Publicité

Accueil / Dossiers / Interviews / [Interview] Koré YAMAZAKI décrypte Magus Bride

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

The Ancient Magus Bride
Mahôtsukai no Yome © Koré YAMAZAKI / MAG Garden

[Interview] Koré YAMAZAKI décrypte Magus Bride

Véritable phénomène éditorial au Japon, The Ancient Magus Bride a fait rêver de nombreux lecteurs au pays du soleil levant avant que les éditions Komikku ne l’apportent chez nous.
Son auteure, Koré YAMAZAKI, présente pour le 16e impact de Japan Expo, a accepté de nos répondre à nos questions.

ashiaraiyashiki-no-junin-tachi-manga-volume-1-simple-72686     ashiaraiyashiki-no-junin-tachi-manga-volume-2-simple-72687

Manga Mag : Quelles sont vos séries préférées et quelles sont celles que vous lisez encore aujourd’hui ?

Koré YAMAZAKI : Mon manga préféré, le numéro un, c’est un manga qui n’a jamais été traduit en France. Il est écrit par un auteur qui s’appelle Minagi TOKUICHI du nom d’Ashiaraiyashiki no jûnin-tachi. Sinon, j’aime aussi beaucoup l’auteur d’Hellsing et Drifters, Kotah HIRANO.

Manga Mag : En voyant vos planches, impossible de ne pas remarquer un trait fait main quand beaucoup d’artistes travaillent beaucoup en numérique. Pourquoi cette attachement à la plume et au papier ?

Koré YAMAZAKI : La réalité, c’est que ce n’est pas 100% manuel dans la mesure où je ne fais pas que dessiner à la main. C’est un mélange, une fusion entre la technique manuelle et la technique numérique. Voici la façon dont je procède : je fais les premiers traits, ceux qui devraient être au crayon, avec une tablette sur l’ordinateur. J’imprime, je scanne et je pose ça sur une machine dont l’écran est allumé par en dessous, ce qui me permet de dessiner par-dessus à la main.

Manga Mag : Vous semblez porter un intérêt tout particulier pour l’Angleterre. Qu’est-ce qui vous plait autant dans la culture anglaise ?

Koré YAMAZAKI : Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours vécu entourée de livres de contes et légendes soit écrits par des auteurs anglais soit dont l’histoire se passe en Angleterre. On peut donc dire que c’est un milieu qui m’est très familier et, petit à petit, je dirais que très naturellement j’ai été attiré par ce pays.

Hellsing01     Couv_126758

Manga Mag : Dans le monde que vous avez créé, la magie prédomine. Quelle est la place de la religion  (représentée par le prêtre Simon) dans cet univers ?

Koré YAMAZAKI : En fait, la religion dans ce manga n’a pas ou du moins n’est pas censée prendre beaucoup une place prépondérante. Je sais bien que pour vous les Européens, les questions religieuses sont très complexes et c’est même une thématique importante. Cependant, pour moi ce n’est qu’un élément comme un autre de cet univers et je n’ai pas voulu m’appesantir dessus. L’important dans ma série, c’est la magie et non pas la religion donc je ne voulais pas insister du tout sur cet aspect.

Manga Mag : Vous n’hésitez pas à mélanger les mythologies et on retrouve aussi bien des fées (Irlande) que des elfes ou encore des sorciers dans votre titre. Est-ce qu’il y a des choses que vous ne souhaitez pas vraiment introduire ?

Koré YAMAZAKI : Disons que je veux éviter de faire intervenir quelque chose qui serait le mal absolu. Le mal dans toute sa splendeur, quelqu’un de super méchant ou même son contraire le bien absolu, quelqu’un de trop généreux… Je préfère ce qui est subtile, en demi-teinte parce que je considère que les gens sont un peu le mélange de nombreux sentiments et de nombreuses sensations donc j’essaie d’éviter les absolus.

Je trouve que c’est beaucoup plus intéressant de montrer les différentes facettes des personnages. Je ne veux pas que tous mes lecteurs aient la même opinion d’Elias ou de Chisé. Les uns vont trouver Elias sympathique, d’autres non. L’importance, c’est que le lecteur se construise un point de vue. Je considère qu’il a le droit d’avoir un avis différent sur un seul et même sujet. Il est donc primordial que je montre les différentes facettes d’une même histoire, d’un même personnage pour laisser au lecteur le choix, pour lui faire comprendre que les choses dans la vie ne sont pas aussi simples qu’elles paraissent.

Il y a des choses qui s’expliquent avec des mots mais la plupart des sentiments ne le peuvent pas et c’est ce que je voulais montrer, la subtilité de tout ce qui ne s’exprime pas.

Manga Mag : On sent une jolie influence « Tim Burton » dans votre oeuvre, avec des passages comiques, un visuel particulièrement travaillé et une ambiance qui peut devenir rapidement très sombre. Est-ce que le réalisateur fait partie de vos influences ?

Koré YAMAZAKI : J’aime beaucoup l’univers de Tim BURTON, vous avez vu juste. Pourtant, je n’ai pas vu tous ses films mais j’aime en particulier Charlie et la Chocolaterie et Sweeney Todd.

the-ancient-magus-bride-manga-volume-1-simple-229789     the-ancient-magus-bride-manga-volume-2-simple-229790

Manga Mag : Est-ce l’opposition entre les deux protagonistes (qui est clairement liée à l’ambiance) jouera dans leur relation ?

Koré YAMAZAKI : Dans mon manga il n’y a pas que le binôme Chisé/Elias. D’autres ne vont pas tarder à apparaitre. Pour moi ce qui est le plus important c’était de montrer que deux êtres, même s’ils sont très différents (puisqu’il y en a une qui est humaine et l’autre qui est une sorte de bête ou du moins un non humain) peuvent partager des choses.

Alors qu’ils semblent complètement à l’opposé, quelque chose les pousse à se rapprocher, peut-être pas complètement mais il y a toujours une marge. Deux êtres qui, au début, ne sont comprennent pas, ne s’apprécient pas, qui sont étrangers l’un de l’autre peuvent se rapprocher à un moment donné. C’est l’un des messages forts que je voudrais faire passer dans ce manga.

Manga Mag : Chisé est un personnage complexe qui a vécu des choses difficiles. Pensez-vous que sa rencontre avec Elias est une sorte de résurrection ?

Koré YAMAZAKI : Ce n’est pas seulement pour Chisé qu’il y a une résurrection, il y en a une aussi du côté d’Elias puisqu’il va rencontrer pour la première fois quelqu’un qui pique sa curiosité. Il va s’intéresser à un être humain et essayer de peser, d’avoir une influence sur sa vie. Je dirais que c’est une résurrection mutuelle, croisée.

Manga Mag : Avez-vous déjà prévu une fin pour votre série et avez-vous une idée du nombre de tomes que ça prendra ? 

Koré YAMAZAKI : Non, je n’en ai aucune idée pour l’instant. Tout ce que je sais, c’est là façon dont mon histoire va se terminer. Je n’ai encore pas prévu l’évolution nécessaire pour arriver à cette fin donc le nombre de tomes… je ne le connais pas moi non plus !

Manga Mag : Merci pour vos réponses et bonne fin de séjour en France !

 

Traduction : Ryoko AKIYAMA

Remerciements :
Rémi INGHILTERRA et le staff des éditions Komikku pour l’organisation de l’interview

Interview réalisée par Ours256 pour Manga Mag




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner