Publicité

Accueil / Dossiers / Portraits / Ma Mangathèque Idéale / Ma Mangathèque Idéale : M. BERBERIAN (BLACK Studio)

Publicité

Ma Mangathèque Idéale : Martin BERBERIAN (B•L•A•C•K Studio)

Ma Mangathèque Idéale : M. BERBERIAN (BLACK Studio)

Ma Mangathèque Idéale est une rubrique dans laquelle une personnalité du monde du manga ou de la japanime partage, avec nous, sa bibliothèque manga idéale et nous explique brièvement pourquoi elle a choisit ces titres !
Entre coups de cœur et œuvres incontournables, découvrez leurs titres cultes !

Aujourd’hui, c’est Martin BERBERIAN (que vous avez pu découvrir grâce au Coin du Guest), graphiste chez B•L•A•C•K Studio, qui nous propose sa “mangathèque” idéale !

Blackstudio

« Il est très dur de faire un choix restreint dans une sélection de mangas. Pour y arriver, je vais m’en tenir à cette idée : Quelles seraient les séries que j’emporterais sur une île déserte ? »

Berserk
de Kentarô MIURA
Glénat
« J’ai commencé Berserk lors de sa toute première parution, chez Dynamic Vision. Ce manga m’a touché, tant par son dessin incroyable que par son héros, littéralement « torturé » étant donné qu’il tire sa force de sa haine envers Griffith et qu’en plus, l’armure du Berserk déchiquette son corps à chaque combat. Quelle sublime mise en scène de la rage intérieure ! »

separ

Gunnm
de Yukito KISHIRO
Glénat
« À l’instar de Berserk, nous avons ici un grand classique de science-fiction à la japonaise. On retrouve les mêmes caractéristiques (dessin grandiose et maturité). Dès les premières pages, on sent que l’univers est très cohérent et tout ce qui s’y déroule devient crédible ! À travers ça, KISHIRO nous propose rien de moins que la quête philosophique de la vie. J’ai hâte de lire la suite des aventures de Gally/Yoko, sur Mars. »

separ

Real
de Takehiko INOUE
Kana
« Takehiko Inoue est, pour moi, un maître incontesté en matière de narration et de dessin. Je l’ai découvert à travers Slam Dunk, que j’affectionne énormément, mais Real a ce « petit plus » : un contexte réaliste, ces personnages qui doutent, qui échouent, qui sont humains, en plus de nous parler d’Handibasket ! Bizarrement, j’accroche beaucoup moins à Vagabond et ce, même si je respecte à 100 % la qualité de l’œuvre. »

separ

Parasite
de Hitoshi IWAAKI
Glénat
« Ce titre est une vraie découverte de Glénat dont j’aurais beaucoup de mal à me passer, tant la maturité du scénario est grande, si on arrive à faire l’impasse sur le graphisme un peu plus léger. Pour une fois, l’histoire a un excellent pitch, un développement excellent, et une très belle fin. C’est un des mangas que je recommande le plus. »

separ

Gantz
de Hiroya OKU
Delcourt/Tonkam
« Gantz aurait pu n’être qu’un pitch de nanar parmi tant d’autres, si Hiroya OKU n’avait pas été le mangaka idéal pour développer une histoire aussi sombre et réaliste. Tant de réflexions et de vérités sur la mort et l’existence dans la société japonaise mettent presque mal à l’aise. Bon sang, ce volume 8, quoi ! »

separ

Rookies
de Masanori MORITA
Delcourt/Tonkam
« Masanori MORITA traite la question des jeunes « racailles » japonaises avec compassion et amour. Ce sont des braves gars un peu paumés qui deviennent si attachants quand quelqu’un de candide se met à croire en eux. Il arrive à vous faire exploser de rire et à vous faire pleurer de joie d’une page à l’autre. C’est particulièrement lors d’une relecture intensive que la qualité de ce manga m’a sauté aux yeux. Autre détail non-négligeable : je regarde le baseball avec intérêt maintenant ! »

separ

Nana
de Ai YAZAWA
Delcourt/Tonkam
« 
Ai YAZAWA signe une excellente série qui dépasse les « genres » et les a priori avec un contenu qui pourra intéresser les garçons comme les filles. Encore un manga qui a fait bouger les barrières, autant au Japon qu’en France d’ailleurs. Dommage que nous n’ayons pas encore la fin, mais peut-être que ce n’est pas indispensable que ça…« 

separ

Hikaru no Go 
de Takeshi OBATA & Yumi HOTTA
Delcourt/Tonkam 
« 
OBATA a beau avoir un excellent coup de crayon, il n’est rien sans un scénariste (même si j’avais bien aimé Rampou), et ici, ça serait plutôt « une » scénariste, Yumi HOTTA. Tous les personnages sont très attachants et on découvre que la vie de joueurs professionnels de Go est terriblement exigeante. Jamais le jeu de Go n’a été aussi passionnant que dans Hikaru no Go, et jamais un pitch aussi puissant n’a été aussi bien développé que dans Death Note, autre série où le dessinateur est appuyé par Tsugumi OHBA au scénario.« 

separ

Happy! 
de Naoki URASAWA
Panini Manga
« 
Happy! est n°1 sur le podium de mon top 3, devant 20th Century Boys et Monster, mais de très peu. Ce que j’adore dans ce manga c’est qu’il prend totalement à contre-pied sa série sportive phare de l’époque Yawara! Au lieu d’être héroïne encouragé de tous comme le fut la judoka, la gentille et honnête Miyuki hérite d’une très très mauvaise réputation sportive suite à des quiproquos et à des machinations de sa rivale. Malgré son talent, elle galère !« 

separ

Ping Pong
de Taiyou MATSUMOTO
Kana
« 
Amer Béton, Number 5, et toutes les autres séries de Taiyou MATSUMOTO sont des claques visuelles et scénaristiques. Ce mangaka se détache particulièrement grâce à son graphisme particulier qui s’approche plus des romans graphiques occidentaux. Encore une fois, c’est le manga sportif qui me fait le plus craquer. Vous avez vu le film ? Il est pas mal du tout !« 

separ

La trilogie Paris
de Jean Paul NISHI
Picquier Editions
« Définitivement, j’emmènerai avec moi les trois volumes que Jean Paul NISHI a écrit sur son expérience française. J’admire beaucoup le talent qu’il a pour tirer d’une situation une analyse teintée d’humour et de justesse, que ce soit sur lui, la France, ou ses compatriotes japonais. »

separ

Akira
de Katsuhiro OTOMO
Glénat
« Encore et toujours Akira… Oui, bien entendu, je suis comme les autres ! J’ai découvert ce titre lors de sa première sortie en France et j’ai toujours beaucoup estimé cette œuvre. Avec sa nouvelle réédition, je me suis replongé dedans et… ça reste incroyable.

Quel dessin ! Quelle narration ! Quelle histoire dense ! Quelle anticipation sur nos sociétés actuelles ! Akira est, pour moi, un peu ce qu’est Twin Peaks aux séries TV, une œuvre incontournable qui met continuellement une claque aux productions récentes.« 

separ

Chiisakobé
de Minetarô MOCHIZUKI
Lézard Noir
« MOCHIZUKI n’est pas un nouveau dans la place. Il a dessiné de nombreux mangas, comme Dragon Head ou Maiwai, mais Chiisakobe, sorti depuis septembre dernier au Lézard Noir, est son œuvre la plus récente. Sa lecture était un vrai rafraîchissement, avec des personnages charmants, sensibles, et marquants. Ce manga possède un style graphique et une narration très épurée qui transforment le quotidien des personnages en une sorte de poésie contemplative. »

separ

LastMan
de BALAK, VIVES & SANLAVILLE
Casterman
« LastMan, c’est le 13e signe du zodiaque, le 8e passager, le Power Ranger vert. Il n’est pas d’origine japonaise, mais pour moi, c’est bel et bien un manga. Ses trois auteurs (BALAK, SANLAVILLE et VIVES) sont ultras doués et nous racontent des aventures folles dans un monde bien construit. En plus, mon péché mignon, c’est les invocations élémentaires. Peut-être qu’il est là, le renouveau du shônen tant attendu ? »

separ

« À la vue de mes choix, que peut-on dire ? Clairement que j’ai un faible pour les dessins audacieux, qui sortent du carcan classique manga mais j’ai surtout un appétit pour les scénarios, les bonnes histoires, les pitchs bien développés, des récits qui ont du sens, qui ne prennent pas les lecteurs pour des imbéciles.

Dans tous les cas, je porte beaucoup d’autres séries et d’autres auteurs dans mon cœur. Il en reste aussi beaucoup que je n’ai pas eu la chance de lire (le porte-monnaie a ses limites). Cette liste est donc susceptible d’évoluer ! »

BIOGRAPHIE : Martin BARBARIAN
Diplômé de l’EPSAA en 2007 en section Graphisme et Communication Visuelle, il est l’un des fondateurs du B•L•A•C•K Studio. Lettreur & graphiste freelance depuis 2010, il a travaillé pour le compte de plusieurs éditeurs sur des séries comme 7 Shakespeares, À nous deux, Paris ! et Yozakura Quartet. Passionné de manga depuis son plus jeune âge, il considère cette expérience comme une valeur ajoutée à son expertise visuelle.

Merci à Martin d’avoir partagé avec nous sa “mangathèque” idéale. À très vite pour un prochain numéro !




A propos de Manga Mag

Manga Mag est un site francophone consacré au manga et à l'animation japonaise, à travers des chroniques de titres, des dossiers, des reportages et l'actualité du domaine.

Laisser un commentaire

banner