Accueil / Dossiers / BLACK-NECDOTE / LES BLACK-NECDOTES #3 : Traduire Spiritual Princess 1

LES BLACK-NECDOTES #3 : Traduire Spiritual Princess 1

Bonjour à tous ! Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et de Claire qui sont traductrices d’anglais et de japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreurs de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR). À présent, nous diffuserons une anecdote par mois, traduction ou lettrage, sur Manga Mag !

Après avoir parlé lettrage le mois dernier, retour à la traduction ce mois-ci, à l’occasion de la sortie du premier tome de Spiritual Princess chez Kaze Manga, de Nao IWAMOTO. Ce manga est traduit par Anaïs et nous vous proposons une anecdote de traduction !

Akihime a beau être la fille d’un tengu, un demi-dieu reclus sur sa montagne, elle vit parmi les humains avec sa mère et se réjouit de faire bientôt sa rentrée au lycée. Ce qui n’est pas le cas de Shun, son ami d’enfance, déterminé à devenir un tengu grâce à l’aide du père d’Akihime. Ces deux derniers aimeraient que la jeune fille prenne son destin de princesse spirituelle un peu plus au sérieux… Mais c’est Takeru, son charmant camarade de classe, qui occupe toutes ses pensées !

Ce manga est une plongée dans le folklore mythologique du Japon. Il se place du point de vue de la fille d’un tengu, ces êtres légendaires associés à la religion shintô, et offre au lecteur de nombreuses clés de compréhension sur cet univers fascinant.

Une représentation d’un tengu se rendant au marché.

De ce fait, Anaïs a dû traduire un certain nombre de termes puisés dans les religions shintoïste et bouddhiste. La plupart de ces termes n’ont pas de traduction attitrée et ils sont déclinés de façons très diverses dans les sources françaises.

C’est le cas notamment des Rokudô, les six mondes dans les lesquels les êtres se réincarnent. Ils sont tantôt appelés les Six Voies, les Six Destinées, les Six Royaumes, les Six Règnes, etc. Le nom et la définition de chaque royaume varient aussi énormément. Même en se plongeant dans les ouvrages de références du bouddhisme, Anaïs a pu s’apercevoir qu’il n’existe pas de traduction définitive. Si celles-ci ne sont pas constantes, c’est tout simplement parce qu’elles renvoient à des concepts qui n’existent pas en occident. Aucun terme en français ne fait parfaitement le tour de chaque notion.

Pour Spiritual Princess, l’idée d’Anaïs a été de rester didactique, sans pour autant proposer des termes obscurs et élitistes. Ainsi, elle a choisi de profiter des textes pour décliner chaque notion, afin que le lecteur comprenne l’idée le plus naturellement possible et sans imposer de lexique dogmatique.

SPIRITUAL PRINCESS / Machi de uwasa no tengu no ko © 2007 Nao IWAMOTO Shogakugan/Kaze Manga

Il peut alors profiter de l’histoire et en comprendre les éléments sans crouler sous les notes ou les termes hermétiques, qui peuvent freiner ou même sortir de la lecture. Faire en sorte que le lecteur puisse lire d’un trait et être porté par le récit est l’un des défis les plus importants pour le traducteur !

Voilà ! Nous* espérons que vous prendrez un grand plaisir** à découvrir Spiritual Princess, un manga shojô*** qui vous fera découvrir l’aspect mystique du Japon**** dont vous ne soupçonnez***** peut-être pas l’existence******.

Retrouvez toutes nos anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR) et page Facebook (@blackstudioFR) ! See you next month!

*Nous : toute l’équipe du Blackstudio.

**Toute proportion gardée, on parle de lecture.

***Shojô : en général, c’est un manga de romance, qui a tendance à plaire au public féminin mais pas que !

**** Japon : ce beau pays où se mêlent traditions et modernité !

*****Ok, on avait dit qu’on arrêtait avec les astérisques, là ! Ça sort de la lecture !

******Oh pardon, désolé !




A propos de Blackstudio

Blackstudio
Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et Claire qui sont traductrices d’anglais et japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreu•se•r de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs du milieu, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.