Publicité

Accueil / Dossiers / Le Coin du Guest / Le Coin du Guest #4 : Martin BERBERIAN (B•L•A•C•K Studio)

Publicité

Le Coin du Guest #4 : Martin BERBERIAN (B•L•A•C•K Studio)

Après Wladimir LABAERE, Karim TALBI, Cédric BISCAY et Anthony PREZMAN, c’est au tour de Martin BERBERIAN, lettreur et cofondateur de B•L•A•C•K Studio de se prêter à l’exercice périlleux qu’est Le Coin du Guest. Après un traducteur le mois dernier, c’est à nouveau un homme de l’ombre qui vient envahir nos colonnes ! 

Qui suis-je ? Martin BERBERIAN Origins

Comme une grosse majorité de trentenaires, j’ai grandi avec le Club Dorothée le mercredi matin. Dragon Ball Z, Les Chevaliers du zodiaque, Ranma 1/2, Sailor Moon, Fly, etc. Dans la cour d’école jusqu’au collège, j’étais celui qui les suivait le plus et, souvent, j’achetais des Dragon Ball en version japonaise à Tonkam (j’étais fan de la série animée).

Dans le même temps, j’étais un gros lecteur de BD franco-belge (Tintin, Léonard et Spirou en particulier) et je me suis vite intéressé aux premières sorties mangas de Glénat, tel qu’Akira, Dragon Ball, etc. Je suivais aussi de très près les premières parutions, entre celles de J’ai Lu, Kana, Glénat, et Tonkam, et j’achetais les séries les plus populaires, selon mes faibles moyens.

GotohWanEn grandissant, j’ai participé à des conventions parisiennes sur la japanimation (Epita, Cartoonist, Japan Expo) qui étaient connues, mais qui n’en étaient qu’à leurs balbutiements comparés à l’ampleur qu’elles ont désormais. Familier des milieux artistiques (dessin, théâtre), je suis devenu un membre actif de l’association de doublage amateur GotohWan, pour ceux qui s’en souviennent.
Ce furent trois belles années de ma vie à finir le lycée et aller doubler (pro ou parodique) des animés, avec le petit succès que nous avions, sur le Net ou en convention. D’ailleurs, les DVD Kaze D’Outlanders et de X de Clamp contiennent encore ma voix.

Presque simultanément à GotohWan, j’ai été chroniqueur manga pendant un an dans une petite émission japanim’ d’une radio associative parisienne que personne n’écoutait (Aligre FM) ! Je faisais une chronique sur plusieurs mangas que j’aimais où que les Services Presse voulaient bien m’envoyer. Hélas, notre émission de plaisait pas suffisamment à la direction et elle a été arrêtée. De toute façon, personne ne nous écoutait !

Bref, les mangas et le Japon m’ont accompagné tout au long de ma scolarité, jusque pendant ma formation de graphiste/directeur artistique à l’EPSAA (Ecole professionnelle supérieure d’arts graphiques de la Ville de Paris), après le bac.

Après mon diplôme, j’ai décroché un poste de directeur artistique junior dans une agence de publicité, mais, au bout d’un an, je commençais à ne plus être en phase avec cet univers. C’est alors que mon ami Aurélien, qui réalisait le lettrage de Dragon Ball Perfect, m’a initié au métier de lettreur/retoucheur que je ne connaissais pas.
Ça a été une révélation. J’avais trouvé une voie pour travailler dans le domaine qui me passionnait et qui corroborait avec ma formation.

Dans le même temps, ma femme, Anaïs KOECHLIN, finissait ses études à l’Inalco et a décroché une traduction chez Asuka (Private Prince, de Maki ENJOJI) alors qu’ils recherchaient des traducteurs. Elle-même a découvert le métier de traductrice alors qu’elle ne s’y était pas forcément destinée.

Elle et moi avons commencé à avoir l’ambition d’une structure regroupant traduction et lettrage afin que nous puissions travailler tous les deux sur les mêmes ouvrages.

dragon-ball-perfect-tome-34-manga-glenat private-prince-asuka-1

C’est durant ma seconde année dans la pub que tout s’est mis en place en fondant le B•L•A•C•K Studio, un regroupement d’indépendants permettant la traduction, l’adaptation et le lettrage de manga et BD.
J’ai démissionné à la fin de l’année et nous sommes partis vivre au Japon, en 2010, en Working-Holiday, Anaïs et moi. Inutile de vous dire que ce fut une année exceptionnelle !
C’était une année sabbatique pour moi et j’avais décidé de me lancer en free-lance dès mon retour, que ce soit en tant que graphiste ou en tant que lettreur. J’étais bien loin de me douter que pénétrer le milieu du manga sans y avoir de connaissances serait aussi difficile.

Lire la suite




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner