Publicité


Accueil / Dossiers / BLACK-NECDOTE / LES BLACK-NECDOTES #5 : Traduire Hikari-Man

LES BLACK-NECDOTES #5 : Traduire Hikari-Man

Bonjour à tous ! Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et de Claire qui sont traductrices d’anglais et de japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreurs de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR). À présent, nous diffuserons une anecdote par mois, traduction ou lettrage, sur Manga Mag !

Le mois dernier, Martin vous parlait de son travail de retouches sur « Le Goût d’Emma », mais ce mois-ci, nous changeons de sujet pour discuter de la traduction d’Hikari-Man, d’un certain Hideo YAMAMOTO, et sorti tout juste aujourd’hui aux éditions Delcourt-Tonkam.

HIKARI-MAN © Hideo Yamamoto, Éditions Delcourt-Tonkam/Shôgakukan

Hikari Shirochi est un nerd qui passe sa vie entre le lycée, les jeux vidéo et la customisation d’ordinateurs. Un jour, à la suite d’un malaise, un étrange phénomène se produit. Il va devenir un excellent conducteur pour l’électricité statique. Il se rend alors compte qu’il peut maintenant déplacer sa conscience dans l’électricité non seulement à Tokyo, mais aussi dans les satellites spatiaux.
DICTIONNAIRE DES ONOMATOPÉES © Pierre Enckell et Pierre Rézeau, Presse Universitaires de France

Cette parution du premier tome d’Hikari-Man nous donne l’occasion de parler de la traduction des onomatopées dans le manga, et plus particulièrement à la transcription en français de la multitude de sons créés par les dessinateurs japonais. En effet, il s’agit d’une composante essentielle du métier de traducteur de manga. Chaque traducteur a son registre, sa façon de faire et ses habitudes. Certains éditeurs ont également des lexiques avec des transcriptions à favoriser afin d’harmoniser leurs collections. Néanmoins, il est impossible de tout lister et il n’est pas rare que les mangakas inventent eux-mêmes leur onomatopées, si bien que même après des années d’expérience, il faut toujours inventer de nouvelles traductions et créer de nouveaux sons, en français.

Pour Hikari-man, Anaïs a effectué un travail tout particulier sur les onomatopées, parce qu’elles sont très nombreuses, d’une part, et parce qu’elles recouvraient un champ bien particulier : celui de l’électricité, un registre inédit pour notre traductrice.

En effet, l’histoire propose une variété infinie de sons électriques, du petit grésillement à l’arc électrique à haut voltage en passant par des types de décharges en tout genre. Pour cela, avant de s’atteler à la tâche, Anaïs a compilé un certain nombre de sons afin de se constituer un glossaire. Elle s’est inspirée de ses différentes lectures mangas en replongeant dans certains volumes mais aussi du Dictionnaire des onomatopées de Pierre ENCKELL et Pierre RÉZEAU, des sons eux-mêmes en les réécoutant sur Youtube et d’un brainstorming réalisé avec Claire pour mettre au point certains bruits.

Il était important de retranscrire toutes les nuances des sons et de rendre le même réalisme et style sonore que la  version japonaise. La difficulté a notamment été de créer un crescendo dans l’intensité des décharges, pour qu’un son d’électricité statique ne ressemble pas à un gigantesque arc électrique. On peut ainsi passer de petits ZZT discrets à d’énormes ZRAAAK.

HIKARI-MAN © Hideo Yamamoto, Éditions Delcourt-Tonkam/Shôgakukan

Créer un glossaire concret permet également de conserver une cohérence tout au long des volumes afin que l’univers sonore reste le même sur toute la série et s’enrichisse au fur et à mesure. Le résultat donne un éventail de sonorités, généralement voisées, explosives ou fricatives avec des consonnes simples ou démultipliées selon la durée des décharges.

Extrait du glossaire d’Hikari-Man, réalisé par Anaïs.

Voilà une belle décision, celle qui fut PRISE, DE cliquer sur cet article, car vous êtes maintenant un peu plus au COURANT des coulisses de la traduction de manga, n’est-ce pas ? On espère que ça vous a plu et vous reviendrez lire la prochaine BLACK-NECDOTE !

Retrouvez toutes nos anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR) et page Facebook (@blackstudioFR) ! See you next month!




A propos de Blackstudio

Blackstudio
Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et Claire qui sont traductrices d’anglais et japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreu•se•r de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs du milieu, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.