Publicité


Accueil / Dossiers / Portraits / Ma Mangathèque Idéale / Ma Mangathèque Idéale : L’Otak’ des Lettres

Ma Mangathèque Idéale : L'Otak' des Lettres (Manga Mag)

Ma Mangathèque Idéale : L’Otak’ des Lettres

Ma Mangathèque Idéale est une rubrique dans laquelle une personnalité du monde du manga ou de la japanime partage, avec nous, sa bibliothèque manga idéale et nous explique brièvement pourquoi elle a choisit ces titres !
Entre coups de cœur et œuvres incontournables, découvrez leurs titres cultes !

Pour fêter notre première année, petit hors-série de la rubrique car c’est le staff de Manga Mag qui s’y colle !
Aujourd’hui, c’est L’Otak’ des Lettres, rédacteur et chroniqueur sur Manga Mag qui nous propose sa “mangathèque” idéale !

separ

Pandora Hearts
de Jun MOCHIZUKI
Ki-oon

« Pandora Hearts, c’est vraiment mon manga “coup de cœur” par excellence. Je l’ai découvert à travers une illustration dans un magazine japonais. Le dessin m’a tellement scotché que j’ai voulu savoir quelle était cette série dont j’ignorais alors le nom. Dès que je l’ai appris, j’ai cherché à en savoir plus sur la série (j’ai même acheté le premier artbook dans une librairie japonaise de Paris), jusqu’au jour où j’ai explosé de joie en apprenant que Ki-oon allait l’éditer. Je n’ai donc pas hésité : j’ai foncé à la dédicace de Jun MOCHIZUKI, à feu le Virgin des Champs-Elysées, pour me faire dédicacer l’artbook et surtout pour acheter les premiers volumes. Par la suite, ça n’a été qu’enchantement, déchirement face à certaines scènes. Pour moi, c’est une aventure de plus de six ans qui vient de se clôturer. »

separ

Fullmetal Alchemist
de Hiromu ARAKAWA
Kurokawa

« Comme beaucoup, j’ai découvert la série par sa première adaptation quand elle était diffusée sur Canal+. Fullmetal Alchemist, c’est pour moi LE shônen à avoir car dès le début, ARAKAWA nous plonge dans la dureté de la vie, tout en n’hésitant pas à mettre des passages très drôles. Les personnages sont charismatiques, développés ; l’intrigue se développe de telle manière qu’on a envie de savoir la suite. On est happé par le voyage initiatique des frères Elric. Je pourrais passer des heures à vanter cette série : c’est l’une de mes préférées, que je place aisément dans mon top 3. »

separ

xxxHoLic
de CLAMP
Pika Edition

« J’aime beaucoup ce que font les CLAMP, mais cette série est sans conteste la meilleure qu’elles ont faites. Bourrée d’humour, d’ésotérisme et de mystères, on suit les aventures de Kimihiro Watanuki dans la boutique de la sorcière des Dimensions, Yuko Ichihara. Bien que la série se complète avec Tsubasa Reservoir Chronicles, je trouve que la fin est bien meilleure, et le récit beaucoup plus abouti. On rentre dans le folklore japonais, les illusions prennent le pas sur la réalité. Que dire en plus du trait de dessin splendide, qui font passer les planches pour des estampes plus que des pages de manga. Honnêtement, si on ne doit avoir qu’une seule série de CLAMP, c’est vraiment celle-ci. »

separ

Darren Shan
de Takahiro ARAI
Pika Edition

« J’avais lu la saga de roman, écrite par Darren SHAN, en anglais (parce que la version française est quasiment inexistante, et que les couvertures françaises sont juste horribles comparées aux originales) avant de lire le manga. Outre le trait de dessin très beau, c’est surtout une excellente adaptation des romans. ARAI a su parfaitement faire siens l’essence du récit et le style de SHAN, ce qui rend les scènes aussi fortes, si ce n’est plus, que dans le roman. Je pense notamment à un moment du tome 11 qui m’a marqué par sa sobriété, ce qui la rendait d’autant plus tragique et puissante. »

separ

Kid I Luck !
de Yuko OSADA
Ki-oon

« Kid I Luck ! a été une véritable gifle quand je l’ai découvert. Le dessin est très dynamique et très beau, il colle parfaitement aussi bien aux scènes comiques qu’aux scènes extrêmement dramatiques. On rit, on pleure avec autant de sincérité. On n’est jamais dans le pathos à outrance, c’est parfaitement maîtrisé. En seulement trois tomes, la série a su s’imposer comme un seinen déguisé en shônen, avec des thèmes plus matures qu’il n’y paraît. Dès les premières pages, on est plongé dans une œuvre de grande qualité, qui permet de regagner le sourire après une mauvaise journée. »

separ

Poison City
de Tetsuya TSUTSUI
Ki-oon

« Vu le dossier et la critique rédigés, je ne pouvais pas parler de « mangathèque idéale » sans y inclure la dernière œuvre de Tetsuya TSUTSUI, qui est sans doute sa meilleure série. C’est un véritable cri du cœur en colère d’un auteur confronté à la censure, et qui nous donne une leçon de vie et nous appelle à la vigilance contre les défenseurs de la bonne pensée stérilisée. Ce manga est porteur d’un message très fort, doublé par un dessin de très grande qualité. De plus, du point de vue littéraire, on a une œuvre très intéressante : c’est un manga dans un manga, rompant avec le 4° mur. C’est une claque violente, à lire au moins une fois dans sa vie. »

separ

Neuro, le Mange-Mystère
de Yusei MATSUI
Glénat

« C’est par ma meilleure amie que j’ai découvert la série. Le trait de dessin et le scénario psychédélique m’ont tout de suite accroché. Neuro, c’est un continuel « What the f**k ?! » jouissif, qui nous fait nous demander qui est finalement le plus humain. Yusei MATSUI est un auteur génial, dont la première série publiée en France mériterait tellement plus de notoriété. Si vous aimez Assassination Classroom, je vous encourage vraiment à jeter un œil à Neuro. Je pourrais les relire sans jamais me lasser ! »

separ

Nobles Paysans
de Hiromu ARAKAWA
Kurokawa

« C’est la seconde œuvre d’ARAKAWA dont je vais parler (j’aurais pu toutes les mettre, tant j’aime ce qu’elle fait), mais je tenais vraiment à la mettre dans ma mangathèque idéale. Même si c’est une petite série, elle me touche car c’est l’une des rares autobiographies sous forme de manga, et ARAKAWA parvient à nous intéresser à son quotidien de fille de fermiers d’Hokkaidô grâce à l’humour omniprésent. On rentre un peu plus dans l’intimité de l’auteure, tout en essayant de démêler le vrai du faux dans ce qu’elle raconte. C’est une vraie bouffée d’air frais à chaque fois. »

separ

A Silent Voice
de Yoshitoki OIMA
Ki-oon

« Pour moi, c’est un manga magnifique, aussi bien graphiquement que du point de vue de son récit et de sa mise en scène. De manière tendre mais pas « guimauve », on parle du handicap, de la rédemption, du pardon et des relations avec autrui. C’est un véritable drame : le tragique et le comique se confondent pour donner un résultat réaliste et percutant. A Silent Voice prouve parfaitement qu’une image peut parfois être plus forte et porteuse de sens que tous les mots du monde. »

separ

Kenshin le Vagabond
de Nobuhiro WATSUKI
Glénat

« Un ami m’a offert les six premiers tomes car il savait que j’adorais les récits historiques, et il n’avait alors pas idée de la joie qu’il me ferait. J’ai dévoré les tomes, et me suis empressé d’acheter les autres volumes. Le récit, se passant au début de l’époque Meiji, donc quand le Japon s’est ouvert sur l’Occident et que l’ancien ordre a disparu, m’a transporté dans une période de transition, où la tradition lutte contre la modernité, mais aussi où les démons du passé resurgissent. La narration et le dessin sont extraordinaires. En plus, c’est l’une de mes premières séries, donc elle a un statut particulier pour moi. »

separ

Cesare
de Fuyumi SORYO
Ki-oon

« J’avais lu Cantarella, et j’avais peur de tomber de nouveau sur un manga qui mélangeait Histoire et merveilleux pour parler de Cesare Borgia. Ce fut au contraire une excellente surprise. On a là un manga historique au trait fin et détaillé, qui retrace la vie de cette famille légendaire que sont les Borgia. Les événements historiques ne sont pas pour autant mis à l’écart : ils participent activement à l’avancée du scénario. Si vous êtes passionné par l’Histoire, la géopolitique et par la Renaissance italienne, ce manga est juste obligatoire. »

separ

Emma
de Kaoru MORI
Kurokawa / Ki-oon

« C’est une amie, pourtant peu mangaphile, qui m’a parlé d’Emma. Quand Ki-oon a ressorti la série dans sa collection « Latitudes », j’en ai profité pour l’acheter et la découvrir, sachant que j’avais lu Bride Stories avant (que j’ai hésité à mettre ici d’ailleurs). Ce fut une claque scénaristique : j’ai eu l’impression de lire un roman du XIX° siècle mis en manga. Le récit est beau, passionnant, les personnages sont attachants. Quant au dessin, c’est juste sublime, il n’y a pas d’autres mots. Pour quelqu’un, comme moi, qui adore la littérature réaliste, c’est un véritable bijou. »

separ

God Save the Queen
de Suzuki YUKA et Hiroshi MORI
Soleil Manga

« C’est un one-shot trop peu connu, alors qu’il est pourtant très beau. Le trait de dessin fait penser à une estampe sur certains points. Cependant, ce qui m’a vraiment marqué, c’est tout le côté onirique, surréaliste du scénario. On est plongé dans une dimension où les limites entre la réalité et l’irréel sont effacées. C’est très perché, tout en étant logique. On bascule continuellement hors des champs de la perception. Si vous avez l’occasion, n’hésitez pas et achetez-le ! »

separ

Gunnm
de Yukito KISHIRO
Glénat

« J’avais le choix entre Akira et Gunnm, mais c’est la seconde qui m’a le plus marqué. La raison ? L’interrogation faite sur la notion d’humanité : qu’est-ce qui définit vraiment qu’on soit humain ? AÀ partir de quand un cyborg cesse d’être une machine et peut être perçu comme un humain ? Bien sûr, le dessin aussi y est pour beaucoup dans mon affection pour la série. »

separ

Neon Genesis Evangelion
de Yoshiyuki SADAMOTO
Glénat

« Pour moi, Evangelion a une saveur particulière, car c’est l’un des rares mangas de méchas que j’aime. En fin de compte, c’est tout le côté symbolique et tragique qui m’a marqué, mis en valeur par un graphisme magnifique. En plus, pour moi, ça marque une époque qui a perduré pendant plus de 15 ans, depuis le début de la série en 1998 et sa fin en 2014, ainsi qu’avec l’animé et les films. C’est, pour moi, l’un des piliers du manga et de la japanimation. »

separ

Le Chien Gardien d’Étoiles
de Takashi MURAKAMI
Sarbacane

« J’ai été attiré par ce manga, pourtant peu connu, parce que c’était le premier volume que je voyais obtenir la note maximale sur des sites spécialisés. Étonné par le score, j’ai voulu me faire moi-même mon opinion. Dès les premières pages, j’ai été saisi par la poésie, la tendresse et la beauté du récit. C’était magnifique tout en étant simple. Peu de mots peuvent transmettre l’émotion de l’histoire. Honnêtement, lisez-le : vous ne voudrez plus le lâcher, et encore moins vous en séparer. »

separ

« Il y a tellement de séries que j’aurais pu inclure dans la liste (Jojo’s Bizarre Adventure, Akira, Le Tombeau des Lucioles ou Le Garçon et la Bête si je pouvais parler des films, Altaïr, My Hero Academia, Saiyuki, et bien d’autres encore), mais j’ai préféré me restreindre à 16 titres. »




A propos de Manga Mag

Manga Mag est un site francophone consacré au manga et à l’animation japonaise, à travers des chroniques de titres, des dossiers, des reportages et l’actualité du domaine.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]