Publicité

Accueil / Dossiers / Interviews / [Interview] Hitori RENDA, auteur de King’s Game & Awaken

Publicité

[Interview] Hitori RENDA, auteur de King's Game & Awaken (Ki-oon)

[Interview] Hitori RENDA, auteur de King’s Game & Awaken

Dessinateur de la première adaptation de la saga King’s Game, Hitori RENDA était invité par les éditions Ki-oon pour présenter son nouveau mangaAwaken, sa première série en solo, toujours en cours (5 tomes) au Japon. Manga Mag ne pouvait pas rater l’occasion de lui poser quelques questions.

Pour commencer, pouvez-vous vous présenter auprès du public français ?

Hitori RENDA : Au début, j’ai commencé par travailler en entreprise comme salaryman de base mais je gardais toujours en moi cet espoir de devenir mangaka, c’était un rêve d’enfant. J’ai démissionné, ce qui est très rare au Japon, histoire de n’avoir aucun plan B et de me concentrer sur ma deuxième carrière, celle de mangaka.

Quel a été le déclic pour décider de tout quitter et de vous lancer dans votre passion ? 

Hitori RENDA : Je m’ennuyais dans ma vie de salaryman et j’avais envie de faire des choses plus intéressantes, plus grandes et il faut savoir que quand j’étais petit, c’est le manga et les jeux vidéo qui m’ont beaucoup influencé, que ce soit au niveau de mes valeurs morales ou autres. En tout cas, je voulais vraiment faire partie de ce mouvement.

Qui sont les auteurs que vous admirez le plus ? 

Hitori RENDA : Naoki URASAWA (Monster, Billy Bat, 20th Century Boys…) et Takehiko INOUE (Slam Dunk, Vagabond, Real…).

Comment s’est passée votre arrivée sur la licence King’s Game ?

Hitori RENDA : J’ai eu de la chance puisqu’on m’a proposé de devenir dessinateur sur cette série à un moment où j’avais vraiment du mal à faire passer mes propres projets. Je n’arrivais pas à trouver un créneau pour les lancer. J’ai donc accepté en y voyant une chance inespérée.

Comment avez-vous réussi à incorporer votre propre style dans ce travail sachant que l’univers existait déjà ?

Hitori RENDA : J’ai fait particulièrement attention à la mise en scène, aux expressions des visages et il y a des mêmes certains éléments de l’histoire qui diffèrent par rapport au roman d’origine. Cependant, c’est vraiment la mise en scène que j’ai énormément travaillée pour mettre ma propre patte.

Après avoir travaillé sur une adaptation, est-il facile de revenir à une œuvre où vous avez un contrôle complet ? 

Hitori RENDA : Pas du tout, c’était très difficile dans la mesure où c’est complètement différent et que c’était quelque chose de tout nouveau pour moi. C’était un peu comme se jeter d’une falaise mais je me suis dit que c’était nécessaire pour m’améliorer en tant que mangaka et au final, c’est très intéressant.

Après King’s Game dont l’histoire n’était pas de vous, Awaken est encore dans cette veine surnaturelle, un peu gore, est-ce un style que vous appréciez particulièrement ou est-ce que ça a été un déclic avec King’s Game ?

Hitori RENDA : Il y a un petit peu des deux. À la base, c’est un genre que j’affectionne mais c’est vrai qu’en dessinant King’s Game, j’ai appris beaucoup de choses sur cet univers et ce type d’oeuvre donc ça m’a influencé.

Votre style de dessin est très léché, avec des personnages qui sont vraiment beaux. C’est une petite forme de souffrance de les torturer comme ça ?

Hitori RENDA : Je les fais souffrir mais j’essaye de ne pas le montrer de façon cru et directe. J’essaye de trouver des façons intéressantes de le faire. Par exemple, je fais très attention aux giclements de sang et je tente de trouver à chaque fois des choses nouvelles pour pas que ça soit trop simple.

Awaken - Tome 1 (Planche 8)
© Renda Hitori 2014 / Futabasha Publishers Ltd.

Comme King’s Game, Awaken se passe en milieu scolaire, du moins pour le tome 1, est-ce que c’est un environnement qui vous plaît ?

Hitori RENDA : Au Japon, c’est un univers qui est connu de tous. On en fait tous l’expérience et du coup, c’est plus facile pour les lecteurs de s’intéresser à l’histoire et aux personnages. Ça donne une porte d’entrée simple pour tous les lecteurs potentiels.

Dans l’histoire d’Awaken, il y a beaucoup de personnages qui se transforment en monstres et qui souffrent beaucoup sans forcément s’en rendre compte puisqu’ils sont parasités. Est-ce que c’est la transposition de l’une de vos peurs ? 

Hitori RENDA : En fait, l’idée vient du décalage entre l’univers rassurant du lycée où il ne se passe jamais rien et l’arrivée de l’inconnu et du gore dans le quotidien. C’est ce qui fait que l’histoire devient intéressante d’autant plus que la plupart de mes lecteurs sont des adolescents donc ça leur rappelle leur environnement et ils peuvent se demander « Qu’est-ce que je ferais dans ce cas là ? ».

Avec votre emploi du temps très chargé, est-ce qu’il y a encore des séries que vous lisez religieusement chaque semaine ?

Hitori RENDA : Je n’en lis pas beaucoup mais j’aime beaucoup Ajin (NdlR : Série de Gamon SAKURAI disponible chez Glénat) et Vinland Saga (NdlR : Série de Makoto YUKIMURA disponible chez Kurokawa).

Un dernier petit mot à destination des fans français ? 

Hitori RENDA : Je compte continuer ma carrière de mangaka et j’espère que vous continuerez à me suivre. Même si ma nouvelle série ne vous plaît pas, essayez au moins de lire le premier chapitre de la suivante parce que j’essaye toujours de m’améliorer !

dedicace-hitori-renda-awaken

Propos recueillis par Kubo, Ours256 et Kobito pour Manga Mag
Traduction : Kim BEDENNE

Merci aux équipes de Ki-oon et de Japan Expo




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

2 commentaires

  1. Je n’ai pas lu King’s Game mais j’ai beaucoup aimé Awaken. Merci pour l’interview.

    • Ours256

      King’s Game, ça reste du survival dans les canons du genre. Si ça t’attire, n’hésite pas à essayer (d’ailleurs, on a le dossier qui va bien sûr la série si jamais tu veux un avis ;)).

Laisser un commentaire

banner