Publicité

Accueil / Dossiers / Interviews / [Interview] Takahiro OBA, dessinateur de Sky-High Survival (Kana)

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

Interview Takahiro OBA

[Interview] Takahiro OBA, dessinateur de Sky-High Survival (Kana)

Takahiro OBA, dessinateur de l’excellent Sky-High Survival (manga disponible aux éditions Kana), était en Europe à l’occasion du festival belge Made in Asia. Avant de rejoindre Bruxelles, l’auteur a fait un petit passage par la région parisienne, ce qui nous a permis de le rencontrer.

Bonjour, pour commencer, est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur votre parcours, si vous avez été assistant et comment vous êtes arrivés sur le project Sky High Survival ?

Takahiro OBA : J’ai bien évidemment commencé par être assistant de divers mangaka. Le premier pour qui j’ai travaillé était Masaharu INOUE (NDLR : auteur jamais publié chez nous qui a publié des titres comme Trust ou Policeman), c’était à l’époque où il était publié dans le Shônen Magazine. Je suis resté dans son atelier pendant deux ans.

Même après cette expérience, j’avais encore un peu de mal à me faire publier, donc j’ai continué à être assistant auprès d’autres auteurs. Un jour, mon éditeur m’a proposé le projet un peu par hasard. À l’époque, j’avais écrit pour trois tomes mais c’est devenu une série plus sérieuse (et donc plus longue) grâce à son succès.

Quelle a été votre première réaction en lisant le scénario de Tsuina MIURA ?

Takahiro OBA : J’ai trouvé l’histoire très intéressante dès la première lecture et surtout l’idée des gratte-ciels qui sont reliés par les passerelles qui m’a réellement intrigué.

Justement, avez-vous peur de vide ? À la place de Yuri, vous sautez ou vous vous battez pour survivre ?

Takahiro OBA : J’ai assez peur du vide et donc à la place de Yuri, je pense que je tenterais quand même de me battre pour ma vie mais… je ne crois pas que je pourrais tenir très longtemps. Je finirais vite tout en bas !

Comment se passe le travail en binôme ? Est-ce que vous avez l’opportunité d’apporter vos idées sur le déroulement du scénario ?

Takahiro OBA : Pour ce qui est des chapitres en eux-mêmes, je reçois le scénario et je dessine. Cependant, une fois par mois, nous nous réunissons, MIURA, mon éditeur et moi. Lors de ces réunions, je peux lui proposer mes idées et donc faire en sorte que le déroulement de l’histoire soit vraiment le meilleur possible.

Au niveau du chara design des personnages, est-ce que vous avez des inspirations particulières pour chacun des protagonistes ? Par exemple, le masque sniper fait penser à un Reborn adulte de la série d’Akira AMANO…

Reborn! 1Takahiro OBA : Déjà, par rapport au Sniper, c’est vraiment que vous n’êtes pas le premier à évoquer Reborn! mais à l’époque, je ne connaissais même pas ce manga ! Plus tard, par curiosité, je suis allé voir et je me suis rendu compte que, c’est vrai, les deux personnages ont des points en commun et maintenant, ça ne m’étonne plus que les gens m’en parlent. En réalité, c’est plus un Lupin III qui m’a inspiré pour ce personnage mais aussi un musicien américain qui s’appelle Tom WAITS, surtout au niveau du design.

En ce qui concerne Yuri, il n’y a pas vraiment de modèle existant. Je cherchais plutôt à me rapprocher le plus possible du standard de la lycéenne japonaise. Pour moi, l’univers dans lequel elle évolue est tellement particulier et exceptionnel que je voulais le personnage le plus neutre possible au niveau du design.

Pour Nise, c’est l’autre personnage clé du duo de héros et j’ai beaucoup cherché pour, au final, ne pas vraiment choisir de modèle particulier. Par contre, je voulais quelqu’un qui soit opposé et complémentaire à Yuri.

Pour Rika, le frère, pas de modèle non plus, mais il fallait évidemment qu’il ressemble à Yuri puisque c’est son grand-frère. Je voulais aussi un design qui fasse ressortir son côté “garçon intelligent et déterminé”.

Vous parlez de Yuri comme d’un personnage ordinaire dans un monde extraordinaire et le décalage est intéressant mais ce contexte si particulier la pousse à des réactions tout aussi hors normes, vous ne trouvez pas ?

Takahiro OBA : Quand je parlais de standard, je voudrais insister sur l’aspect de “standard visuel”. Très souvent, dans les œuvres d’horreur, les héroïnes sont très faibles et subissent la situation sans pouvoir faire grand chose. En revanche, Yuri est un personnage qui décide d’affronter les difficultés.

Toujours au niveau du design, la grande tour présente dans le monde de Sky-High Survival fait beaucoup penser au mugenjô de Get Backers

Takahiro OBA : Je ne m’en suis pas vraiment inspiré de manière directe mais je dois vous avouer que j’ai été l’assistant du dessinateur pendant un mois donc j’imagine que j’avais quelques restes de cette époque.

Sur quoi vous basez-vous pour le dessin des bâtiments ? Ils ont une importance capitale dans la série, notamment au niveau de l’impression de hauteur…

Takahiro OBA : Je cherche toujours l’angle de caméra qui inspirerait le plus la peur et l’angoisse au lecteur. Par exemple, j’utilise souvent la plongée qui donne cette impression de vide et d’être absorbé par le bas. Pour mieux me rendre compte de la hauteur, je vais personnellement sur les toits des gratte-ciels, ce qui m’a permis de bien observer les choses et donc de travailler sur les angles les plus efficaces.

Lors d’une chute, il y a un ralenti et un zoom à la toute fin, pourquoi ce choix ?

Takahiro OBA : Je cherche à créer une véritable tension alors même que les lecteurs se disent très bien: « Oh, il va toucher le sol et mourir ». Au lieu de faire tomber le personnage d’un seul coup, il y a cet espace, cette mise en suspension ou temps d’arrêt qui fait que les lecteurs se disent : « Il n’est pas encore tombé, il peut encore se passer quelque chose qui va arrêter la chute… ». Cet arrêt s’avère donc très efficace pour tenir le lecteur en haleine.

Qu’est que le masque et le sourire qu’il arbore représente pour vous ?

Takahiro OBA : Le sourire n’a pas vraiment de signification ou de symbole. J’ai fait plusieurs propositions à mon scénariste et à mon éditeur pour arriver au résultat que vous connaissez.

L’idée du masque, c’est surtout d’enlever, le plus possible, la personnalité et l’originalité. Ainsi, à chaque nouveau masque qui apparaît, on ne sait absolument pas ce qu’il pense, quelles sont ses spécificités et c’est ce qui est le plus effrayant pour les personnages.

Depuis le début de la série, quelle aspect de votre dessin a le plus évolué selon vous ?

Takahiro OBA : Il y a deux aspects selon moi. Déjà, il y a une évolution voulue que j’aimerais que les lecteurs remarquent puisque je cherche à faire en sorte que mon dessin inspire des sensations particulières et je le change en fonction de ça. Il est aussi vrai que je suis dans un travail continuel en ce qui concerne les caractères de mes personnages et je fais en sorte d’évoluer en fonction de ça. D’un autre côté, il y a les choses qui sont venues tout naturellement même sans que je ne cherche à les faire changer.

Selon vous, quelle est la caractéristique principale nécessaire pour survivre dans le monde de Sky-High Survival ?

Takahiro OBA : Je crois que c’est un monde où il faut être prêt à toujours à affronter les difficultés et donc à ne jamais se laisser abattre.

Merci pour vos réponses maître.

Dédicace de Takahiro OBA (mars 2017)
Yuri de Sky-High Survival, dédicace de Takahiro OBA

Propos recueillis par Ours256 et Kobito
Nos remerciements aux équipes de Kana

Images : TENKU SHINPAN © by Takahiro Oba, Tsuina Miura / Kodansha

Sky-high survival, tome 1

Price: EUR 7,45

(0 customer reviews)

15 used & new available from EUR 3,46




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner