Publicité


Accueil / Dossiers / [Dossier] Saint Seiya – Partie 2 : Autour de la légende

[Dossier] Saint Seiya – Partie 2 : Autour de la légende

Saint Seiya – La Légende du Sanctuaire

de Keiichi SATO
1 film en 3D CGI

La Légende du Sanctuaire 1

Au commencement, il y avait une Déesse chargée de protéger la Terre, Athéna. Gardienne de l’équilibre, elle fut cachée des Forces du Mal. Quand sa vie est menacée, Seiya et les Chevaliers de Bronze endossent leurs armures. Ce sont les Protecteurs d’Athéna, les Chevaliers du Zodiaque. Pour sauver leur Déesse et l’avenir de la Terre, ils vont devoir atteindre le Sanctuaire du Grand Pope et y affronter sa légendaire armée des 12 Chevaliers d’Or. La plus grande bataille des Chevaliers du Zodiaque débute aujourd’hui.

Ce film sorti récemment a créé une véritable controverse parmi les fans de Saint Seiya. Certains ont appréciés, certains se sont sentis trahis, ce qui les a empêchés devoir les côtés positifs de cet essai qui est pourtant loin d’être un raté.

Le nier serait d’assez mauvaise foi, le long-métrage est une grosse claque graphique. Tout comme l’adaptation d’Albator, l’aspect visuel a été hyper soigné.
Certes, il a des choix de chara-design que l’on peut contester, notamment concernant les armures et la forme ultime de « l’homme à abattre » mais, du début à la fin, il y a toujours un niveau de détail impressionnant à l’écran.
On sent une forte d’influence de l’anime Karas dans le style des armures qui ressemblent un peu plus à des robots puisqu’elles protègent intégralement le corps des chevaliers ; le casque couvre vraiment toute la tête de celui qui la porte.
Au niveau des effets de lumière, la direction artistique s’est vraiment fait plaisir et prouve qu’il y a moyen d’adapter un univers sans le trahir au passage. Même si le Sanctuaire n’est pas exactement le même que dans le manga ou l’anime, il est reconnaissable immédiatement.
Le tout bouge aussi à une vitesse assez hallucinante (les chevaliers d’or avec leur vitesse de la lumière, tout ça, tout ça…) à chaque combat. Mis à part un petit couac, ils sont de plus en plus épiques et réservent quelques surprises aux fans qui pensent connaître l’œuvre par cœur.

La Légende du Sanctuaire 2

En fait, c’est peut-être à ce niveau-là que certains fans ont été blessés : le film se permet des largeurs non-négligeables avec le matériel original.
Déjà, Masque de Mort (chevalier d’or du Cancer) est une grosse blague. Il est… ridicule. Il n’y a aucun autre mot pour le décrire. Qui aurait pu penser qu’un chevalier se mette à danser et chanter comme Garou dans Notre Dame de Paris ? Injustifiable et injustifié…
Certains Gold Saints ont aussi vu leur sexe changer. C’est le cas de Milo qui devient une femme, piquante et acérée et dont les attaques et mouvements seront bien plus dynamiques que ceux du chevalier du Scorpion d’origine.

Avec un film aussi court, impossible de s’attendre à ce que tous les combats soient retranscrits et certains ont dû être raccourcis. C’est le cas de Seiya VS Aiolia qui tourne court et n’a pas vraiment la même intensité que dans la série d’origine.

Ce qui est très réussi, c’est la gestion du combat des douze maisons. Avec seulement 90 minutes de film, il était impossible de tout remettre mais les scénaristes ont arrangé ça à leur sauce et certains événements paraissent même plus réalistes (comme le changement de camp de certains chevaliers d’or qui vont aider les héros alors qu’ils restaient impassibles dans la série de KURUMADA.

La Légende du Sanctuaire 3 La Légende du Sanctuaire 4

Pour les personnages, on retrouve des caractères proches de ceux que l’on connaît pour les chevaliers de bronze même s’ils font un peu plu « gamins » que les originaux. Les scénaristes leur ont donné un style moderne assez exaspérant, ce que l’on voit surtout dans les dialogues qui peuvent parfois être navrants.

Dans ce film, il y a deux points particulièrement négatifs : le côté “poseur” et la fin qui part, malheureusement, dans le grand n’importe quoi.
On m’aurait que Tite KUBO a été consulté lors de l’écriture des personnages et de la préparation du storyboard que ça ne m’étonnerait même pas. Les chevaliers ont une attitude très moderne (l’histoire a été rapportée à notre époque) et n’hésitent pas à prendre la pose dès qu’ils le peuvent.
On peut, dans une certaine mesure, pardonner ce côté un peu cliché mais il est très difficile de défendre cette fin qui a dû être écrite sous amphétamines. Les scénaristes, qui s’étaient plutôt bien débrouillés avec un découpage intelligent de l’arc emblématique de la saga, vont partir dans un délire qui fait tout simplement too much.

La Légende du Sanctuaire aurait pu être une bonne entrée en matière pour les néophytes mais il y a quelques points qui gâchent un peu le bon tableau qui se dressait de prime abord.
En oubliant tout ce que vous savez sur l’univers de KURUMADA, le film est un peu maladroit dans sa conclusion mais reste quand même agréable à regarder. Il faut dire que les combats sont d’un dynamisme qui force le respect et le film ne souffre d’aucun ralentissement, ce qui fait que le spectateur n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer.
Pour le fan pur et dur, il sera plus difficile d’avaler la pilule et les nombreux changements qui viendront changer une histoire qui leur est chère et qu’ils auraient sûrement aimé redécouvrir avec une simple amélioration graphique.

Le coffret collector du film contient lui aussi une figurine !
Le coffret collector du film contient lui aussi une figurine !

En guise de conclusion…

Saint Seiya a 30 ans cette année ! Même si tout le monde dit que, dans notre société moderne, c’est un peu le “nouveau 20 ans”, la saga a encore pas mal de pistes pour se renouveler.

La première chose, c’est qu’il reste encore au moins 4 ou 5 dieux majeurs (Zeus en tête) qui n’ont pas été abordés et qui pourraient facilement se retrouver dans de potentiels films, Tenkai-Hen leur ayant ouvert la voie (même si les choses semblent bloquées depuis quelques années).

Les ayants droit ont déjà commencé à en explorer une avec le film en 3D mais au niveau animation, il reste toujours la possibilité d’adapter Episode G, Saintia Shô et même Next Dimension ou The Lost Canvas Chronicles. Cependant, après l’essai en demi-teinte sur Saint Seiya Oméga, pas sûr qu’une nouvelle série TV soit tentée…

En tout cas, l’univers de Masami KURUMADA continue à passionner, encore et encore et même avec les années qui passent, l’enthousiasme des fans ne décroit pas à chaque nouvelle annonce. Pour s’en convaincre, il suffit de voir les réactions folles de ce certains lorsque les premières images de La Légende du Sanctuaire ont été dévoilées.
L’attente du film s’est même peut-être fait source de frustration pour des adorateurs de la première heure qui s’attendait à quelque chose de moins “changeant”, moins “différent”.

Comme TESHIROGI l’a fait avec The Lost Canvas Chronicles, il pourrait y avoir aussi l’envie de croiser un peu plus les mythologies et de faire intervenir des guerriers venant d’autres cultures (un peu comme dans l’arc Asgard). Quand on y réfléchit bien, les possibilités sont infinies et les combats pourraient être dantesques…

Beaucoup plus concret et immédiat, vous pourrez retrouver Shiori TESHIROGI et Chimaki KUORI à Japan Expo du 7 au 10 juillet 2016. Si vous êtes fans de la saga, n’hésitez pas !

 Saint Seiya - Partie 1 : Une légende sans fin Saint-Seiya-2-Autour-de-la-legende




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

3 commentaires

  1. Bonjour, bonsoir,

    Je suis assez déçu par cet article, bien sûr on ne peut pas reprocher à l’auteur de ne pas avoir les mêmes gouts que soit, pas de problème là dessus, mais il comporte quelques erreurs.

    > En tout cas, plus on avance dans l’anime et plus le côté technique est impressionnant. Fini les plans fixes des premières adaptations, le studio de production n’hésite pas à utiliser des effets 3D et des rotations avec perspective pour limiter au maximum les arrêts sur image.

    L’auteur ne parle jamais véritablement du Meikai et d’Elision, mais dès sorti de la très bonne adaptation du Junikyû, eh bien c’est la crise ! Eh oui car Bandai ne sponsorise plus la série, et les animateurs sont carrément restreints. Comment passer sous silence les très nombreux travelling maladroits de cette adaptation ? Ou encore de la non-réalisation de Katsumata qui est pourtant un vétéran ? Pourtant l’auteur de cet article pointe ce défaut là pour Saint Seiya souf of Gold … Je ne comprends pas.

    > Arrivé au chapitre Elysion, c’est vraiment un plaisir pour les yeux et on est loin de certaines courses « interminables » dans les douze maisons que l’on pouvait voir dans la première série. La vingtaine d’années qui sépare les deux adaptations a été plus que bénéfique.

    Oui c’est peut être beau, oui c’est l’ultime travaille de Shingo Araki. Et encore, il se murmure que le fait qu’il n’y avait QU’UN seul studio d’animation pour réaliser ces OVA’s, cela aurait accéléré la dégradation de santé du maître. Voilà pourquoi il ne participe pas pour le sixième épisode. Et c’est peut être beau, mais là encore, c’est extrêmement mal animé, mal réalisé. Et pas forcement pour les Kamui, souvenez vous de ces spectres qui courent vers Ikki pour le tuer … Pourquoi passer ses gros problèmes techniques sous silence ?

    > Le scénario n’a ni été altéré, ni modifié. Il semblerait que les producteurs aient compris que les fans voulaient une adaptation fidèle de l’arc dessiné par KURUMADA et ils l’ont eu.

    Le texte semble parler du Junikyu puisqu’il n’évoque pas les spectres (manichéens). Mais il y a eu plusieurs modifications de tailles sur la première partie, à savoir l’incrustation de Seiya, Hyoga et Shun par rapport au manga. Que dire également du combat de Mû vs Myû qui n’est pas vraiment fidèle non plus.

    Après en effet, il y a eu des idées de Masami Kurumada non utilisé, les scénaristes se cachant sous le pseudonyme de Michi Yokoté avait révélées que l’idée de faire revenir des Silver Saint émanait d’une idée du mangaka mais que celui ci n’avait jamais exploitée cette idée là.

    > C’est un arc qui permet de bien varier les lieux de combat (d’où les trois parties) puisque l’action se déroule sur Terre comme en Enfer. Avec des personnages un peu plus travaillés que dans les précédents, il y a, dans Saint Seiya Hadès, ce petit quelque chose qui nous rappelle pourquoi la saga est entrée dans la légende.

    Plus travaillé que les parties précédentes ? Mais qui ? Les Spectres ? Si oui lesquels ?

    > Ils introduisent donc bien des ennemis mais ne les développent que très peu.
    Que ce soit Eris, Lucifer, Abel ou même les God Warriors, aucun antagoniste ne sort du lot et ne restera dans vos mémoires. Associé à ce manque de charisme, on trouve des moments d’animation assez tristes dan, en particulier dans le film Les Guerriers d’Abel qui est visuellement atroce sur certains plans ; certains diront au niveau de certains épisodes de Dragon Ball Super…

    Abel aussi atroce qu’un Dragon Ball Super ?! Pourriez vous révéler des plans loupés ? Car le film est justement considéré comme l’aboutissement du travaille de Shingo Araki, et même part des fans qui déteste ce film. Visuellement je le trouve à titre personnel parfait. Quant aux musiques, ce sont probablement les meilleures compositions de Seiji Yokohama.

    > Bien sûr, il n’y avait aucune raison de changer une recette qui a fait ses preuves et que les fans apprécient mais il n’aurait pas été malvenu d’introduire un peu d’originalité, chose qui a été tenté dans le dernier film.

    Non, les films introduisent des idées qui seront reprises dans les films. Par exemple, quand le premier film est sorti, Seiya tire avec l’arc du sagittaire. Kurumada reprendra cette idée pour la partie Poseidon. Dans Abel (eh oui désolé), on ressuscite les Golds Saint, idée reprise dans Hades.

    Jaow et Saga meurent ensemble, plus tard Kurumada tuera de la même façon Kanon et Radhadamanthe, les Golds se transformant en soleil dans le quatrième film faisant écho plus tard avec l’ultime sacrifice dans le Meikai. La partie Asgard bien sûr et de nombreuses idées sont reprises dans la série éponymes. Athéna abandonne les Saints dans Abel, comme dans Hades etc. J’avais rédigé un article sur les éléments repris de ce film sur les autres productions :

    http://sharnalk.com/saint-seiya-abel/4/

    > Un autre problème concernant le film se pose avec la sortie de Saint Seiya Next Dimension. Sachant que le nouveau manga de KURUMADA reprend l’histoire juste après l’arc Hadès, on se retrouve avec deux versions différentes de la suite, une petite incohérence qui aurait pu être évitée…

    Non le problème est différent, à la base, Masami Kurumada avait publié quelques pages pour la sortie du film :
    http://dossiers.cyna.fr/702.html
    Or, dès la sortie du film, il a constaté que de nombreux points sur son scénario avaient été gommées. Notamment les deux pendentifs que porte Toma et Marine. Et il trouva le film ennuyeux. Par ailleurs, Next Dimension à continué et l’auteur n’a pas hésité à retravailler (avec son style) Toma qui n’a plus grand chose du coup à voir avec celui du film.

    Sur Saint Seiya Omega

    > Le point qui fâche vraiment, c’est l’animation. C’est, comme la plupart des productions Toei de ces dernières années, animé avec les pieds. Alors que l’adaptation de l’arc Hadès tentait de proposer un mouvement permanent, Oméga se fait plaisir avec les plans fixes et l’animation cheap avec seulement une petite partie de l’écran en animation permanente…

    Le défaut pointé peut paraitre malhonnête et même drôle en raison de la comparaison avec l’arc Hades (l’auteur a t il vraiment vu les parties 2 et 3 ?!). Car en réalité, la saison 1 n’est pas trop mal animé, et quelques épisodes sont vraiment très beaux à savoir ceux réalisés par Yoshihiko Umakoshi. Et dès qu’on arrive à l’épisode 27 (qui est magnifique) l’animation devient véritablement meilleure pour ce nouveau Junikyû. Et en plus, contrairement à Lost Canvas, les Golds Saint sont véritablement nouveaux, le chevalier des Poisson ressemble t il à Aphrodite dans sa personnalité ? Non.

    Pour revenir à l’animation pourquoi c’est mieux animé ? Tout simplement parce que les nouvelles armures des Cloth des héros sont très faciles à dessiner, et n’ont pas autant de détails que les anciennes. Voilà pourquoi ce choix délibéré à été fait, auquel cas, on se serait retrouvé avec une animation faisant écho avec les mauvaises adaptions citées ci dessus …

    Eh bien ça tombe bien, car Bandai décide de sponsorisé la seconde série, et impose des nouvelles cloth poil plus fidèle à la série d’origine (et le retour des Pandora Box), sauf que là, oui l’animation n’est pas terrible du tout !

    > Edité chez nous par Kana Home Video, Saint Seiya Oméga n’est pas une catastrophe mais la série est loin d’être bonne… Il n’y a que très peu d’originalité dans cet anime qui souffre d’une réalisation clairement médiocre. Il y avait pourtant une volonté de changement mais cela n’aura pas suffi à élever le niveau d’un scénario creux et redondant.

    Réalisation médiocre ? Avez vous vraiment regardé l’épisode 51 de la série qui conclue la saison 1 ? Bien entendu, il est de bon ton de rassembler les meilleurs animateurs pour finaliser une série, je ne vous apprendrais rien, mais le résultat surpasse allègrement tout ce qui a été fait sur Saint Seiya depuis l’épisode 13 d’Hardés (Junikyu bien sûr). D’autres épisodes sont très bon, mais le 51 est clairement le plus marquant.

    Saint Seiya Soul of Gold

    > Techniquement, c’est… ridicule. L’équipe de la Toei qui s’est chargé de l’animation devait être bien faible pour proposer un travail aussi bâclé. Certaines séquences sont même à la limite du risible tellement les plans sont mal travaillés…

    Pourquoi ne faites vous donc pas ce reproche sur les productions cités en haut ? C’est pourtant du même acabit.

    Voilà, désolé pour ce petit pavé mais il sortait du cœur.

    Bonne journée.

  2. Trop bien cet article, bravo.

  3. Oups deux trois coquilles sur mon commentaire, mea culpa
    > Non, les films introduisent des idées qui seront reprises dans les films.
    Dans le manga bien sûr il fallait lire.

    > Quant aux musiques, ce sont probablement les meilleures compositions de Seiji Yokohama.
    Seiji Yokoyama bien sûr.

    >Et pas forcement pour les Kamui
    Les armures divines et pas les Kamui.

    Bonne journée.

Laisser un commentaire