Publicité


Accueil / Dossiers / Interviews / [Interview] Yami SHIN et VINHNYU, gagnants des tremplins manga Ki-oon 2016 et 2017

Tremplin Manga Ki-oon 2e édition

[Interview] Yami SHIN et VINHNYU, gagnants des tremplins manga Ki-oon 2016 et 2017

Il y a quelques jours se déroulait la remise des prix du dernier Tremplin manga Ki-oon. Avec une communication plus confidentielle (le public n’étant pas vraiment consulté dans le choix cette année), le concours a quand même eu le droit à quelques jolies histoires et ce sont trois auteurs de renom (Yoshitoki OIMA, Yuji IWAHARA et Eiji OTSUKA) qui ont désigné le gagnant de cette année, VINHNYUManga Mag était présent et en a profité pour parler au vainqueur 2017 mais aussi à son prédécesseur, Yami SHIN.

Tremplin Ki-oon : Gagnante 2015 – Yami SHIN

Tremplin Ki-oon : VINHNYU et Yami SHIN
Tremplin Ki-oon : VINHNYU et Yami SHIN, photo : Ki-oon

Est-ce que vous pouvez nous présenter votre parcours et votre formation ?

Yami SHIN : Je dessine depuis très longtemps maintenant. Je pourrais pas vous dire exactement mais… longtemps ! J’ai fait du fanzinat pendant près de 10 ans et j’ai gagné le tremplin en 2015.

Quels sont vos titres préférés ?

Yami SHIN : Clairement, celui que je mettrai en premier serait Fullmetal Alchemist. Ensuite, je pense au niveau animation, ça serait plutôt Evangelion. Après, ça change pas mal avec le temps et il y a quelques temps, j’ai eu un gros coup de cœur pour La Tour Fantôme. Après, je passe aussi par des périodes avec des mangas comme Erased et aussi Bonne nuit Punpun.

Comment voyez-vous le tremplin Ki-oon ? Quelles sont vos impressions sur le format du concours ?

Yami SHIN : Comme je l’ai gagné, on va dire que c’est une bonne chose ! En tout cas, il permet de découvrir de nouveaux auteurs. Cette année, il y en avait quelques uns qui étaient de retour et on a vu leur style évoluer et du coup, j’ai trouvé ça assez intéressant.
C’est une bonne initiative qui permet de faire ressortir des gens que je connais puisque je suis très axée fanzinat mais que le public ne connaît pas. Le public les mets en lumière et les fait sortir de l’ombre.

Comment avez-vous vécu votre victoire l’an dernier ?

Yami SHIN : C’était juste génial ! Je ne m’y attendais pas vraiment au départ mais au fur et à mesure qu’on se rapprochait de la fin, je commençais à voir que j’avais toutes mes chances et que quelque chose était possible. En fait, même après la confirmation, il m’a fallu environ deux semaines pour réaliser que j’étais en train de concrétiser mon rêve.

Comment s’est passé la collaboration avec Ki-oon pour la sortie de votre première série ? Votre éditeur n’était pas trop méchant ? (:D)

Yami SHIN : Bien avant le tremplin, on me disait beaucoup de choses sur les éditeurs : « Tu vas voir, ils vont te forcer à changer de textes, ils vont te pousser à aller très très vite ! ». Je me suis vite rendu compte que pas du tout. Il y a une très bonne communication et j’ai le droit d’avoir mes heures de sommeil. Je peux aussi poser mes idées sans qu’on vienne m’en imposer des contradictoires… Tout se passe vraiment très bien ! Au niveau valorisation humaine, c’est l’expérience la plus enrichissante que j’ai eu au niveau professionnel.

Est-ce que vous pouvez nous parler des personnages principaux, Misha et Reborn ?

Yami SHIN : On peut dire que tous les personnages de mon histoire sont un petit peu tirés de ma personnalité à moi, que ce soit les mauvais côtés ou les bons côtés. Misha, c’est un personnage qui peut parfois être contradictoire, vous pourrez le découvrir dans le manga, mais qui n’est pas une personne très forte. En tout cas, j’ai voulu en faire quelqu’un d’attachant.

C’est juste que j’en avais marre d’avoir des personnages masculins dans les shônen et je voulais montrer qu’une fille pouvait très bien jouer ce rôle. Reborn est la pour compenser et épauler Misha dans les moments de doute. J’aime bien l’idée du duo. J’avais cité FMA, c’est une série qui marche bien grâce à son duo de héros, je voulais quelque chose de similaire.

Quels sont vos sources pour l’univers SF post-apocalyptique de Green Mechanic ?

Yami SHIN : Je n’ai pas vraiment de sources puisque j’ai créé ce titre justement parce que je n’ai pas trouvé mon bonheur dans d’autres mangas ! J’ai lu beaucoup de mangas mais je n’en ai peut-être pas lu tant que ça qui étaient SF. Du coup, je voulais quelque chose qui me plaise aussi à moi. J’ai donc mis des choses qui me tenaient à cœur et pris des références sur mon one-shot Revenge Reborn qui m’a permis de gagner le concours en 2016.

Peut-être qu’il y aura des clichés car je n’ai pas tout lu mais j’ai quand imaginé l’histoire, je voulais faire quelque chose qu’on ne voit pas ailleurs. Quand les gens vont voir les méchas, ils vont sûrement se dire que les robots vont se taper dessus mais rien n’est sûr puisque j’aime bien aller à contre-courant. Pour le coup, si j’ai dessiné quelque chose de post-apocalyptique mais pour y ajouter un peu de couleur. C’est un monde négatif mais qui montre quelque chose de positif.

Quel est le message que vous cherchez à faire passer avec cette série qui mêle deux thématiques clés de notre époque moderne ?

Yami SHIN : Sans spoiler, ça va être dur ! En tout cas, sur le premier volume et sans trop vous en dire, ce qui ressort, c’est la recherche de soi, lutter contre les choses sur lesquelles on se ferme. Par exemple, la peur peut vraiment bloquer quelqu’un mais si quelque chose nous pousse, on peut utiliser ce sentiment et le dépasser pour arriver à quelque chose d’exceptionnel. Mes messages sont souvent tirés d’expériences personnelles car je suis assez timide et trouillarde de base donc… (rires)

Green Mechanic 1Via l’univers robotique, je voulais aussi montrer que l’on a pas besoin d’être humain d’un point de vue organique pour « être humain ». Les robots peuvent être attachants, même s’ils ne ressentent rien.

Est-ce que vous voyez votre série comme une longue épopée ou plutôt comme une petite série pour vous faire la main ?

Yami SHIN : Au début, ça devait être court et au fur et à mesure, je me suis rendu compte que j’avais besoin de développer un peu plus les personnages parce que j’avais vraiment envie d’en montrer beaucoup avec un background fouillé. Du coup, ça s’allonge à chaque fois mais il ne faut pas non plus se leurrer, ça ne sera pas un titre avec la Détective Conan ou à la One Piece

J’espère quand même que je pourrais raconter tout ce que je veux raconter, faire passer des émotions et que les gens s’attachent quand même un peu à mes personnages.

Merci et on espère que votre premier titre sera bien accueilli !

Interview de VINHNYU

Green Mechanic T01 (01)

Price: EUR 7,90

3.0 étoiles sur 5 (1 customer reviews)

8 used & new available from EUR 3,28




A propos de Ours256

Ours256

J’aime bien regarder des trucs chelous… et les langues aussi.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]