Publicité


Accueil / Dossiers / Portraits / Ma Mangathèque Idéale / Ma Mangathèque Idéale : Ours256 (Manga Mag)

[Dossier] Kazuo KAMIMURA, l’estampiste de l’ère Shôwa

Ma Mangathèque Idéale : Ours256 (Manga Mag)

Ma Mangathèque Idéale : Ours256 (Manga Mag)

Ma Mangathèque Idéale est une rubrique dans laquelle une personnalité du monde du manga ou de la japanime partage, avec nous, sa bibliothèque manga idéale et nous explique brièvement pourquoi elle a choisit ces titres !
Entre coups de cœur et œuvres incontournables, découvrez leurs titres cultes !

Pour fêter notre première année, petit hors-série de la rubrique car c’est le staff de Manga Mag qui s’y colle !
Aujourd’hui, c’est Ours256, rédacteur en chef et fondateur de Manga Mag, responsable de publication sur Krinein Manga, qui nous propose sa “mangathèque” idéale !

separ

Dragon Ball
d’Akira TORIYAMA
Glénat

« Tout a commencé avec Dragon Ball… Pour le coup, je ne suis pas très original mais comme beaucoup de gens, c’est voir les petits volumes Glénat en kiosque qui m’a fait devenir un acheteur compulsif. J’allais encore à l’école primaire et je regardais le Club Dorothée religieusement pour ne pas manquer un épisode des aventures de Goku. En tombant sur les mangas sur une étagère de la presse de mon quartier, je n’aurais jamais imaginé être plus happé par une bande-dessinée que par un dessin-animé. C’était sans compter sur le génie de TORIYAMA… »

separ

La Loi d’Ueki
de Tsubasa FUKUCHI
Pika

« Beaucoup d’entre vous doivent se dire : « Hein ? C’est quoi ce titre ? Il est fou ou bien… ? ». Non, je ne suis pas fou, La Loi d’Ueki est probablement de l’un de mes shônen préférés. Dans son titre, Tsubasa FUKUCHI a su mettre en scène des personnages simples, attachants mais surtout qui marquent les esprits. Le chara-design a beau être simple, je suis incapable d’oublier Ueki et son image revient souvent lorsque je lis les nouveautés, plus de 10 ans après avoir refermé le dernier volume de la série. »

separ

Area 51
de Masato HISA
Casterman

« Masato HISA est un génie. Si je voulais, je pourrais m’arrêter là pour justifier la présence d’Area 51 dans ma mangathèque. Cet auteur n’est arrivé chez nous que très récemment et pourtant, ce n’était pas si facile de choisir entre cette série et Jabberwocky (et ses dinosaures) qui restent deux must-have. Graphiquement exceptionnel, scénaristiquement intelligent, le seul aspect négatif que je pourrais trouver aux oeuvres d’HISA, ce serait qu’elles ne sortent pas assez vite. »

separ

Monster
de Naoki URASAWA
Kana

« Monster est un titre qui possède une place de choix dans ma mangathèque. La première couverture du titre n’avait rien d’attrayant pour un jeune de 17 ans et je ne me serais jamais intéressé sans le conseil d’une amie qui m’avait dit « Lis jusqu’au tome 4 et tu seras complètement accro ». Elle n’a pas eu tort, une fois le tome 4 terminé, je me suis rué à la FNAC pour acheter tous les tomes disponibles. Monster, c’est un thriller aux personnages superbement travaillés, au scénario bien ficelé (les talents de conteur d’URASAWA ne sont plus à prouver). Cependant, s’il y avait une seule chose à retenir, ce serait la duel Tenma/Johann qui tient le lecteur en haleine pendant 18 volumes. »

separ

Astro Boy
de Osamu TEZUKA
Glénat / Kana

« Choisir un titre de TEZUKA est très difficile pour moi. Ce n’est qu’après une réflexion prolongée que j’ai réussi à choisir Astro Boy. L’un des soucis majeurs avec cette série, c’est qu’elle n’est pas disponible dans son intégralité en France. Kana a publié plusieurs volumes qui réunissent quelques histoire mais on est loin de tout avoir. Si vous souhaitez la découvrir dans son format original, il faudra se diriger vers les versions Omnibus de l’éditeur américain Dark Horse. En tout cas, il y a dans  les aventures d’Astro, tout ce qui fait le shônen moderne : de l’action, de l’aventure, des bons sentiments et des idées d’histoire à ne plus savoir qu’en faire ! »

separ

Ashita no Joe
de Tetsuya CHIBA & Asao TAKAMORI
Glénat

« Si vous cherchiez l’âme des shônen manga, vous l’avez trouvée. Ashita no Joe fait office de référence du genre à tous les niveaux. Joe, c’est le jeune démuni au destin incroyable, l’âme solitaire qui recherche son rival en repoussant ses limites jusqu’au bout. Les pages s’enchaînent et on sent le jeune homme se diriger inexorablement vers son destin… S’il y a bien un titre vintage à lire, c’est celui là. »

separ

Le Champ de l’Arc-en-Ciel
de Inio ASANO
Panini Manga

« Bizarrement, quand on me demande ce que je pense d’ASANO, j’ai toujours une petite réserve. Cet auteur, considéré comme un génie pour beaucoup, réfère souvent à des sentiments et à des situations qui ne me parlent pas. Avec Le Champ de l’Arc-en-ciel, c’est tout le contraire. Il y a de nombreux éléments auxquels je peux me rattacher (notamment pendant la période scolaire). Le mangaka déroule son histoire à travers un volume complexe, intelligent et particulièrement poignant. »

separ

Hunter X Hunter
de Yoshihiro TOGASHI
Kana

« S’il y a bien un shônen qui continue à passionner en France comme au Japon à la sortie de chaque nouveau tome (on pourrait même dire à chaque nouveau chapitre), c’est bien Hunter X Hunter. La série du mangaka troll Yoshihiro TOGASHI est écrite par un génie qui déçoit rarement le public à chacun de ses retours. Même si son amour de la saga Dragon Quest et du pachinko est toujours plus fort, il possède un talent rare dans l’écriture qui lui permet de créer un shônen qui ne ressemble à aucun autre.  »

separ

Tomié
de Junji ITÔ
Delcourt/Tonkam

« Il y a des auteurs pour lesquels sélectionner un titre est difficile et il y a Junji ITÔ. Le maître du manga d’horreur à la japonaise possède une bonne dizaine de bons titres mais aucun ne parvient à toucher l’excellence (ni à obtenir le rayonnement) de Tomié. Un peu à l’image de la jeune femme qu’il décrit, le titre traverse les époques sans que sa qualité puisse être remise en doute. Avec un encrage particulièrement sombre qui joue avec l’angoisse du lecteur, il serait fou de croire que vous pourrez sortir indemne de la lecture de l’intégrale de Tomié. »

separ

Moonlight Act
de Kazuhiro FUJITA
Kazé Manga

« Alors que Delcourt annonce l’arrêt de commercialisation de Karakuri Circus avant d’être arrivé au bout de la série, c’est avec une tristesse infinie que je me dis qu’aucune autre oeuvre de FUJITA ne débarquera en France. Kazé Manga m’a donc choqué (positivement) lorsqu’ils ont annoncé Moonlight Act. Après tout, le mangaka sait ce qu’il fait en terme de shônen et avec un nouvel univers, il aurait pu conquérir le public français. Une chose est sûre, cette oeuvre aux personnages géniaux et qui n’hésite pas à emprunter un maximum à notre culture, mériterait d’être plus populaire, ne serait-ce que pour l’imagination débordante de son auteur. Ce qui le démarque d’autres productions du même genre ? FUJITA ne réinterprète pas les contes, il les réécrit. »

separ

Nodame Cantabile 
de Tomoko NINOMIYA
Pika

« Des séries qui cherchent à mettre de la musique dans les oreilles du lecteur, il y en a quelques unes mais aucune ne peut être comparée à Nodame Cantabile, probablement à cause de son personnage principal complètement à l’ouest en quasi permanence. Megumi Noda est un vrai aimant à délire mais quand il s’agit de musique, elle sait se concentrer, quitte à oublier tout ce qu’il se passe autour d’elle. Elle n’hésite pas non plus à prendre des risques pour ceux qu’elle aime, ce qui fait d’elle une héroïne forte et toujours agréable à suivre, gyaboooo !!! »

separ

Eyeshield 21
de Riichiro INAGAKI & Yûsuke MURATA
Glénat

« Je ne peux pas vraiment faire une sélection orientée shônen et ne pas mettre un manga de sport. Là où beaucoup auraient sûrement choisi un titre comme Slam Dunk, j’ai préféré la timidité maladive du Sena, larbin de son état qui possède une vitesse de course ridiculement élevée. Acquise à force de trimer pour les autres, le jeune garçon va découvrir la vie sous un angle différent… où peut-être pas tant que ça puisque c’est Hiruma qui s’amusera à tourmenter le héros. Dépassement de soi, affrontements dantesques, dessins sublimes… Dur de résister à Eyeshield 21 »

separ

Orange
d’Ichigo TAKANO
Akata

« Si vous nous lisez régulièrement, vous ne devriez pas être surpris de voir Orange ici. J’avais dit dans ma chronique que le titre était « un must have  dans toute mangathèque qui se respecte ». Mon avis n’a pas changé pour cet excellent titre d’une auteure qui a su ravir le coeur des garçons comme des filles avec un titre universel. Plus qu’un simple manga, le titre d’Ichigo TAKANO nous raconte une histoire passionnante avec des personnages réalistes et attachants, le tout servi par un graphisme sublime et un sens de la composition et de la narration tout simplement épatants. »

separ

Your Lie in April
de Naoshi ARAKAWA
Ki-oon

« Faire une mangathèque axée shônen sans comédie romantique, ça frôlerait le ridicule. Dans cette catégorie, il y a pourtant de quoi faire : Orange Road, GE Good Ending, Video Girl Ai, Love Hina… Pourtant, dans toutes ces séries, aucune héroïne n’arrive à la cheville de Kaori Miyazono. Le personnage de Naoshi ARAKAWA possède ce petit quelque chose en plus que je ne retrouve pas chez les autres… Le titre est bien mené du début à la fin avec sa romance sur fond de traumatisme et une passion pour la musique qui ressort chez tous les personnages. »

separ

Kasane
de Daruma MATSUURA
Ki-oon

« Pour Kasane, c’est un peu comme pour Area 51, je ne sais pas si on peut vraiment parler de coup de coeur. Il y a eu quelque chose de plus fort, un coup de foudre peut-être ? L’oeuve de MATSUURA fait partie de ces rares titres qui se veulent adultes et qui assument leur côté un peu philosophique. Kasane, c’est la recherche de la beauté par une jeune fille qui ne l’a jamais connue, c’est la découverte de tous les petits plaisirs qu’elle peut apporter dans la vie mais aussi de son côté traître, de la solitude qu’elle peut créer ainsi que de la jalousie qu’elle peut susciter. »

separ

GTO
de Tôru FUJISAWA
Pika

« GTO, c’est un manga qui vous change la vie. On peut même dire qu’Onizuka, c’est le prof que tout le monde rêve d’avoir. Pour pousser, on pourrait même dire que c’est le genre de titre qui vous donnerait même envie de retourner à l’école histoire de voir si les choses ont changées (la réponse est oui, l’éduction moderne n’a plus rien à voir avec celle d’avant). Grâce à un personnage principal qui relève du génie, FUJISAWA explore les problèmes de la jeunesse japonaise d’il y a dix ans (qui ont été amplifiés depuis) avec un œil caricatural et satyrique. »

separ

Six Half
de Ricaco IKETANI
Delcourt/Tonkam

« Six Half est un des rares shôjo de ma mangathèque mais il n’a aucunement volé sa place. Le titre de Ricaco IKETANI fait partie de mes gros coups de coeur de ces dernières années. Familles recomposées, amnésie… L’auteure ne se facilite pas la tâche avec les thèmes abordés, au contraire. Même si la fin pourra facilement décevoir, on sent que la mangaka a beaucoup travaillé sur son histoire. Il n’y a pas vraiment de questions laissées en suspend, tout est traité de manière sensible (certains des thèmes abordés sont bordeline) et le lecteur peut refermer cette série en 11 tomes l’esprit tranquille. »

separ

Gintama
de Hideaki SORACHI
Kana

« Gintama est une série très spéciale. Hideaki SORACHI possède un talent fou pour proposer des histoires complètement abracadabrantesques qui ne pourront que vous faire éclater de rire grâce à un humour typiquement japonais poussé dans ses derniers retranchements. Bien sûr, il faut être réceptif au « délire » que l’on pourrait presque qualifier de surréaliste du mangaka. Ce dernier peut prendre n’importe quoi et en faire un gros gag, que ce soit les légendes japonaises (raillées par l’histoire du petit fantôme des toilettes) ou le sondage de popularité du Jump (tourné en dérision) ; SORACHI ne s’arrête sous aucun prétexte ! »

separ

Jojo’s Bizarre Adventure
de Hirohiko ARAKI
Delcourt/Tonkam

« Impossible de ne pas terminer ma mangathèque avec l’oeuvre que je considère comme l’une des plus géniales au monde ? Vous l’avez compris, il est l’heure de parler de Jojo’s Bizarre Adventure ! Je suis incapable de vous expliquer en quelques mots ce qui fait le génie de cette saga. Je vous invite donc à lire mon dossier sur le sujet (qui se complète au fil des sorties françaises) si vous voulez vraiment mesurer tout l’amour que je porte à cette série. Une chose est sûre, une fois que vous avez pris goût aux combats de stands, les affrontements traditionnels n’ont plus la même saveur… »

separ

« Désolé si ma sélection fait très shônen mais je crois que je suis une victime du complot visant à faire aimer des « trucs de mecs » aux garçons et des « trucs de meufs » aux filles ! Je ne voyais pas l’intérêt de mettre One Piece dans ma mangathèque même s’il fait partie de mes œuvres préférées. Après tout, qui ne connaît pas encore la série d’Eiichiro ODA en 2016 ? »




A propos de Manga Mag

Manga Mag est un site francophone consacré au manga et à l’animation japonaise, à travers des chroniques de titres, des dossiers, des reportages et l’actualité du domaine.

12 commentaires

  1. Orange ? sérieux ?
    Ueki je me dis OK, va. Mais Orange. sérieux ? ya 100 shoujo 100 fois mieux.

    • Ours256

      Sauf que déjà, je considère pas vraiment Orange comme un shôjo et qu’il faut aussi que tu comprennes que c’est ma mangathèque, pas la tienne :). Les goûts et les couleurs, hein ^^’

    • C’est un peu vache ce que tu dis Rukawa je trouve.

      Pour défendre Orange (et les goûts de Ours), je trouve que ce titre est d’une grande puissance émotionnelle, et ça même si tout n’est pas parfait dans son écriture. Loin de la romance classique, j’ai trouvé l’écriture du personnage de Kakeru d’une grande finesse, permettant de réellement mettre en avant son mal être, comme ceux qui le vivent réellement lors du décès d’un proche. C’est simple, ce n’est pas quelques phrases qui vont le sauver, c’est la présence régulière de ses amis qui va permettre petit à petit à Kakeru de s’en sortir. J’ai personnellement rarement lu un manga qui parle aussi bien du deuil et de ce que peut vivre une personne en détresse émotionnelle.

      Et ça, ce n’est qu’une partie de ce que peut offrir ce manga, plaisant aux gens pour bien d’autres aspects.
      Pourquoi un manga aussi riche n’aurait pas sa place dans un top ? Surtout personnel ? 🙂

  2. C’est très intéressant à lire comme article comme exemple de ce qu’il peut y avoir de différent en matière de référence d’une génération à une autre; par exemple, c’est très typé shounen et lectorat « jeune », très peu de SF, etc.

    • Ours256

      Je reconnais volontiers être très shônen, en même temps, j’ai été élevé à ça donc ça se répercute aisément sur mes goûts mais il faut croire que j’ai gardé le fameux shônen no hâto :p

      Pour la SF, j’en lis très peu (je suis plus tranche de vie / action-aventure en règle générale) donc il était difficile d’en placer :).

  3. Pourquoi je suis pas surpris de la présence de jojo? Ah oui, parce que Ours est un futur leader du Ku Klux Khan pour jojo et qu’il va imposer, à tous ses disciples, de faire les pauses des personnages. :p

    • Ours256

      Si tu savais… J’en suis au point où je fais faire les poses à mes élèves s’ils veulent que je prenne une photo avec eux 😀

      • T’es prof de manga en Angleterre? Tous ceux qui aiment Jojo, ils ont 20/20 et ceux qui détestent, ils ont 0/20, c’est ça ton mode de fonctionnement en tant que prof, :p? Bon sinon, il y a de bons choix dans cette sélection, (j’en possède 4 de la liste) voire des très bons. C’est malin de mettre le seul Inio Asano indisponible en France, ça va pas être évident de mettre la main dessus vu que c’est du Panini.

  4. Ma mangatheque ideal perso :

    Hikaru no Go : Un shonen exceptionnel de narration, tenu avec brio par son duo d’auteur. Une oeuvre prenante, rafraichissante. Un manga eternel.

    Nana : Selon moi le meilleur Shojo jamais ecrit. Une oeuvre puissante, pas immature. Elle peut plaire a tout les ages, tout les genres. Esperons voir un jour la fin

    L’habitant de l’infini : un Seinen avec un trait incroyable, une histoire profonde se passant durant l’ère Edo. A mes yeux le meilleur manga sur l’epoque.

    Eden : Un seinen post apocalyptique mais pas que. Une histoire qui pose de vrai question (la drogue, la technologie etc) tout en traitant ses personnes avec maestria.

    Dragon Head : Un manga exceptionnel sur une catastrophe detruisant le japon. Ce manga est culte. C’est un Seinen d’exception que tout le monde se doit de lire une fois

    HunterxHunter : A mes yeux le meilleur shonen baston/aventure et de tres loin. une oeuvre original avec des personnages forts.

    Parasite : Encore un Seinen grandiose qui pose des questions sur la place de l’humain lorsque des parasites viennent et decident de nous devorer. Un manga, encore une fois, culte.

    GTO : Difficile de ne pas citer le manga de notre jeunesse, celui ou Onizuka nous faisait tous rever (« s’il pouvait etre mon prof ») une oeuvre menait de mains de maitre avec des personnages tres attachants.

    Dorohedoro : l’ovni de ma liste. Tres meconnu, ce mange est un bijoux , une petite perle a vraiment decouvrir. Vous ne serrez pas decu.

    L’attaque des titans : je me devais de citer ce manga qui demontre volume apres volume qui il maitrisait de bout en bout par son auteur.

    Real : Un manga sur des paraplégiques reprenant gout à la vie part le basket. une histoire poignante et intense par l’auteur de Slam Dunk ! A lire

    I »s : je ne pouvais pas finir sans un Shonen Ecchi avec le manga de Katsura qui aura fait vibrer nos organes (notre coeur et notre b…) durant notre adolescence .

    Voila mes 12 mangas ideals (d’ailleurs ils sont tous dans ma mangatheque ahah !

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]