Publicité

Accueil / Dossiers / [Dossier] One Piece – Arc East Blue

Publicité

[Dossier] One Piece - Arc East Blue

[Dossier] One Piece – Arc East Blue

Le 19 juillet 1997 est une date que Shueisha n’est pas prêt d’oublier. En effet, c’est le jour qui a vu la publication du premier chapitre de One Piece, série désormais culte dessinée par Eiichiro ODA, dans le Weekly Shônen Jump.
Le manga fête donc ses 20 ans cette année au Japon et l’éditeur entendait fêter ça comme il se doit : nombreux bonus dans l’hebdomadaire (autocollants, posters, mini jeu de shogi…), vidéo promotionnellesérie live en chantier, épisode animé spécial, message de l’auteur aux fans, magazine dédié, nouveaux projets sur consoles de jeux…

One Piece 20th AnniversarySi en France, Glénat n’a pas forcément mis en place un dispositif aussi important, il y a quand même eu quelques festivités autour de la série, notamment lors du festival Japan Expo début juillet.
De plus, le tome 83 du manga a eu le droit à une couverture alternative lors de la sa sortie et le tome 84 aura le droit à un traitement similaire.
Pour rester dans le thème, l’éditeur publiera aussi un ouvrage intitulé Les recettes de Sanji au mois de novembre, un titre qui promet des recettes basées sur les plats cuisinés par le maître coq de l’équipage de Luffy au chapeau de paille.

Manga Mag a décidé de marquer l’anniversaire de la série en vous proposant une série d’articles à publication irrégulière (mais qui seront tous publiés d’ici la fin de l’année) qui viendront revisiter les arcs narratifs.
Il ne s’agira pas de vous refaire l’histoire mais plutôt d’essayer de dégager un thème qui viendra résonner dans l’ensemble du passage ainsi que de voir comment les personnages évoluent pendant ce laps de temps.

Dans ce premier arc qui s’étend des chapitres 1 à 100 (grossièrement), ODA installe son histoire grâce à un vent frais de bonne camaraderie. Plus précisément, il montre comment se forment les liens très forts entre Luffy et les premiers membres de son équipage, ces mêmes liens qui le pousseront à devenir plus fort après la grande guerre de Marineford plutôt que d’aller les retrouver directement.

Luffy est un personnage loin d’être complexe. Quiconque dira le contraire aura fait une lecture un peu boiteuse de One Piece. Le capitaine au chapeau de paille est un Son Goku des premières heures assumé (ODA hurle son amour au Dragon Ball d’Akira TORIYAMA dans pratiquement toutes les interviews qu’il donne).
Jeune garçon en pleine possession de ses moyens physiques, c’est un bon vivant qui n’hésite pas à déconner pour un oui ou pour un non et qui va débuter un voyage initiatique. Les deux personnages n’ont que faire des convenances et n’hésitent pas à aller contre le pouvoir en place (Luffy y est un peu obligé mais bon…).

Si ce genre de personnage est assez facile à lier à d’autres, le mangaka ne va pas le faire de la même manière à chaque fois. À chaque nouveau personnage, il va associer un background qui parle à Luffy d’une manière différente et tous ne vont pas accepter sa façon d’être immédiatement. En fait, si le jeune capitaine est sûr de ce qu’il veut, ses futurs membres d’équipage le sont beaucoup moins.

Le héros d’ODA est un personnage décidé. Il l’affirme clairement : « Le roi des pirates… ce sera moi ! ». Il se plaît à le répéter et ne semble avoir aucun doute sur le dénouement de son aventure. Il sait également ce qu’implique le statut de pirate : « Être pirate, c’est être prêt à risquer sa vie. » Des preuves, il y en a à la pelle et le lecteur ne doutera jamais du caractère certain des décisions de Luffy.

Pour pouvoir utiliser une variété de possibilités, il fallait donner au protagoniste un caractère différent de celui des pirates traditionnels. Qui dit corsaires dit brutes sanguinaires assoiffées de morts et de trésors mais le héros de One Piece est à des années lumières de cette description.
Luffy est un pirate qui se veut plus « aventurier libre » que pilleur. Pour lui, l’argent et l’or n’ont pas de réelle valeur et il ne s’en occupe que si c’est nécessaire pour lui ; un trésor, ce n’est pas forcément quelque chose qui a une valeur monétaire.

C’est le chapeau donné par Shanks Le Roux qui constitue le trésor du jeune pirate comme il le dit d’ailleurs lui-même dans les premiers chapitres : « Ce chapeau est mon trésor le plus précieux… ». C’est grâce à cette vision du monde qu’il peut comprendre la volonté de Nami de racheter son île (pour une somme faramineuse) ou le rêve de Sanji de trouver une mer où coexistent toutes les espèces de poissons…

Luffy est un personnage qui incarne l’empathie. Il sait comprendre les autres, que ce soit dans les bons moments ou même dans les périodes difficiles. Il possède une sensibilité qui attire. Ce n’est pas pour rien qu’il est rapidement respecté ou qu’il parvient à convaincre ses futurs coéquipiers « facilement ».
Pourtant, ce n’est pas franchement gagné quand on voit sa bêtise phénoménale, son manque total de tact (il rabaisse Kobby gratuitement et sans gêne lors de leur première rencontre) ou même d’organisation (il part seul en mer alors qu’il ne sait pas nager et qu’il n’a aucune notion de navigation, chose qu’il réaffirme devant Arlong).
ODA lui-même se moque de son personnage en lui faisant porter un t-shirt avec le mot anchor (enclume en anglais) alors qu’il est tout jeune et qu’il n’a même pas encore mangé son fruit du démon, même si ça ne saurait tarder.

Petit détail intéressant, aucun des personnages « bienveillants » ne fait sa première apparition dans l’ombre alors que c’est systématiquement le cas pour les antagonistes ! Alvida, Baggy, Arlong et tous les autres ne sont pas directement montrés alors que Zoro, Nami, etc. apparaissent directement dans la lumière ; une façon d’ODA de nous indiquer de manière immédiate qui s’opposera à Luffy et qui sera plutôt de son côté.

Ses personnages sont d’ailleurs très différents à tous les niveaux. Pour que les lecteurs puissent les différencier immédiatement, ils possèdent un chara-design bien senti et souvent loufoque avec un détail (un tatouage, une corpulence atypique, des yeux particuliers…) qui permettra de les reconnaître sans trop réfléchir.
Que ce soit au niveau de leur façon d’être ou de leur style de combat, il y a une vrai diversité dans la pléthore de personnages proposés par Eiichiro ODA. Pour un manga qui veut tenir sur la durée, c’est une condition sine qua non, sans quoi, le lecteur s’ennuierait très rapidement.

Lire la suite




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

3 commentaires

  1. J’espère qu’il y aura un article sur l’ultime technique: »Le Ussop marteau »

  2. En attendant avec impatience la suite du dossier 🙂
    On ne le dit jamais assez, mais One Piece c’est quand même beaucoup de moment qui font chaud au cœur.

Laisser un commentaire

banner