Publicité

Accueil / Dossiers / Reportages / Événements / Manga Mag s’invite au British Museum !

Publicité

manga-british-museum

Manga Mag s’invite au British Museum !

« Du manga dans un musée ?! Sérieusement ?! »

© OuRs256
Ce n’est pas qu’une impression, la Salle 3 est très petite… © Manga Mag

Je sais que j’ai des réactions très caricaturales mais il est quand même étonnant de retrouver une exposition de mangaka dans une quelconque galerie européenne. Le British Museum permet donc au vieux continent de passer un cap dans la mise en valeur d’œuvres japonaises. Retour sur une initiative intéressante et même étonnante.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il serait peut-être une bonne idée de vous présenter les auteurs qui sont, tous les trois, déjà publiés en France.

© OuRs256
© Manga Mag

Tetsuya CHIBA, c’est l’auteur de l’un des plus shônen les plus emblématiques qui soit : Ashita no Joe (si vous ne l’avez pas lu, je ne peux que vous urger d’aller acheter les tomes parus chez Glénat Manga). Ce monument du manga, qui possède des références dans plus ou moins tous les shônen contemporains n’était pourtant pas représenté plus que ça, laissant la place à un manga de golf. Pourquoi ? Il semblerait que CHIBA soit un golfeur passionné (comme on peut le voir dans sa mini-bio), ce qui explique le choix de l’exposant.

Photo 06-09-2015, 13 37 26 Photo 06-09-2015, 13 39 26
Avec la biographie d’HOSHINO, je vous mets le petit passage sur son personnage au British Museum. © Manga Mag

Yukinobu HOSHINO est connu chez nous pour une raison très particulière. L’une de ses œuvres, 2001 Night Stories, a eu le droit à une édition limitée et grand luxe chez nous grâce à Glénat Manga. Il ne faut pas oublier qu’il avait aussi été publié chez Casterman il y a quelques années avec Le Trou Bleu.
Sans y être vraiment invité, HOSINO avait déjà fait une petite balade au British Museum via un de ses manga, Professor Munakata’s British Museum Adventure, ce que le musée ne manque d’ailleurs pas de mettre en avant !

© OuRs256
© Manga Mag

Celle qui devrait être la plus facile à reconnaître : Hikaru NAKAMURA. L’auteur des Vacances de Jésus et Bouddha (que nous avions rencontré lors de son passage en France) et de Arakawa Under the Bridge n’est pas publiée en anglais mais semble avoir attiré la curiosité des gens du British Museum. On notera quand même une traduction des blagues moins bien travaillée que celle de Kurokawa, un visiteur m’ayant demandé pourquoi je rigolais bêtement devant une planche (j’ai relu tous les volumes parus cet été donc c’était encore assez frais dans ma tête !).

Photo 06-09-2015, 13 37 59   Photo 06-09-2015, 13 32 51
Deux styles, deux façons de capter l’attention. © Manga Mag

Maintenant que vous avez les acteurs en tête, parlons un peu du contexte parce que l’Angleterre, ce n’est pas vraiment le deuxième pays du manga !

Quand on connaît le développement de la culture japonaise dans les pays anglo-saxons, on peut se demander comment ils ont pu mettre en place une telle exposition avant nous ! Il est vrai que le manga commence à bien se développer aux Etats-Unis avec des sorties de grosses licences avant la France et même des auteurs invités de plus en plus importants (cf. KISHIMOTO à New York en octobre 2015).

naruto-nycc

Cependant, leur consommation reste toujours moindre comparé à la notre, le nombre de sorties et d’éditeurs présents sur le marché américain restant, eux aussi, très limités. En Angleterre, les sorties américaines sont toutes disponibles mais restent très difficiles à trouver ! L’engouement n’est pas du tout comparable à celui que l’on dans l’hexagone…

L'éternelle guide du sens de lecture © OuRs256
L’éternelle guide du sens de lecture © Manga Mag

Manga, Now Three Generations est une exposition qui tente de montrer une certaine évolution dans le manga. Que ce soit via les dessins au charme suranné de CHIBA ou la technique douce et maîtrisée d’Hikaru NAKAMURA tout en passant par le trait marqué et moderne d’HOSHINO, le visiteur avait de quoi se poser quelques questions mais aussi de voir un certain changement.

Photo 06-09-2015, 13 35 02 Photo 06-09-2015, 13 35 22
Délicieuses pages couleurs d’HOSHINO qui montre un jeu du sombre somptueux. © Manga Mag

Le trait, très simple, presque caricatural parfois, de CHIBA montre un art qui est parti de rien, pour arriver à un degré de complexité étonnant dans le dessin avec HOSHINO mais aussi dans la technique avec NAKAMURA. La simplicité de CHIBA lui permet de diffuser un message clair et une passion évidente.

L’auteur de 2001 Night Stories propose un trait qui se veut réaliste et particulièrement soigné afin de mieux amener son lecteur à croire les histoires qu’il raconte. Fort, contrasté, il y a une vraie volonté de se démarquer du style popularisé par TEZUKA.

L’auteure des Vacances de Jésus et Bouddha mise, au contraire, sur le côté comique et un dessin qui reviendrait presque au sources, épuré mais gardant un souci du détail évident pour communiquer valeurs mais aussi bonne humeur et sensations.

Photo 06-09-2015, 13 35 27   Photo 06-09-2015, 13 32 55
L’exposition était horizontale… mais aussi verticale ! © Manga Mag

Dans la salle 3 du British Museum, chaque auteur a droit à sa zone qui comporte une planche originale et plusieurs reproductions. Les éditeurs français qui passeront par là ne pourront que rire de l’amateurisme du lettrage qui semble avoir été réalisé avec Paint par un collégien. Mise à part ça, les reproductions gardaient quand même une qualité certaine et ce, malgré l’agrandissement.

BritishMuseumCHIBA BritishMuseumHOSHINO BritishMuseumNAKAMURA
Les trois planches originales (CHIBA, HOSHINO et NAKAMURA) © Manga Mag

Pour promouvoir un peu le manga, le musée proposait un petit espace avec une vidéo qui montrait le travail d’Hikaru NAKAMURA, pas à pas, du dessin à la colorisation (tant qu’à faire, ils montraient la réalisation d’une page couleur). Plusieurs magazines de prépublication (en japonais uniquement) et quelques tomes (en anglais) étaient aussi proposés à la consultation libre dans un coin qui ressemblait plus à une brocante qu’à un espace de lecteur…

Photo 06-09-2015, 13 35 35 Photo 06-09-2015, 13 38 20
Jojo is EVERYWHERE ! © Manga Mag

Le choix des planches étant plutôt réussi, on passe quand même quelques minutes dans cette toute petite salle qui ne faisait pas vraiment honneur aux trois artistes qu’elle abritait. Sur place, on sent quand même un petit effort de mise en place (le légendaire souci du détail des musées) mais force est de constater que le tout manque clairement d’envergure. Il y avait pourtant de l’idée et, certainement, beaucoup mieux à faire.

Une disposition très... spéciale ! © OuRs256
Une disposition très… spéciale ! © Manga Mag

Pour un amateur, cette exposition ne peut qu’être décevante. Avec un espace dédié trop limité, à peine une planche originale par auteur et trop peu de visiteurs présents aux heures de pointe ; on voit que la culture a encore du chemin à faire avant de s’imposer dans un endroit aussi traditionnel que le British Museum.

Si vous êtes de passage dans la capitale britannique, n’hésitez pas à faire un petit détour dans la salle 3 du musée situé non loin du cœur commercial de la ville sachant que l’entrée (et la sortie) sont totalement gratuites. L’existence de cette exposition nous aura quand même montré une chose : on va dans la bonne direction. Qui sait, peut-être que, dans quelques années, Le Louvre accueillera une exposition dédiée à ARAKI

Photo 06-09-2015, 13 33 22   Photo 06-09-2015, 13 38 12
Il faut avouer que le rendu final reste plutôt bon. © Manga Mag

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner