah oui, tu restes un mec dans sa chambre en pyjama chez maman, tu vas pas faire le fou) et après t’évacues ta frustration sur ton chat, où discord et puis tu lâches quelques rip à droite et à gauche (si on te choppe tu dis « lol je rigolais quand je disais que c’était moi, désolé regardez je mets le lien vers vos simulcasts pour ma fanbase de pirates »)

    Ah et bien-sûr t’es un weaboo cringe qu’adore le ecchi et le hentai, ça semble être un critère de base chez les fansubbers 2.0 DE LA PASSION

    Mais une pensée à ces teams encore présentes dans l’ombre qui continuent de traduire d’excellentes séries pour les non-anglophones, des licences morte qui seront malheureusement jamais licencié car c’est beaucoup plus important les 30 animés de saison.

    • J’ai l’impression d’entendre certaines personnes caricaturer les jeux vidéos. Ton analyse est à peu prêt aussi intelligent. On sent bien que tu ne connais finalement pas grand chose de ce que tu décris.

  2. « La dualité de l’opposition/attrait permanent d’un public qui ne veut pas payer avec une équipe qui ne veut pas (plus ?) travailler pour rien… » Bien vu. Tout est dit. C’est effectivement si contradictoire que c’est en fait assez étonnant que le système de fan-sub tienne encore alors que les offres légales deviennent clairement intéressantes.

  3. Moi ce qui me choque c’est qu’on puisse être un « passionné » de Dragon Ball Super ^_^’

    Sinon bon ben je ne connais même pas cette team (j’en connais pas vraiment une seule en fait xD) mais j’ai toujours plus de respect pour des gens qui font du taff (pour bonnes ou mauvaises raisons, payés ou non payés d’ailleurs) que pour ceux qui regardetn ET se plaignent …

  4. Lorsque l’on fait un travail de scantrad ou de fansub de manière illégale, il ne faut s’attendre à beaucoup en retour. J’avoue que je ne suis pas le premier à remercier ces personnes alors que je le devrais pour toutes les séries que les sites de streaming légaux ne peuvent nous proposer. Je pense que c’est le minimum que nous pouvons leur offrir.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]