Publicité


Accueil / Dossiers / BLACK-NECDOTE / LES BLACK-NECDOTES #2 : Lettrer Dernière Heure 4

LES BLACK-NECDOTES #2 : Lettrer Dernière Heure 4

Bonjour à tous ! Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et Claire qui sont traductrices d’anglais et japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreu•se•r de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs du milieu, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR).
À présent, nous diffuserons une anecdote exclusive par mois, traduction ou lettrage, sur MangaMag !

Le mois dernier, nous vous avions parlé traduction avec la sortie de La Maison du Soleil 6 et ce mois-ci, à l’occasion de la sortie aux éditions Akata du tome final (vol.4) de Dernière Heure de YÛ, qui est traduit par Anaïs & Claire et lettré par Catherine, nous vous proposons une anecdote de lettrage !

DERNIÈRE HEURE / Gojikanme no sensô © YÛ, Éditions Akata/Kadokawa

La politique éditoriale d’Akata est de remplacer toutes les onomatopées japonaises par des françaises. Cela signifie qu’il faut retoucher la planche japonaise sur Photoshop afin de supprimer l’onomatopée initiale. On appelle cela du « nettoyage ».
Lorsqu’il y a un décor, il faut le redessiner, lorsqu’il y a une trame, il faut remettre la même à l’aide de l’outil tampon, mais tout ça est un peu compliqué donc peut-être le verrons-nous plus en détail une prochaine fois.

DERNIÈRE HEURE / Gojikanme no sensô © YÛ, Éditions Akata/Kadokawa

Cette anecdote commence réellement avec l’onomatopée japonaise qui avait un aspect un peu inhabituel, comme si elle avait été griffonnée au feutre noir sans plus de finition. Le travail de lettreur consiste à reproduire l’onomatopée en version française, pour que le lecteur français ait le même ressenti que le lecteur japonais. Catherine doit produire une onomatopée avec un aspect griffonné, mais, ne connaissant pas de police de texte ayant exactement le même aspect, elle décide de la retoucher à la main.

DERNIÈRE HEURE / Gojikanme no sensô © YÛ, Éditions Akata/Kadokawa

Pour réaliser une onomatopée, notre processus (au B•L•A•C•K Studio) consiste à poser d’abord l’onomatopée française, calque de lettre par calque de lettre afin de ne pas être bridé et pour que sa forme globale corresponde à la japonaise, avec une police où le dessin et l’épaisseur des lettres apportent une sensation similaire. On peut éventuellement la modifier et lui appliquer une perspective précise par la suite, ou toutes sortes d’effets si besoin.

DERNIÈRE HEURE / Gojikanme no sensô © YÛ, Éditions Akata/Kadokawa

Catherine duplique tout ça (pour sauvegarder une version de cette étape) et pixellise l’exemplaire dupliqué afin de pouvoir dessiner dessus à sa guise. Elle sélectionne les contours des lettres, afin de ne pas trop déborder quand elle va commencer à griffonner, et aussi pour que les lettres gardent leur forme initiale.
Puis, elle commence à gribouiller à cœur joie à l’intérieur de la sélection grâce à sa tablette graphique. Quand on a passé 3-4 heures d’affilée penché sur sa tablette à retoucher des onomatopées, on peut vous affirmer que ça a le mérite de « décrisper » un peu !

DERNIÈRE HEURE / Gojikanme no sensô © YÛ, Éditions Akata/Kadokawa

Voilà, c’est fini !
On vous souhaite une bonne lecture de Dernière Heure 4, et un joyeux Noël à tous et passez de bonnes fêtes ! Nous, on retourne à nos tablettes !

Retrouvez toutes nos anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter (@blackstudioFR) et page Facebook (@blackstudioFR) ! See you later!




A propos de Blackstudio

Blackstudio

Nous sommes le B•L•A•C•K Studio, composé d’Anaïs et Claire qui sont traductrices d’anglais et japonais, et de Catherine et Martin qui sont lettreu•se•r de BD et de mangas. Nous travaillons pour plusieurs éditeurs du milieu, et depuis 2015, nous diffusons des anecdotes de traduction et de lettrage sur notre compte twitter.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]