Publicité

Accueil / Dossiers / Interviews / [Interview] Byung Jin KIM frappe avec Warlord

Publicité

Warlord_big

[Interview] Byung Jin KIM frappe avec Warlord

Ki-oon a frappé un grand coup lors de Japan Expo 2013 puisque deux auteurs étaient invités. Alors que l’on nous fait rentrer un peu plus tôt dans la salle, il nous attend en compagnie de sa femme (coiffée d’un superbe chapeau pour l’occasion) ainsi que de l’interprète Kette AMORUZO et la co-fondatrice des éditions Ki-oon, Cécile POURNIN…

jackals_01       jackals_02

Manga Mag : Bonjour Byung Jin Kim. Pour commencer, qu’est-ce que vous pouvez révéler sur vous aux lecteurs qui ne vous connaissent pas encore ? Ça peut être n’importe quel détail.

Byung Jin KIM, en souriant : Bon, ne le prenez pas trop au sérieux mais je suis un peu le champion de l’équipe nationale coréenne de manwha puisque j’ai reçu deux prix du ministère coréen de la Culture pour mes titres. D’ailleurs, sans être prétentieux et même sans prendre en compte les prix, je les recommande fortement ! (NdR : Les deux titres en question sont Chonchu et Warlord).

Manga Mag : Est-ce que vous pouvez nous parler un peu de votre parcours ? 

Byung Jin KIM : Je vais essayer de vous répondre de manière aussi complète que possible. Déjà, j’ai grandi dans un environnement où on trouvait beaucoup de manwha donc la bande dessinée était quelque chose d’assez familier pour moi. Quand j’en lisais, j’avais envie de dessiner aussi bien que ces artistes que j’admirais. Je m’y suis essayé et comme j’ai vu que je recevais de nombreux compliments, je me suis dit « Tiens, je vais explorer tout ça ». Après l’adolescence, je me suis rendu compte que c’était le plus beau métier du monde. C’est quand je dessine que je me sens le plus passionné, que je ressens une certaine plénitude. Finalement, mes efforts ont été payants puisqu’au début des années 1990, j’ai reçu un prix de Daewon (NdR : un des leaders du manwha en Corée). En 2002, j’ai reçu le premier des deux prix du ministère de la Culture dont je parlais auparavant. Ensuite, j’ai travaillé au Japon quelques années (NdR : période pendant laquelle il a réalisé Jackals) et pile dix ans après, en 2012, j’ai reçu le deuxième des deux prix du ministère de la Culture, pour Warlord cette fois. Grâce à ces succès, j’ai la chance de revenir en France pour vous rencontrer dans le cadre de Japan Expo.

Manga Mag : C’est plutôt moi qui suis honoré de vous rencontrer. 

Byung Jin KIM(solennel) : Oh, merci beaucoup (NdR : En français, s’il vous plait !).

Manga MagQuelles sont vos principales sources d’inspiration ? Que lisez-vous ? Est-ce que vous lisez plus de manga depuis votre passage au Japon ?

Byung Jin KIM : Très sincèrement, j’aime tout quand il s’agit de manwha et de manga. Pour ce qui est de mes sources d’inspiration quand j’étais plus jeune, j’ai commencé à feuilleter des livres avant même d’apprendre à lire. Tous les dessins sont dans ma tête mais je ne saurais pas vraiment donner de titres ou d’auteurs. Si je dois quand même vous donner un nom, il y a un monument de manwha en Corée qui s’appelle Hyun Se LEE (NdR : Ses oeuvres Angel DickArmageddon ont été publiées en France par Kana et Nambu et Le Sang du loup ont vu leur publication commencée mais jamais terminée par l’ex-éditeur Kami). C’est mon idole, sans aucun doute. Au Japon, j’aime beaucoup tous les auteurs qui font des dessins un peu stylisés et qui sont axés sur l’action. J’ai d’ailleurs eu un gros coup de coeur pour Tetsuo Hara qui est présent sur le salon.

Manga Mag : L’une des choses qui frappe quand on ouvre l’une de vos oeuvres, c’est ce graphisme au dynamisme impressionnant qui vous caractérise. Quelle est votre méthode de travail préférée pour obtenir un tel résultat ? À la main ou à l’ordinateur ? 

Byung Jin KIM : En fait, j’emploie deux techniques. Pour tout ce qui est esquisse et travail préparatoire, je le fais à la main. Une fois que tout est prêt, je scanne mes planches et je me met à travailler sur ordinateur pour pouvoir avoir un maximum de détails.

Lire la suite

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner