Publicité

Accueil / Dossiers / Interviews / [Interview] VanRah, Glénat a trouvé sa louve

Publicité

STRAY DOG © 2015 VanRah / Editions Glénat
STRAY DOG © 2015 VanRah / Editions Glénat

[Interview] VanRah, Glénat a trouvé sa louve

Alors que la création française commence à faire son trou en France, chaque éditeur lance son propre projet même si peu réussisse à vraiment marquer le monde du « manga français ». VanRah, jeune auteure du sud de la France a décidé de frapper fort chez Glénat avec une série qu’elle a commencé comme un fanzine : Stray Dog.

STRAY DOG © 2015 VanRah / Editions Glénat
STRAY DOG © 2015 VanRah / Editions Glénat

Manga Mag : Bonjour, pour commercer, est-ce que tu peux te présenter en deux mots et nous révéler une information sur toi que tu ne donneras dans aucune autre interview ?

VanRah : Je suis VanRah, l’auteur de Stray Dog, entre autres, j’ai la chance d’être publiée chez Glénat cette année. Je peux aussi te dire que j’ai deux perroquets chez moi, l’un d’eux s’appelle Koda et l’autre s’appelle Mélo.

Manga Mag : On ne connaît encore pas très bien donc… qu’est-ce que tu lis ?

VanRah : Enormément de comics, beaucoup plus que de manga, donc beaucoup Batman, également beaucoup les Young Avengers et énormément Green Lantern que j’adore depuis Recharge.

Manga Mag : Quels sont les auteurs qui t’ont poussé à faire du manga et pas de la BD ?

VanRah : Miwa SHIROW avec Dogs, Hiroyuki ASADA avec I’ll Generation Basket et Masashi KISHIMOTO avec Naruto. J’adore Naruto, sauf le gaiden. Le style de dessin est vraiment très bon jusqu’au volume 25 environ. Après, il a changé mais c’est de moins en moins bon. Il y avait des idées excellentes et le rythme scénaristique était sympathique. En plus, les ennemis ont un vrai but.

Manga Mag : Tu as déjà pas mal d’expérience en dessin et on a pu voir tes créations sur DeviantArt notamment. On peut donc presque dire que tu es plus connue à l’internationale qu’en France, non ?

VanRah : C’est vrai et ça a toujours été le cas, puisque, à la base, je suis autodidacte et en France, c’est toujours difficile de se faire connaître. C’est en passe de changer et c’est une chance pour tous les autodidactes qu’on ne prenait pas trop au sérieux.

En réalité, qu’on ne sorte pas d’une école de beaux-arts ou d’une formation vraiment cadrée n’a pas beaucoup d’influence à l’étranger puisqu’ils regardent le résultat avant tout. Ce qui compte, c’est le produit, la motivation. Ils s’intéressent également aux projets possibles, aux prix et si on arrive a trouver des arrangements sur tous les points, en général, ils sont partants.

Manga Mag : Tes fans internationaux n’ont pas été un peu déçus de ne pas avoir la série en relié ? 

VanRah : Stray Dog est une série qui a été commencée en France, en tant que fanzine donc vraiment en amateur. Comme je suis autodidacte, je n’arrive pas à voir mon niveau par rapport aux autres, donc il fallait que je sache si la série était viable et si c’était intéressant donc moi j’ai choisi de la placer sur une plateforme de bd en ligne à l’internationale.

Elle s’est fait connaître via cette plateforme et les gens me demandaient très souvent si j’allais la publier en format relié, si ça sortirait un jour sur le sol américain. Comme le site était également éditeurs aux Etats-Unis, ils m’ont proposé énormément de fois de la publier.

Pour ma part, j’avais vraiment espoir qu’elle soit publié sur le sol français avant dans la mesure où, avoir des fans étrangers c’est super et je le souhaite à tout le monde, mais c’est très dur de les rencontrer in vivo. En France, on peut avoir des gens en chair et en os donc c’est beaucoup plus parlant niveau contact donc plus intéressant pour moi.

Manga Mag : D’ailleurs, ravie de la première réaction de tes fans français ?

VanRah : Je travaille depuis des années, ça fait plus de 15 ans que je travaille en tant qu’illustratrice ou en tant qu’auteure sur la scène fanzine donc Stray Dog avait déjà son panel de fans, que ce soit à l’étranger que ce soit France.

Sachant que le volume est sorti hier pour Japan Expo, c’est dur pour moi de voir mais d’après ce que j’ai entendu dire et vu le monde hier en dédicace, je pense que les gens apprécient. Les libraires chez Glénat m’ont dit qu’ils avaient un bon débit de ventes, et apparemment les tickets scène Japan Expo sont partis en trente minutes donc je ne peux qu’espérer que ça continue comme ça.

Lire la suite

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Un commentaire

  1. le héros de Dance in the Vampire Bund est un lycan ^^ Sinon interview très intéressante je suis curieux de voir le titre stray dog maintenant .

Laisser un commentaire

banner