Publicité


Accueil / Dossiers / BLACK-NECDOTE / LES BLACK-NECDOTES #4 : Retoucher Le Goût d’Emma

LES BLACK-NECDOTES #4 : Retoucher Le Goût d’Emma

Bonjour à tous ! Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et de Claire qui sont traductrices d’anglais et de japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreurs de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR). À présent, nous diffuserons une anecdote par mois, traduction ou lettrage, sur Manga Mag !

Le mois dernier, Anaïs nous parlait de son travail de traduction dans Spiritual Princess, mais ce mois-ci, nous allons parler de lettrage, et plus particulièrement de retouches graphiques avec la sortie du « Goût d’Emma », publié aux éditions Les Arènes, scénarisé par Emmanuelle MAISONNEUVE et Julia PAVLOWITCH, et dessiné par Kan TAKAHAMA. Ce manga a d’ailleurs été prépublié dans le magazine Morning, au Japon avant d’arriver dans nos contrées.

Avertissement : les images proposées aujourd’hui ne sont pas définitives. Martin a effectué une partie des retouches graphiques et du lettrage, mais pas l’intégralité, ce qui fait l’aspect final de cette œuvre sera différent une fois sortie dans le commerce.

À 30 ans, sur simple candidature spontanée, Emma réalise son rêve d’enfant en rejoignant l’équipe des inspecteurs du prestigieux et mystérieux Guide Michelin. Ses tournées d’inspection vont la mener sur les routes de France pour découvrir, non pas les grandes tables étoilées qui la faisaient rêver – privilège des inspecteurs les plus anciens – mais des hôtels et des restaurants qui ne paient pas de mine. Pour la première fois, la gastronomie est abordée de manière inédite par une équipe d’auteurs qui rassemble des Françaises au scénario et une des mangakas les plus célèbres de sa génération.

Le goût d’Emma a été un sacré défi en matière de retouche, d’abord parce que le titre est intégralement en couleur et surtout parce qu’il a fallu le mettre dans le sens de lecture occidentale. Lorsqu’on change le sens de lecture, on « retourne » les planches, puis il faut retoucher tous les éléments qui étaient dans le sens « normal » au préalable (une horloge, une enseigne, un petit mot écrit à la main, etc.).

Par exemple ici, un numéro de téléphone qui, une fois la planche retournée, doit être retouché.

LE GOÛT D'EMMA © Emmanuelle MAISONNEUVE, Kan TAKAHAMA, Julia PAVLOWITCH, Kôdansha/Éditions Les Arènes
LE GOÛT D’EMMA © Emmanuelle MAISONNEUVE, Kan TAKAHAMA, Julia PAVLOWITCH, Kôdansha/Éditions Les Arènes

Le goût d’Emma a le chic de se passer en France ! Martin doit alors retoucher les enseignes et les panneaux du Code de la route qui nous sont familiers. Le manga étant intégralement en couleurs, les retouches sont un peu plus complexes que sur un manga en noir et blanc classique.
De plus, Martin a eu la chance de recevoir des planches en PSD avec tous les calques disponibles ! Kan TAKAHAMA, la mangaka, a été très consciencieuse et a isolé beaucoup de détails de son dessin et de son travail de couleur, ce qui permet à Martin de travailler sur chacun de ces éléments sans déborder sur les autres. C’est très agréable !

Cependant, c’est autre chose qui constitue le cœur de l’anecdote : le manga nous raconte les tribulations d’une jeune inspectrice au Guide Michelin qui sillonne les routes de France pour aller visiter des restaurants. Pour se déplacer, elle utilise naturellement la voiture… ce qui complexifie beaucoup le travail lorsque l’on doit retourner les planches !

En effet, si dans le sens de lecture japonais, la voiture a été dessinée dans le sens normal, elle se retrouve retournée une fois que le manga a été passé dans le sens de lecture occidental !
Sur toutes les images où l’héroïne se trouve dans la voiture, le volant passe à droite, par exemple ! Ce qui est ironique quand on pense qu’au Japon la circulation est inversée par rapport à la nôtre et que la mangaka avait bel et bien dessiné des voitures françaises dans le bon sens.

Du coup, c’est le travail de Martin de tout remettre en place :

LE GOÛT D'EMMA © Emmanuelle MAISONNEUVE, Kan TAKAHAMA, Julia PAVLOWITCH, Kôdansha/Éditions Les Arènes
LE GOÛT D’EMMA © Emmanuelle MAISONNEUVE, Kan TAKAHAMA, Julia PAVLOWITCH, Kôdansha/Éditions Les Arènes

Voici le résultat de manière plus directe : à gauche la planche retournée, et à droite la planche retournée et retouchée.

LE GOÛT D'EMMA © Emmanuelle MAISONNEUVE, Kan TAKAHAMA, Julia PAVLOWITCH, Kôdansha/Éditions Les Arènes
LE GOÛT D’EMMA © Emmanuelle MAISONNEUVE, Kan TAKAHAMA, Julia PAVLOWITCH, Kôdansha/Éditions Les Arènes

Ce travail implique deux conséquences. Pour le bon déroulement de la lecture, il faut adapter les bulles et parfois également les retoucher pour les placer aux endroits opportuns. Effectivement, si les personnages échangent leur place dans la voiture, leurs textes, leurs réactions et leurs attitudes doivent quand même suivre la logique du scénario.
Il serait bizarre pour nous, lecteur français, de lire un personnage de gauche en train répondre à la question du personnage de droite que nous allons lire légitimement en second. Il est donc très important pour Martin de conserver le sens de lecture, même si on retourne le dessin à l’intérieur de la case.

Enfin, en dernière conséquence, cela modifie quand même le travail de l’auteur et nous n’y pouvons rien. En effet, la mangaka a pensé chaque planche de son story-board pour que le lecteur suive l’histoire de manière fluide. Le sens des personnages dans les cases en fait partie. Si les retouches modifient la position de ces personnages, cela peut influencer la structure de la page.
Cependant, en pratique, cela ne se voit quasiment pas (et heureusement), soit parce que les retouches sont bien effectuées, soit parce que le changement est trop insignifiant pour que la lecture n’en soit affectée.

Voilà ! Nous espérons que vous avez pu appréhender un petit peu plus le métier de retoucheur de mangas, comics et BD. En espérant vous revoir à la prochaine BLACK-NEDOTE, parce qu’on vous sent TOUT RETOURNÉS, là !

Retrouvez toutes nos anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR) et page Facebook (@blackstudioFR) ! See you next month!




A propos de Blackstudio

Blackstudio
Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et Claire qui sont traductrices d’anglais et japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreu•se•r de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs du milieu, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.