Publicité

Accueil / Dossiers / Reportages / Dans les coulisses / [Dans les coulisses] Les Éditions Kana

Publicité

Photo : © WN
Photo : © WN

[Dans les coulisses] Les Éditions Kana

Dans les coulisses vous propose de découvrir l’envers du décor de l’industrie du manga, en France, d’aller à la rencontre des gens qui font l’édition, de voir comment et où ils travaillent.

Aujourd’hui ce sont les éditions Kana qui ont reçu Manga Mag.
Rencontre avec les gens qui éditent Naruto, Death Note, Hunter x Hunter et Bonne nuit Punpun !

C’est en 1996 que Media Participations lance son label pour éditer du manga : Kana, sous la houlette d’Yves SCHLIRF. Comme son groupe, Kana situe ses bureaux à cheval entre Bruxelles et Paris. La partie animation et marketing est située dans la capitale française, la partie manga dans la capitale belge.

Les locaux de l’éditeur sont placés juste à côté de la gare internationale Bruxelles Midi, rendant les aller/retours régulier plus simples pour les équipes qui naviguent entre Belgique et France. Le bâtiment qui abrite Kana comporte 8 étages où se placent d’autres éditeurs et services du groupe comme les éditions Le Lombard ou Dargaud Benelux.

L’éditeur nous a ouvert ses portes pour vous permettre de découvrir qui sont les acteurs qui font le catalogue Kana, et où ils travaillent.

© Google

coulisses-kana-7 coulisses-kana-12

coulisses-kana-2 coulisses-kana-1

Le Directeur Général : Yves SCHLIRF

Yves c’est le « patriarche bienveillant », le créateur du label Kana, un personnage historique de l’édition de manga. Il en est encore le directeur général, mais c’est Christel HOOLANS qui assure la direction de façon effective depuis plusieurs mois.

Longtemps libraire à Bruxelles, où il importera des mangas en version originale, il est fasciné par ces lecteurs qui achètent des volumes sans pour autant lire le japonais.
Persuadé du potentiel, il tentera vainement de convaincre Claude de SAINT VINCENT de faire du manga, et celui-ci ne cédera qu’au bout de deux ans à l’arrivée de François PERNOT.
Anecdote cocasse, c’est grâce à un article sur la librairie d’Yves dans un journal japonais que Shueisha acceptera de travailler avec Kana, alors qu’ils partaient pour leur refuser toute licence.

Amateur de bande-dessinée au sens général, Yves est particulièrement fier de sa collection Made In, de ses auteurs pointus et de ses séries patrimoniales qui font l’originalité du catalogue Kana qui ne se contente pas de blockbusters.

Il est, aujourd’hui, plus accaparé par son rôle de directeur éditorial de Dargaud Benelux et de Blake et Mortimer, où il édite plus ou moins 40% du catalogue Dargaud, mais continue de porter un regard sur Kana, et surtout conserve la gestion de certains auteurs comme Kazuo KAMIMURA, Li KUNWU…

Ses mangas/auteurs favoris :
Katsuhiro ÔTOMO, Kazuo KAMIMURA, Taiyô MATSUMOTO

coulisses-kana-34 coulisses-kana-33

coulisses-kana-37 coulisses-kana-35

La Directrice Générale Déléguée : Christel HOOLANS

Anciennement directrice éditoriale de Kana et directrice éditoriale adjointe de Dargaud Benelux, Christel travaille chez Kana depuis sa création et a longtemps travaillé main dans la main avec Yves SCHLIRF avant de se voir confier entièrement le destin du label, que ce soit de l’édition de mangas ou la japanime. De façon plus générale, elle est en charge des contenus japonais rassemblés au sein du pôle Japon du groupe Media Participations.
Elle définit son rôle comme étant celle qui doit « rendre cohérent les contenus japonais du groupe ».

Elle est à la fois directrice générale adjointe et directrice éditoriale et s’occupe de la stratégie du label, du choix final des titres, du choix des auteurs qui travaillent en création et du budget.

Pour le choix des titres achetés en licence, elle s’appuie sur Timothée GUEDON, responsable éditorial, qui est accompagné dans cette tâche de Yuki TAKANAMI, assistante éditoriale bilingue et Thibaud DESBIEF (consultant et traducteur, entre autres, des titres d’URASAWA parus chez Kana).

La définition que Christel donne du catalogue Kana est assez simple : « un catalogue généraliste… dans tous les sens du terme ! Nous voulons faire découvrir la diversité du manga au public francophone et montrer la palette extraordinaire qu’il représente. Les seuls sujets que nous évitons sont la violence et la pornographie. »

Pour Kana, outre la stratégie, elle s’occupe des relations avec les ayants-droit japonais et, des négociations pour l’obtention des titres.
Elle se rend environ trois fois par an au Japon pour rencontrer les représentants des structures avec lesquelles l’éditeur travaille, ou souhaite travailler et rencontrer les auteurs avec lesquels Kana travaille en direct.

De même, elle fait la navette chaque semaine entre son bureau bruxellois et les locaux parisiens de Kana.

Ses mangas/auteurs favoris :
AkiraL’histoire des 3 Adolfs – Inio ASANO – Taiyô MATSUMOTO – Kazuo KAMIMURA – Takehiko INOUE

coulisses-kana-44 coulisses-kana-42

coulisses-kana-45 coulisses-kana-43

coulisses-kana-46 coulisses-kana-47

coulisses-kana-40 coulisses-kana-41

Le Responsable Editorial : Timothée GUEDON

Timothée est chez Kana depuis neuf ans, ayant débuté comme stagiaire pour Kana et Dargaud Benelux, il est depuis deux ans le responsable éditorial du label manga.

C’est lui qui dirige, de façon effective, le catalogue l’éditeur. Son rôle consiste à sélectionner les mangas sur lesquels faire des offres, ce qu’il fait conjointement avec Christel, sur la base des fiches fournies par Yuki.

Celle-ci l’alimente en informations, sur les tendances et les titres intéressants qui se dessinent au Japon et dans les magazines.
Il visualise, bien entendu, les magazines de pré-publication afin d’y repérer des titres au graphisme “fort”.

Quand un titre lui a tapé dans l’œil, ou quand Yuki l’a aiguillé sur un manga, il discute avec Christel de l’opportunité de faire une offre, et surtout dans quelle mesure.

Timothée est, aussi, en charge du suivi des créateurs originaux comme les auteurs chinois édités par Kana, ou les auteurs français qui ont intégré le catalogue comme Elsa BRANTS.
C’est un travail qu’il qualifie de « plus dur », car il faut « donner la direction voulue, apporter son soutien et ses encouragements régulièrement ».

En plus de ses tâches de responsable éditorial, il s’occupe du suivi éditorial de quelques titres comme Gintama, pour lesquels il vérifie la traduction, le graphisme, et s’occupe de la validation des visuels par les ayants-droit.

Il travaille, aussi, beaucoup avec la production, quant au choix du papier sur lequel imprimer ou du format. Il doit s’interroger sur la faisabilité des idées soumises, le prix et l’exploitation possible. Il doit souvent échanger avec la “prod’” pour trouver des solutions.

En tant que responsable éditorial, il est aussi de son rôle de présenter les futurs titres du catalogue aux commerciaux du distributeur (MDS) pour que ceux-ci puissent, à leur tour, les présenter aux libraires.

Ses mangas/auteurs favoris :
Dragon BallUndercurrentLa Plaîne du KantôInnocent – KuzuryuGintama

coulisses-kana-21 coulisses-kana-20

coulisses-kana-19 coulisses-kana-15

coulisses-kana-11 coulisses-kana-10

coulisses-kana-9 coulisses-kana-8

L’Assistance Éditoriale Spécialisée : Yuki TAKANAMI

Yuki travaille avec Kana depuis 2008, d’abord en tant que free-lance, puis en tant qu’employée depuis 2014.

Née en Belgique de parents japonais, elle est totalement bilingue et est l’experte en langue japonaise de l’équipe.
Après des études de communications à l’Université Libre de Bruxelles, elle envoie une candidature spontanée à Kana, et est reçue dans la foulée par Christel qui recherchait justement quelqu’un avec son profil.

Son rôle consiste à effectuer une veille permanente sur les nouveaux titres et les tendances du marché japonais. Elle lit une grande quantité de magazines de pré-publication et de volumes reliés chaque semaine, de sorte que son bureau est noyé sous les exemplaires ! D’autant que Kana ne se limite pas à surveiller les mêmes magazines, mais regarde presque toute la production japonaise d’importance.

Ayant des goûts assez généralistes, elle sait d’expérience sur quel type de série elle doit avoir l’œil selon la ligne éditoriale fixée par l’éditeur.

Si un titre a été repéré par Timothée ou Christel, elle s’occupe de rechercher des informations sur le manga, sur l’auteur, et de proposer des fiches de synthèse.

Quand un auteur ou un éditeur japonais vient en Europe, c’est aussi elle qui s’occupe de la traduction et de l’interprétariat.

Ses mangas/auteurs favoris :
Blue Spring Ride – Natsume ONO – EvangelionYuYu HakushoHot Road (de Taku TSUMUGI)

coulisses-kana-22 coulisses-kana-26

coulisses-kana-25 coulisses-kana-24

Lire la suite

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

9 commentaires

  1. Superbe article vraiment intéressant et très instructif *°*
    Merci de nous avoir fait découvrir l’envers du décors ^^

  2. Donc Christel HOOLANS n’a pas lu Hunter x Hunter parce qu’il y a de vrai moment violent.Perso j’aime bien ce manga qui est culte(a quand la suite,sensei Yoshihiro TOGASHI)mais pourquoi ne pas dire la vérité,madame!

    • Kubo

      Au moment où Kana achète Hunter x Hunter, en 1999, le manga en est à son 5-6ème volume et restait dans les « normes » du Weekly Jump. Après je ne sais pas comment ça a évolué vu que ma lecture du titre est très en retard, mais c’était tout à fait « Kana » à ce moment là.

    • Je préume que par « pas de violence », elle veut dire pas de mangas « utras violents/ultras gores » car sinon effectivement,il y a des mangas avec un peu d’action/de violence chez Kana.
      Sinon, article bien sympa., à quand un mangacast consacré à l’histoire de Kana ? 😉

  3. Merci pour l’article !
    Le message en français avec le dessin de Naruto, dans la bio de Christel Hoolans, c’est signé Kishimoto ?!
    Putain l’achievement de fou d’avoir ca dans son bureau !!!

    • Kubo

      Oui, c’est un shikishi sur lequel Masashi Kishimoto a écrit et dessiné un message pour Kana. Assez logique en fait vu que c’est l’éditeur français, et qu’il en a écoulé quelques exemplaires 😉

  4. Toujours aussi intéressant le principe « Dans les coulisses ». Merci pour l’article ça fait plaisir 😉

    C’est qui le prochain à y passer ?

Laisser un commentaire

banner