Publicité

Accueil / Dossiers / Reportages / Événements / L’exposition Pandora Hearts à Paris

Publicité

Rétrospective Pandora Hearts

L’exposition Pandora Hearts à Paris

Publié depuis juillet 2010, Pandora Hearts, l’un des shônen phares du catalogue des éditions Ki-oon, va donc se finir le 14 avril prochain dans l’hexagone.
Après avoir eu le droit à de nombreuses opérations pour mettre en avant la série au fil des années, Ki-oon a donc souhaité clore en apothéose ce chapitre de son histoire, en offrant au public français une exposition rétrospective éphémère de la série à la Maison de la Culture du Japon à Paris, du 29 mars au 9 avril 2016 !

Vue globale de l'exposition Pandora Hearts
© L’Otak des Lettres / Jun MOCHIZUKI / Monthly GFantasy

Ce n’est pas la première fois que Pandora Hearts a le droit à une exposition. Si vous étiez venus à l’édition 2010 de Japan Expo, vous devriez vous rappeler du stand de l’éditeur qui non seulement avait été décoré aux couleurs de la série qu’il venait juste de publier avec la sortie simultanée des deux premiers tomes, mais qui, en plus, avait offert aux visiteurs le privilège de voir des planches de l’auteure, des illustrations couleurs, des goodies, le premier artbook, ainsi que des cosplays des personnages principaux de la série de Jun MOCHIZUKI , sans oublier que l’auteure elle-même était présente lors de cette édition.

Cependant, l’exposition qui a lieu du 29 mars au 9 avril, et que Ki-oon a d’ailleurs bien mise en avant sur son site et sur les réseaux sociaux, est bien d’une toute autre échelle. En effet, nous ne sommes plus dans une présentation de l’œuvre d’une mangaka au sein d’une convention destinée à un public qui a payé l’entrée de celle-ci et qui, en principe, est déjà friand de ce type d’œuvre. Cette fois-ci, elle a lieu dans un espace ouvert à tous, avec un accès libre : Ki-oon a souhaité permettre à tout le monde de venir admirer le travail de Jun MOCHIZUKI , qu’ils soient aficionados ou néophytes.

Revenons sur l’exposition en elle-même. La première bonne surprise nous apparaît avant même qu’on pénètre au sein de la Maison de la Culture du Japon à Paris (que j’appellerai désormais “MCJP” pour plus de simplicité). En effet, sur la vitre à gauche de l’entrée, on peut voir une belle illustration, qu’on a pu rencontrer à la fin du second artbook de la série (Pandora Hearts – There is), qui représente Oz, Gilbert et Alice qui partent vers la droite et qui disent au revoir au héros de la nouvelle série de MOCHIZUKI : Vanitas, de Vanitas no Shuki. Bien qu’elle soit transparente, et donc assez difficile à retranscrire en photographie, cette illustration attire le regard des passants et les invite facilement à entrer dans la MCJP pour en découvrir davantage.

Devanture de l'exposition Pandora Hearts
© L’Otak des Lettres / Jun MOCHIZUKI / Monthly GFantasy / Monthly Gangan Joker

L’exposition est extrêmement bien placée, puisqu’elle se situe dans le hall d’entrée de la MCJP, et est donc visible avant même qu’on rentre dans celle-ci. Une fois la porte passée, le regard est immédiatement attiré par la grande et magnifique fresque sur le mur du fond du hall, mais aussi par toutes les illustrations disposées par paire sur des présentoirs. Attention : il y a une paire sur chaque côté des présentoirs, ce qui fait donc 4 illustrations par présentoirs. Il serait dommage d’en rater certaines, en ne faisant pas attention.

Si on prend garde et qu’on se retourne avant de passer les dispositifs de sécurité, on peut alors apercevoir un écran de télévision sur lequel passe une vidéo expliquant les étapes de création d’une illustration auxquelles Jun MOCHIZUKI est confrontée. Prenez vraiment le temps de la regarder, car elle est très intéressante et nous apprend beaucoup sur cette partie de l’œuvre de l’auteure.

Concernant les illustrations présentées dans l’exposition (plus d’une vingtaine), quelqu’un possédant les deux artbooks de la série verra des choses déjà connues, mais bien évidemment, voir l’œuvre originale en vrai est complètement différent. On ne peut qu’être ému face à un dessin aussi beau et travaillé, et on se sent privilégié d’admirer une pièce unique qui a traversé l’Asie et l’Europe pour nous parvenir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Que vous connaissiez ou non ces illustrations, vous ne pourrez qu’être subjugués par elles. Le travail sur les couleurs, les ombres, les textures est parfaitement maîtrisé. On prend un incroyable plaisir à admirer ces dessins, autant qu’on prend du plaisir dans une galerie de tableaux au musée. Une image valant mieux que mille mots, je vous laisse avoir un aperçu de la qualité de l’exposition, au travers des différentes photos qui se trouvent dans cet article.

La fresque, que j’ai évoquée précédemment, ajoute encore à ce sentiment d’admiration. Couvrant tout un mur du hall de la MCJP, elle reflète parfaitement l’aspect onirique et joyeux de la série, en représentant une scène qu’on a pu voir dans le manga : celle du goûter sur l’herbe dans les jardins du manoir Rainsworth. On a l’impression de voir un tableau peint à l’aquarelle. En un mot, c’est sublime, tout en étant simple.

Outre les illustrations et la fresque qu’on voit dès son entrée dans la MCJP, vous pourrez trouver également une petite vitrine dans laquelle sont exposés toutes sortes d’objets aux couleurs de Pandora Hearts : une peluche représentant B-Rabbit, une montre, des portes-clés, des pochettes, des cartes, et bien d’autres encore. On a envie de voir ces objets en notre possession, et on jalouse nos amis japonais qui ont pu se les procurer en boutiques. Outre nous faire saliver, ces objets montrent bien la popularité de la série, aussi bien en France qu’au Japon.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous vous en doutez, j’ai gardé le meilleur pour la fin, car cette exposition possède au moins 2 surprises qui feront plaisir à plus d’un visiteur, fan du manga ou de l’œuvre de Jun MOCHIZUKI. Tout d’abord, comme Ki-oon l’avait annoncé sur Facebook, en venant à l’exposition, vous ne repartirez pas les mains vides : vous obtiendrez un splendide shikishi, qu’il faudra retirer à l’accueil.
Ce shikishi a été fait par l’auteure spécialement pour l’exposition parisienne, ce qui le rend d’autant plus unique. Je vais encore me répéter, mais “sublime” est bien le seul mot qui soit assez juste pour qualifier cet objet.

Ensuite, et c’est sans doute le plus important, l’exposition se poursuit dans la partie de droite du hall, donc vers la cafétéria. Mis à part une dizaine d’autres illustrations, tout aussi belles que celles face à la fresque dans le hall, on trouve une nouvelle fresque, de 2 mètres sur 3 mètres. Cette seconde fresque avait été exposée à l’Animate de Shibuya, et nous avons donc la chance de l’avoir en France, pour l’exposition rétrospective. Nous sommes donc très chanceux d’avoir l’opportunité d’admirer autant d’œuvres uniques et magnifiques.

Le soir de l’ouverture de l’exposition, un vernissage avait été organisé par Ki-oon. L’éditeur avait alors montré clairement son souhait de remercier les fans de la série, en ayant permis à une vingtaine de chanceux, choisis par tirage au sort sur Facebook, de venir assister au vernissage, et en leur offrant à chacun un cadeau au choix, en plus du shikishi : ils pouvaient repartir soit avec le second artbook de la série, soit en exclusivité avec le tome 24 ou le dernier guidebook de la série ! L’éditeur avait donc vraiment mis les petits plats dans les grands pour son public fidèle.

Cosplayer Pandora Hearts au vernissage de l'exposition
© L’Otak des Lettres / Jun MOCHIZUKI / Monthly GFantasy

De plus, afin de les remercier aussi pour leur travail-hommage à la série, quelques cosplayers de Pandora Hearts avaient été invités pour participer au vernissage, et poser auprès des illustrations. Les personnes qui le souhaitaient pouvaient également remettre aux responsables de Ki-oon des dessins qui seront envoyés à Jun MOCHIZUKI , avec des photos des cosplayers et de l’exposition.

En somme donc, je vous encourage grandement à aller faire un tour cette semaine à la Maison de la Culture du Japon à Paris, afin de vous mettre des étoiles pleins les yeux, car les illustrations de Jun MOCHIZUKI sont tout simplement extraordinaires. L’exposition rend parfaitement hommage à cette série, qui a su marquer les esprits et introduire une auteure de grands talents, qui sait émouvoir son public d’âges et d’horizons variés.

Ah ! J’oubliais qu’une dernière surprise attendait les aficionados de Jun MOCHIZUKI . Vous vous rappelez que j’ai dit que Vanitas, le héros du nouveau manga de l’auteure, était sur la vitre à l’entrée de la MCJP ? Eh bien, vous pouvez également retrouver une illustration en couleur le représentant, juste à côté de la fresque provenant de l’exposition de Shibuya. Il y a un petit message marqué en dessous du cadre dans lequel est conservé le dessin…
Vous saurez quoi en poursuivant votre lecture, car j’ai eu le plaisir d’interviewer Victoire de MONTALIVET, la responsable presse de Ki-oon qui a suivi la série depuis son commencement !

Shikishi exclusif de l'exposition Pandora Hearts à la MCJP
© L’Otak des Lettres / Jun MOCHIZUKI / Monthly GFantasy

Lire la suite




A propos de L'Otak' des Lettres

L'Otak' des Lettres

Professeur otak’ qui adore fouiller en profondeur l’essence des mangas, afin d’en dégager le bon et le moins bon.

2 commentaires

  1. Ohlalala Gilbert a pris cher T_T

  2. Yukionna

    Si seulement j’avais pu faire le déplacement. T_T L’exposition à l’air de toute beauté et voir les les originaux en vrai ça doit être quelque chose. <3

Laisser un commentaire