Publicité


Accueil / Dossiers / [Dossier] Bilan de l’année manga 2017 en France : les tops, les flops, l’état du marché…

Bilan Manga 2017

[Dossier] Bilan de l’année manga 2017 en France : les tops, les flops, l’état du marché…

Kazé Manga

Kazé

Kazé Manga est l’éditeur pour qui l’année 2017 aura été le plus profitable avec une part de marché en augmentation de 0,9% pour atteindre 6,6% et un total d’exemplaires écoulés qui atteint presque le million d’unités, soit plus de 200.000 de mieux que l’an passé !
Son meilleur lancement de l’année aura été, sans conteste, Fire Punch et ses 18.000 exemplaires, suivi de loin par Rikudo et ses 7.500 unités, ainsi que par Beyblade Burst et ses 6.000 lecteurs attirés.

Malgré son statut de sixième éditeur du secteur, Kazé réussit le tour de force de placer trois de ses titres dans le top licences : Black Clover qui fait une belle entrée en position 14 (env. 170.000 exemplaires), Platinum End en position 17 (env. 145.000 exemplaires) et Yo-kai Watch en position 20 (env. 100.000 exemplaires).

Delcourt/Tonkam

Delcourt/Tonkam

Delcourt/Tonkam continue de perdre du terrain avec 3,7% de parts de marché, soit -0,6%, et 555.000 tomes vendus en 2017 en France.
Le meilleur lancement de l’éditeur en 2017 se trouve être 7th Garden avec 6.200 unités écoulées, suivi de Perfect Crime avec presque 5.700 tomes vendus et de Cheeky Love avec 4.600 exemplaires.
Côté échec, difficile de passer sous silence le très gros gadin d’À la folie… Pas du tout ! avec à peine plus de 500 tomes vendus, suivi d’Innocent Rouge qui ne fait pas mieux qu’Innocent avec 1.600 exemplaires écoulés pour son premier volume.
Difficile de considérer les 3.500 exemplaires du tome 1 de Gantz G comme un succès ou un échec. Certes la licence est forte mais cela reste un chiffre honorable, toujours est-il qu’il est devancé de 300 exemplaires par la nouvelle édition de Gantz, ce qui interpelle fortement…

Pour l’anecdote, on retiendra que les 110 tomes en vente des mangas de la saga Jojo’s Bizarre Adventure représentaient 90.000 exemplaires écoulés en 2017, soit une moyenne de 820 exemplaires par tome.

Soleil Manga

Soleil Manga

L’autre éditeur du groupe Delcourt, Soleil Manga, continue de grappiller du terrain sur la concurrence avec +0,6% de parts de marché pour atteindre 3,6% et 545.000 exemplaires écoulés en 2017.
Son meilleur lancement est le tome 1 de The Legend of Zelda – Twilight Princess, avec pas moins de 34.000 exemplaires, soit le troisième lancement de l’année, suivi des 15.000 exemplaires de Splatoon tome 1 et des presque 6.000 de Gambling School tome 1.
En revanche, net échec pour Back Street Girls tome 1 et ses 1.000 exemplaires.
Les shôjos de l’éditeur, historiquement sa grande réussite commerciale, continuent de fonctionner en tant que “middle sellers”, ce que prouvent les lancements de Be-Twin you & MeBlack Prince & White Prince ou Be my slave.

Plus que jamais, Soleil se positionne comme éditeur spécialisé dans les adaptations jeu vidéo et ses ventes semblent nettement conforter ce choix éditorial.

Komikku

Komikku

Komikku, en augmentant le nombre de ses parutions, réussi à passer à 1,5% de part de marché (+0,2%) et 220.000 exemplaires écoulés en 2017, ce qui lui permet de gagner une place au classement des éditeurs français, au détriment de Panini.
Son meilleur lancement se révèle être L’Enfant et le Maudit et ses 10.000 exemplaires, devant Pygmalion et ses 7.500 unités du tome 1 et les 5.000 lecteurs de Gift +-.
Ces titres se révèlent malheureusement être l’arbre qui cache la forêt pour Komikku car, derrière, on trouve une cohorte d’échecs assez inquiétante : Château Narumi et ses 520 exemplaires, Sto:Rage et ses 700 exemplaires, Dr. AshuraCourrier des Miracles et leurs 1.000 exemplaires chacun, L’Ange de l’Ombre et ses 1.150 exemplaires, Mushroom et ses 1.300 exemplaires, ou bien encore Dragon Seekers et ses 1.350 exemplaires !

Alors certes, l’éditeur est en progression si on regarde les chiffres bruts, mais on se rend vite compte que c’est grâce au volume que cette progression se fait et ce, malgré une moyenne de vente basse et de gros échecs qui ne sont pas rassurants pour le futur de Komikku.

Ototo

Ototo

Ototo est nettement l’éditeur à la progression la plus fulgurante avec une augmentation de ses ventes de 57% en 2017 pour s’établir à 210.000 exemplaires avec une part de marché d’1,4% (+0,4%), et ainsi gagner quatre places au classement des éditeurs français.
Son meilleur lancement 2017 se révèle être Re:Zero – Premier arc : Une journée à la capitale avec un premier tome vendu à plus de 12.000 exemplaires, devant Re:Zero – Deuxième arc : Une semaine au manoir tome 1 et ses 8.000 exemplaires, et avant Overlord tome 1 qui ferme le podium avec plus de 7.000 unités écoulées.
Comme toujours chez Ototo, pas de réel échec à dénoter tant les choix éditoriaux sont pertinents et correspondent au public visé. Ainsi, la « plus mauvaise vente » de l’éditeur est le tome 1 de Fate/Apocrypha et ses 2.000 exemplaires écoulés entre septembre et décembre 2017, ce qui est loin d’être un gadin.

Sans grande surprise, sa plus grosse licence est Sword Art Online, écoulée toutes séries confondues à plus de 70.000 exemplaires.

Panini Manga

Panini Manga

La chute de Panini Manga semble inexorable avec une part de marché tombée à 1,4%, soit -0,4%, et à peine plus de 200.000 exemplaires écoulés en 2017.
Son meilleur lancement fait nettement mieux que l’an passé avec 7.500 exemplaires écoulés du premier tome de Vampire Knight Mémoires, suivi des 3.300 exemplaires du tome 1 de Toi et moi, Jamais et des 2.700 exemplaires du Livre du Vent. Pour ce dernier, difficile de parler de succès avec moins de 3.000 unités pour un manga signé TANIGUCHI…
Côté échec, on constate tristement que Les Rôdeurs de la Nuit, malgré son statut de titre du Weekly Shônen Jump, n’a pas réussi à intéresser plus de 500 lecteurs en France…

 

Éditions Akata

Akata

Akata conserve son 1,3% de part de marché, avec un mieux question ventes et ses 200.000 exemplaires, mais perd une place au classement des éditeurs.
Le tome 1 du shôjo manga Moving Forward, avec ses 5.000 exemplaires, est le meilleur lancement de l’éditeur, devant les 3.000 unités de Dernière Heure et les 2.800 des Royaumes Carnivores.
Derrière, les 16 autres lancements se tiennent entre 2.700 et 1.000 exemplaires par premiers tomes, mis à part les 570 exemplaires des Nuits d’Aksehir et les 800 de Ma vie dans les bois.

Au global, Orange reste, envers et contre tout, la licence phare d’Akata. Le tome 1 est, à nouveau, la meilleure vente de l’année pour l’éditeur avec plus de 7.000 ventes et jusqu’à 27.000 pour la série totale en 2017. Nul doute que le tome 6 lui fera le plus grand bien.

Michel LafonMichel Lafon

Bien que le classer dans la catégorie manga puisse être sujet à caution, il est difficile de ne pas évoquer Ki & Hi de Fanny ANTIGNY et Kevin TRAN qui permet à son éditeur, Michel Lafon, de truster la treizième place des éditeurs de manga avec presque autant d’exemplaires vendus qu’un éditeur comme Akata avec seulement… deux tomes et une seule nouveauté en 2017 !
En effet, le second tome de Ki & Hi a pris la première place des ventes mangas de l’année 2017 avec plus de 100.000 exemplaires écoulés quand le premier (paru en 2016) est à la troisième place avec presque 90.000 tomes vendus.

Doki-Doki

Doki-Doki

Si Doki-Doki perd deux places au classement des éditeurs, et se retrouve en quatorzième position, l’éditeur gagne 0,1% de part de marché pour s’établir à 1,3% et 190.000 exemplaires écoulés sur l’année 2017.
Son meilleur lancement est le tome 1 de Street Fighting Cat et ses 7.000 exemplaires, devant 4.700 de Sa Majesté le Chat et les 4.400 de Mushoku Tensei tome 1.
Au rayon moins bien, on pourra citer Battle Rabbits tome 1 (1.600 exemplaires) et Nirvana tome 1 (1.800 exemplaires).

Côté licences, c’est The Rising of the Shield Hero qui prend la place de Sun-Ken Rock en devenant la figure de proue de Doki-Doki avec près de 33.000 exemplaires écoulés en 2017 des huit tomes parus.

Casterman

Casterman

Casterman profite aussi d’une belle année 2017 en obtenant 1% de part de marché (+0,1%) et presque 145.000 exemplaires vendus en 2017.
Son meilleur lancement est le tome 1 de Pline avec plus de 8.000 exemplaires écoulés, devant Gloutons & Dragons tome 1 avec 5.200 exemplaires et la réédition du Venise de Jirô TANIGUCHI (3.300 exemplaires en un seul mois de mise en vente). La réussite des deux premiers a d’ailleurs obligé son éditeur à les réimprimer, preuve de leur succès commercial.
Au rayon moins bien, on trouve le one-shot Cavale vers les étoiles qui n’aura trouvé que 1.100 lecteurs depuis août.

La stratégie éditoriale de Wladimir LABAERE semble porter ses fruits avec un vrai mieux en 2017 et +27.000 ventes pour seulement six nouveautés parues.

nobi nobi !

nobi nobi!

Racheté en 2016 par Pika, nobi nobi ! profite à plein du réseau de sa maison-mère en 2017 en gagnant 3 places au classement des éditeurs et montant à 0,6% de part de marché (+0,3%) pour presque 100.000 exemplaires vendus.
Sa meilleure vente de l’année est le tome 1 de La Belle et la Bête avec plus de 8.000 exemplaires, bien aidé par la sortie du film live de Disney, devant la belle réussite qu’est le premier tome de Flying Witch et l’intégrale de Kingdom Hearts – Chain of Memories.
La licence Megaman reste fidèle à elle-même avec 1.200 exemplaires vendus du premier tome de Megaman Gigamix.

On peut légitimement s’attendre à une montée en puissance de l’éditeur que Pika utilise intelligemment sur le créneau jeunesse, spécialité historique de nobi nobi!

Taïfu Comics

Taïfu Comics

Taïfu Comics, label boy’s love / hentaï d’Euphor, perd 0,1% de part de marché pour arriver à 0,6% et 92.000 exemplaires (-4.000).
Question lancements, l’éditeur n’en aura proposé que peu (et uniquement des boy’s love), et ceux-ci n’auront pas rencontré un énorme succès, parmi lesquels Kuroneko – Le Doute (1.500 exemplaires) ou Love Stories (1.200 exemplaires).
À noter que sa meilleure vente aura été le tome 5 de 10 Count avec ses plus de 2.700 exemplaires.

Les éditeurs Isan Manga, Le Lézard Noir, IMHO, BoysLove, Hot Manga et Blackbox étant très en dehors des circuits majeurs de vente, ils ne peuvent être correctement évalués par rapport à ceux présents dans ce bilan.

Lire la suite




A propos de Tôma

Tôma
Enfant de la "génération Club Dorothée", c'est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans et fan invétéré de Dragon Ball. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l'un des créateurs de Manga Mag.

13 commentaires

  1. Très interessant ce bilan comme toujours.

  2. Merci pour cet article qui est probablement un de ceux que j’attends le plus chaque année et qui me permet d’avoir une vue plus large de ce qui se passe d’un marché dans lequel mon entourage immédiat est loin d’être représentatif 🙂
    Pas surpris du tout par les très bonnes perfs de Kaze que je trouve en progrès dans sa visibilité et sa comm depuis deux ans et d’Ototo qui sait maitriser son créneau restreint.

  3. Toujours intéressants ces chiffres, merci. Dommage cependant que vous n’ayez pas ceux du Lézard Noir.

  4. Merci pour ce bilan !
    Où peut-on trouver ce fameux classement des licences d’ailleurs ? Dans l’article, il y a visiblement une petite erreur puisqu’il est indiqué que Dragon Ball Super et Seven Deadly Sins sont tous les deux à la 5e place 🙂

    • Bonjour, les chiffres de ce dossier ne sont pas disponibles au public.

      A propos de SDS, il est indiqué 15e, pas 5e 😉

      • Ok, pas de souci, je comprends ! Mais sans indiquer les chiffres de vente, indiquer le top 20 serait possible ou pas ? 😀

        Pardon, me suis mal exprimé et en plus me suis trompé ! Je parlais de Dragon Ball (tout court) et de sa 6e place, la même que Seven Deadly Sins.

        • « La licence Dragon Ball prend la seconde place des meilleures ventes séries de Glénat et la sixième du marché, bien portée par le renouveau apporté par Dragon Ball Super […] »
        • « La licence L’Attaque des Titans continue, quant à elle, à plutôt bien se porter avec plus de 50.000 vendus de plus par rapport à 2016, mais une sixième place du top licences […] »

    • Bonjour,
      Je rejoins Max. Sans révéler les chiffres, est-il possible de voir le top 20 des séries vendues en France ?
      Encore merci pour cet article vraiment très intéressant !

  5. Mais pourquoi Les Rôdeurs de la Nuit n’est pas chez un éditeur qui s’en préoccupe T_T D’emblée c’était déjà l’angoisse de ne jamais en voir la fin et ça freine forcément les gens, j’aime beaucoup cette série alors je suis passée outre mais là les chiffres sont plus que préoccupants… j’ai peur

  6. Les bilans sont intéressants mais ce qui n’est pas intéressant c’est vos manga qui sont toujours en vostf pourquoi pas les mamans sont en en VF c’est mieux c’est l’anneau qui ne sont qui ne peuvent pas lit écouter en français les moments sont trop nuls en vostfr et les manga serait bien mieux le moment serais bien mieux en VF

  7. Sinon c’est bien Les Rôdeurs de la Nuit?Je vais peut-être me prendre les 3 premiers tomes déja sorti,pour le soutenir

  8. merci pour ce bilan.
    Avez vous egalement le chiffre d’affaires des editeurs ? Dans le secteur de la bd et des livres, le classement se fait il uniquement en fonction du nombre de vente ?

    Enfin, les chiffres incluent ils les ventes numériques ? Je serai tres intéressé par un point sur ce sujet 🙂

  9. Quel est le prix moyen du manga en France?
    Saviez-vous que le manga a dépassé les ventes à DC et Marvel aux États-Unis? J’ai été surpris par ça.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.