Publicité

Accueil / Éditorial / Dragon Ball Super en 2016… vraiment ?

Publicité

dbs-cover

Dragon Ball Super en 2016… vraiment ?

dragon-ball-super
DRAGON BALL SUPER © バードスタジオ/ 集英社・フジテレビ・東映アニメーション

Le retour du roi ! Le retour de la troupe au grand complet pour une nouvelle série (inédite en manga) de 100 épisodes : Dragon Ball Super !

Quel kiff pour tout fan du manga culte qu’est Dragon Ball que d’avoir l’opportunité de revoir ses persos favoris de retour à la TV ! Ces gars avec qui tu as grandis, qui t’ont fait vibrer.
A cette annonce, la première chose que tu te demandes c’est : « Qui va décrocher la timbale du simulcast ? Qui va obtenir les droits de diffusion en France ? »

Et bien, depuis quelques semaines, on a la réponse : personne.
Tout du moins pour le moment.

Les raisons semblent assez obscures, mais il apparaît que Toei Animation ne semble pas vouloir de diffusion simultanée en VOSTFR avec le Japon, et privilégierait une diffusion en version française sur une grande chaîne.

Toei Animation

Si on peut entendre l’argument de Toei quant à l’opportunité de toucher un nouveau public, plus jeune, qui n’a pas connu Dragon Ball / Z lors de sa diffusion TV sur TF1 (ou qui n’a pas forcément suivi Dragon Ball Z Kai lors de ses diffusions), on peut s’interroger sur la considération du producteur pour tout ce public de trentenaires qui a popularisé la licence, et en à fait l’objet d’un culte.

Comment mettre de côté tous ces spectateurs en puissance qui, aujourd’hui encore, continuent de suivre la licence via les rééditions du manga, les spin-offs, les toys et statuettes chez Bandai/Banpresto, l’animé à la télévision et les Blu-ray… ?

Comment complètement occulter ces consommateurs qui ont, aujourd’hui, les moyens de se payer les produits estampillés DBS quand, adolescents, cela leur était majoritairement inaccessible ?

Une primo diffusion en VOSTF aurait-elle réduit les chances de s’imposer en VF sur un grand network ?
Ou, a contrario, cela aurait-il permis de toucher deux publics distincts, se rejoignant sur une telle licence ?

dragon-ball-super_2 dragon-ball-super_1
DRAGON BALL SUPER © バードスタジオ/集英社・フジテレビ・東映アニメーション

Alors que je pensais que Toei Animation avait bien compris qui était leur public, qui était le cœur qui faisait vivre leurs licences (et a accueilli Sailor Moon Crystal comme il se doit), je constate qu’ils s’enferment dans une stratégie qui va pousser de nombreux spectateurs, dont ce n’est pas l’habitude, à aller pirater l’œuvre car son producteur à choisit de ne pas la rendre disponible, alors qu’il l’a fait pour ses autres licences majeures (Sailor Moon et Saint Seiya).

Certes Dragon Ball Super ne semble être qu’une sérialisation des récents films Battle of Gods et La Résurrection de ‘F’, ce qui a un intérêt limité pour tous ceux les ayant déjà vus, mais ça n’en reste pas moins du Dragon Ball.
Une oeuvre absolument culte et intemporelle qui a été le fer de lance de la popularisation du manga et de la japanime en France…

On parle, donc, aujourd’hui d’un début de diffusion VF, en France, à la rentrée scolaire 2016…

KUBO

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner