Publicité

Accueil / Dossiers / Reportages / Dans les coulisses / [Dans les coulisses] Les Éditions Ki-oon

Publicité

[Dans les coulisses] Les Éditions Ki-oon
Photo : © WN

[Dans les coulisses] Les Éditions Ki-oon

Dans les coulisses vous propose de découvrir l’envers du décor de l’industrie du manga en France, d’aller à la rencontre des gens qui font l’édition, de voir comment et où ils travaillent.

Pour ce premier numéro ce sont les éditions Ki-oon qui ont reçu Manga Mag.
Rencontre avec les gens qui éditent Übel Blatt, King’s Game, Bride Stories et Your Lie in April !

Après de longues années à travailler depuis leur petit appartement de Trappes, le duo de créateur de Ki-oon à finit par installer le siège de l’entreprise rue de Milan, dans le 9ème arrondissement de Paris, dans la très active zone de la gare Saint Lazare.
C’est une fois arrivé au xème étage de cet immeuble anonyme abritant d’autres entreprises, que nous découvrons les bureaux où s’affairent des dizaines d’employés…

© Google
© Google

Le Responsable Éditorial : Ahmed AGNE

C’est celui qui s’occupe de choisir les titres, mais Ahmed n’est pas le responsable éditorial, il est aussi le co-fondateur de l’entreprise avec Cécile POURNIN.

En tant que chef d’entreprise, son rôle ne se borne pas à choisir les mangas, car il s’occupe, aussi, de la comptabilité, de la gestion et d’autres aspects administratifs.

Finalement, les journées sont si chargées qu’Ahmed n’a réellement le temps de lire posément que le soir, une fois rentré à la maison. Et ce n’est pas un mince travail puisqu’il avale, en moyenne, 10-15 magazines et 20 à 30 volumes reliés (tankôbon) chaque semaine ! Autant dire qu’il travaille quasiment en continu !
Totalement bilingue, il n’a aucun problème à parcourir ces milliers de pages hebdomadaires. Bien que déjà surchargé de travail, il n’envisage pas de laisser le choix des titres à quelqu’un d’autre, c’est, pour lui, l’aspect le plus fun du métier.
Et les résultats de l’éditeur laissent à penser qu’effectivement la patte Ki-oon se trouve dans les choix que son responsable éditorial effectue depuis dix ans.

Ses journées commencent tôt, à son domicile, avec le traitement des emails japonais de la nuit, puis ses dix heures de présence quotidiennes au bureau, qui peuvent s’allonger de quatre heures supplémentaires par jour dans les périodes les plus intenses comme les bouclages comptables ou la préparation de l’événement Japan Expo.
Même pendant les vacances, Ahmed consacre trois à quatre heures, chaque jour, au traitement courant de Ki-oon.

La dure loi du patron de PME qui ne s’octroie que peu de loisirs : de récents cours de guitare, et des séries télévisées américaines !

Ses mangas/auteurs favoris :
Kaoru MORI, Tetsuya TSUTSUI, Taiyo MATSUMOTO, Bride Stories, Berserk, Sunny, Barakamon, Dr Slump, Akira

coulisses-ki-oon_5 coulisses-ki-oon_7

coulisses-ki-oon_1 coulisses-ki-oon_6

coulisses-ki-oon_12 coulisses-ki-oon_9 coulisses-ki-oon_10

L’Assistante du Responsable Éditorial : Mai ONO

La charge de travail étant devenue dure à soutenir pour le responsable éditorial, Mai a été choisi pour l’aider dans certaines tâches depuis un an et demi.

Mai doit planifier, préparer, organiser les éléments avec le Japon, de sorte que les choses soient faites dans les temps.
C’est elle qui a la charge d’envoyer les visuels en validation au Japon, elle se trouve, donc, au bout de la chaîne éditoriale.

D’origine japonaise, elle est totalement bilingue et s’occupe de la communication avec les éditeurs japonais, et tous les rapports directs avec les interlocuteurs nippons, que ce soit par email ou par téléphone.
Les japonais ayant des rapports aux affaires très codifiés, il était important d’avoir quelqu’un qui comprenne cela et puisse répondre à leurs attentes, un “accompagnement à la japonaise” auquel ils sont très sensibles.

Ses mangas/auteurs favoris :
Levius, Tetsuya TOYODA, Yoshiharu TSUGE

coulisses-ki-oon_38 coulisses-ki-oon_39

Le Responsable Marketing : Fabien HYZARD

Chez Ki-oon, celui qui s’occupe du marketing et du commercial c’est Fabien. Il touche à tout ce qui est travail de promotion et de publicité autour des  titres de l’éditeur. Le but étant d’amener chaque titre à l’exploitation de son meilleur potentiel commercial.

Il est en contact régulier avec les médias spécialisés, web et kiosques, pour négocier les espaces de promotion nécessaires à la mise en avant des titres.

Mais son métier ne s’arrête pas là, Fabien est, aussi, en charge des stocks et des réimpressions des mangas Ki-oon. Surveiller les ventes et les stocks chez le distributeur est une de ses tâches, ô combien importante car le crédo de l’éditeur est de ne pas avoir de volume manquant, même sur les séries qui se vendent mal.

Il est en contact permanent avec Interforum, le distributeur de la maison d’édition, avec qui il négocie les mises en place des nouveautés, afin de leur donner le maximum de visibilité.
Son rôle c’est aussi d’alimenter les commerciaux d’Interforum en analyses chiffrées et en arguments pour défendre au mieux le catalogue en librairie.

Il travaille directement avec Ahmed, le directeur éditorial, pour préparer la promotion des titres à venir, mais aussi avec les graphistes qui s’occupent de réaliser tout le matériel promotionnel, et, bien entendu, avec la responsable de fabrication, avec qui il partage son bureau.

Ses journées se divisent entre la gestion du flux des mails, la partie commerciale, le marketing, la recherche de nouvelles idées promotionnelles, et les chiffres de vente hebdomadaires.
En période de préparation de Japan Expo, ses journées peuvent être majoritairement consacrées à l’événement, tant Ki-oon s’investit sur ce festival.

En poste depuis un peu plus de trois ans chez Ki-oon, il a officié auparavant chez Dupuis en tant que chef de produit, après avoir écumé les stages dans la profession.

Ses mangas/auteurs favoris :
Inio ASANO, Amer Béton, Masasumi KAKIZAKI, Coq de CombatMonster

coulisses-ki-oon_17 coulisses-ki-oon_21

coulisses-ki-oon_18 coulisses-ki-oon_19

La Responsable de Fabrication : Marine BARREYRE

La responsable de fabrication se doit d’être exigeante quant à la qualité du produit fini, c’est elle qui va sélectionner et valider les éléments produits.
Marine s’occupe autant de la fabrication de manga, de PLV (publicité sur le lieu de vente), que des produits dérivés réalisés par Ki-oon comme des t-shirts, des mugs ou des sacs.

Passée par Ankama, Tonkam et Pika, Marine travaille chez Ki-oon depuis déjà trois ans et demi.

Une fois qu’Ahmed, le directeur éditorial, a décidé du produit qu’il souhaite, Marine se met en quête des techniques adéquates, des matières et des meilleurs prix possibles.
Véritable rouage placé entre les différents services de la maison d’édition et les fabricants externes des produits, elle se doit de connaître le planning et les contraintes des uns et des autres sur le bout des doigts.

Pour le manga Last Hero Inuyashiki, le directeur éditorial souhaitait le même motif pelliculé que sur la version japonaise. Motif qui s’est révélé très difficile à trouver, mais qui, à force de recherche, a été déniché chez un grossiste en pelliculage.
Le souci du détail n’est que rarement un long fleuve tranquille…

Plus récemment, Ki-oon a choisi d’éditer l’artbook de Pandora Hearts. Celui-ci est, logiquement, majoritairement en couleur, mais surtout a été réalisé avec la gamme d’impression purement nippone DIC, alors que nous autres, en Europe, utilisons la gamme américaine Pantone. Le souci se situe au niveau des couleurs des encres, un peu différentes, et trouver des équivalents Pantone altère bien souvent la colorimétrie d’origine.
Choix a donc été fait d’imprimer à Singapour pour pouvoir utiliser les mêmes encres que les éditeurs japonais, malgré les délais de livraison autrement plus longs qu’en Europe (le seul transport en bateau prenant un mois et demi environ).

De la volonté d’Ahmed, Ki-oon fait majoritairement imprimer en France, maîtrisant ainsi mieux les délais.
Pour certains titres très techniques, comme Inuyashiki ou Dimension W, c’est l’Italie qui est choisie pour ses compétences et ses prix en la matière.

Le boulot de responsable de fabrication demande à être bon coordinateur, il faut rassembler et vérifier les informations, et bien connaître les différentes techniques de fabrication qui existent.
Mais il faut aussi aimer travailler à la toute fin de la chaîne éditoriale : les délais de fabrications sont relatifs à un processus industriel se faisant dans des usines externes à la maison d’édition : ils sont souvent incompressibles.

Le fabricant est aussi le dernier à passer sur le livre, après les services éditoriaux et les graphistes. En effet, c’est lui qui vérifie en dernier les fichiers à imprimer et qui effectue la toute dernière relecture en validant le bon à tirer avant de lancer le tirage. Un retard de sa part, de l’usine qu’il emploie ou tout simplement d’un des services l’ayant précédé, entraîne donc un décalage de la date de livraison, et par là même, un titre qui rate sa date de sortie. C’est donc un poste clé chez un éditeur.

Ses mangas/auteurs favoris :
Naoki URASAWA, Barakamon

coulisses-ki-oon_26 coulisses-ki-oon_23

coulisses-ki-oon_22 coulisses-ki-oon_24

Lire la suite

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

14 commentaires

  1. merci, article très intéressant comme très souvent d’ailleurs

  2. Chouette dossier mettant en avant certains acteurs de l’ombre qui n’en restent pas moins importants dans la qualité du produit que l’on achète, merci bien !

  3. Super dossier pour en savoir plus, simple et intéressant, je me suis régalé. Ca rend l’éditeur plus sympathique de connaitre les têtes des gens qui y travaillent et de savoir ce qu’ils font 😉

  4. Kubo

    Heureux que ça vous aie plu ! 🙂

  5. Merci à vous pour tous ces détails et à eux pour leur travail 🙂

  6. Merci, ça fait partie des dossiers super intéressants du site, j’attendais ça avec engouement 🙂

  7. Article très sympa ! Ça vaut la peine de scruter les photos pour avoir un scoop sur une nouvelle série ? lol

  8. tiens yavait pas Cecile ce jour là ?

  9. Très intéressant comme article on apprend grâce a lui pas mal de chose sur l’organisation de cette éditeur qui prend très à cœur son travaille et dont le travail est admirable il est rare de nos jours de pouvoir avoir accès au fond de catalogue des éditeurs il n’y qu’avec Ki-oon que cela est possible et je les remercie pour cela m’a permis de découvrir récemment Amanchu et Tsukihime donc merci a eux et très bon article ça serai bien d’en avoir d’autre dans le genre pour une « démystification » des éditeurs sur Internet.

Laisser un commentaire

banner