Publicité


Accueil / Dossiers / [Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Bilan de l'année manga 2016

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Kazé MangaKazé

L’année 2016 aura été celle du renouveau et de l’embellie pour Kazé Manga avec une part de marché qui se rapproche des 6% et une augmentation de 24% de ses ventes.

Porté par plusieurs lancements réussis tels que Platinum End, Black Clover et Yo-kai Watch, le label manga de VIZMedia Europe valide ce qui semble être la stratégie du groupe, depuis l’arrivée de Pierre VALLS à la direction éditoriale de Kazé Manga, à savoir s’arroger les meilleurs titres de l’éditeur japonais Shueisha, société sœur de VIZMedia.

Difficile de trouver un réel échec chez Kazé cette année, tant l’éditeur semble remonter la pente de façon impressionnante. Malgré tout, on peut évoquer Omega – Alien mégalo sous contrôle et ses quelques 3.000 exemplaires ou bien encore Yo-kai Watch qui reste un peu en deçà des espoirs placés en lui malgré ce qui reste un excellent lancement (plus de 13.000 exemplaires du tome 1).

Le shôjo chez Kazé se porte plutôt très bien avec les lancements réussis de Takane & Hana et Rainbow Days dont les tomes 1 se sont tous deux écoulés à plus de 4.000 exemplaires.

Impossible de parler de l’éditeur sans évoquer le lancement réussi de Platinum End, dernier manga en date du duo à qui l’on doit Death Note, dont les trois premiers tomes trustent les ventes de Kazé avec 120.000 exemplaires écoulés tous volumes confondus ! Le titre se permet, logiquement, une entrée directe dans le top 20 des séries de l’année.
Derrière ce poids lourd on trouve Black Clover, l’un des derniers mangas en date issus du Weekly Shônen Jump, qui trouve son public en France avec plus de 15.000 exemplaires écoulés du premier tome, et les suivants dont les ventes semblent suivre un chemin similaire.

Derrière ces blockbusters, si des titres comme Le Garçon et la Bête, Are you Alice? ou Beyond Evil n’atteignent pas les mêmes sommets, ils n’ont clairement pas à rougir de leurs lancements et participent à la bonne année de Kazé.

Delcourt/TonkamDelcourt/Tonkam

Désormais totalement fondu en un seul label, Delcourt/Tonkam reste un éditeur difficile à évaluer. Il conserve sa septième place des éditeurs de mangas avec un peu plus de 4% des ventes mais on constate une baisse globale de ses ventes d’un peu moins de 2%.

Le meilleur lancement de l’éditeur en 2016 est, sans conteste, Dead Tube avec ses plus de 8.000 exemplaires vendus du premier tome, mais ensuite les autres lancements sont nettement plus timides.

Le shôjo Kiss him, not Me! ne profite pas réellement du simulcast de son adaptation animée avec un premier tome sous la barre des 4.000 exemplaires.
Derrière lui, les mangas Online the Comic, Lovely Fridays, Killer Instinct, Enfin ensemble ! ou Ex-Arm se placent dans le ventre mou des lancements avec jamais plus de 3.000 exemplaires ayant trouvé preneurs.
La saga Jojo’s Bizarre Adventure continue son bonhomme de chemin avec plus de 77.000 exemplaires écoulés (pour une centaine de tomes parus), toutes séries confondues, en 2016. Malgré tout, c’est clairement une série de fond et les lancements restent mesurés : le one-shot Rohan Kishibe a été vendu à moins de 3.000 exemplaires, de même que le tome 1 de Jojolion mais celui-ci est paru en toute fin d’année.

Au rayon des réels échecs, les shônen romantiques Kiss X Death et Love X Dilemma font des lancements pas loin d’être catastrophiques avec des tomes 1 qui font à peine plus plus de 1.000 lecteurs pour l’un et 1.500 pour l’autre,  le genre faisant pourtant partie intégrante de l’A.D.N. de Tonkam depuis sa création…

Enfin, si le spin-off Food Wars! – L’Etoile ne rencontre pas un grand succès auprès du lectorat français, la saga Food Wars!  est le fer de lance actuel de Delcourt/Tonkam avec 60.000 volumes écoulés en 2016, soit environ 10% des ventes d’un éditeur au catalogue contenant énormément de références et habitué au “fond”.

Soleil MangaSoleil Manga

L’autre éditeur de manga du Groupe Delcourt continue sa progression, année après année, se rapprochant toujours plus de son prédécesseur au classement qui se trouve être un label du même groupe !
Avec 3,6% de part de marché, Soleil Manga reste assez stable avec une légère baisse de ce côté-là mais une augmentation de ses ventes de plus de 3% (dû à l’augmentation globale des ventes).

Expert d’un certain type de mangas shôjo, Soleil a continué en 2016 de dynamiser ce secteur avec le lancement réussi de Teach me Love et les très bonnes ventes des dix volumes de He is a Beast! qui se seront écoulés à plus de 50.000 exemplaires !

Si le lancement, l’an passé, de Choubi-Choubi : mon chat tout petit pouvait paraître décevant, compte tenu du fait que le manga soit du même auteur que Chi, les ventes restent tout à fait convenable et l’autre titre de la licence, Choubi-Choubi : mon chat pour la vie, réalise un score légèrement moins bon avec un peu plus de 4.000 exemplaires ayant trouvé preneur.

Avec seulement 3.000 exemplaires du tome 1, il y a fort à parier que Hunt – Le jeu du loup-garou ne réalise pas le lancement espéré par son éditeur à l’instar d’autres lancements de Soleil qui naviguent dans des eaux peu ou prou similaires, notamment Private Secretary, Un baiser à la vanille, Bloody Mary ou bien encore Abyss.
Pas de réel lancement raté chez un éditeur habitué aux “middle sellers”, mais des ventes correctes dans la droite ligne de ce à quoi il nous a jusqu’alors habitué.

Panini MangaPanini Manga

Panini Manga n’en finit plus de dégringoler avec une part de marché et des ventes en baisse, et une incapacité chronique à se renouveler.

Le manga Shuriken & Pleats est sa meilleure vente 2016 et aussi son meilleur lancement, avec un peu plus de 3.500 exemplaires écoulés du tome 1.
Derrière, Ano Hana est dans les mêmes eaux, mais ça se gâte sévèrement par la suite avec des tomes 1 ne dépassant pas les 2.000 exemplaires, Urakata!! tome 1 étant même sous la barre des 500 !

On se demande encore ce que Panini souhaite faire sur le marché du manga, entre sorties qui passent inaperçues, licences incongrues et rééditions en volumes doubles sans queue ni tête…

KomikkuKomikku

A contrario de son prédécesseur, Komikku est en progression avec plus de 30% d’augmentation de ses ventes, expliquée en partie par le nombre plus important de parutions en 2016. Il passe ainsi devant Doki-Doki, et entre dans le top 10 des éditeurs.

Les deux titres forts du catalogue restent les licences The Ancient Magus Bride et Arte qui émergent, chacunes, à plus de 20.000 exemplaires sur l’année.

Question déceptions, les lancements de Tokyo Therapy, Ballad et Moon Shadow ont quelque chose d’assez catastrophique avec pas plus de 1.000 exemplaires écoulés… Suivis ensuite par les tomes 1 de Divci ValkaPupa et Damned Master, démontrant une certaine difficulté pour Komikku à renouveler les licences. Les Petits Vélos, sorti en fin d’année, semble d’ailleurs suivre le même chemin…

Côté lancement satisfaisant, on notera ceux des mangas Pétales de Réincarnation, Dodoma, Somali l’esprit de la forêt et Assassins.

Éditions AkataAkata

Akata est l’autre éditeur dont la progression est impressionnante, talonnant Komikku avec moins de 3.000 exemplaires de différence, passant aussi devant Doki-Doki.

Chez Akata, le titre le plus vendu est, cette fois encore, Orange dont les cinq tomes trustent les cinq meilleures ventes de l’éditeur et qui dépasse les 45.000 ventes en 2016 (coffret intégrale compris).

Son meilleur lancement de l’année est Le Mari de Mon Frère qui dépasse de peu les 4.000 exemplaires pour son premier tome, vient ensuite Ugly Princess qui le talonne (couverture alternative comprise) et enfin Perfect World.
Le shôjo Ugly Princess a sans doute un goût amer pour Akata car, même s’il est de la même auteure que Switch Girl, il peine à se démarquer des autres titres de l’éditeur et les ventes des tomes suivants restent assez bas. Malgré tout, c’est typiquement le genre de titre que l’on nomme “long seller” et qui se vend sur la durée…

Desperate Housecat & Co. et Billion Dogs peinent, quant à eux, à trouver leur public mais bénéficient de ventes qui ne sont pas catastrophiques.

Au rayon échec, Mishima Boys est nettement le pire pour Akata en 2016 avec un premier tome qui ne dépasse pas de beaucoup les 500 exemplaires. Vient ensuite Bienvenue chez Protect qui ne fait pas mieux, mais aura coûté moins cher à produire.

Doki-DokiDoki-Doki

Si Doki-Doki perd sa dixième place et se retrouve douzième, l’éditeur continue de progresser en terme de part de marché de ventes avec une progression de presque 30%, faisant dire à  Arnaud PLUMERI —directeur de collection— que 2016 est « l’une [de ses] meilleures années ».

Le manga Sun-Ken Rock reste la valeur sûre de son catalogue. 2016 ayant vu la parution du 25ème et dernier tome de la saga de Boichi et, comme le note son directeur de collection, le challenge sera de lui « trouver un digne successeur ».

Question lancements, les deux gros succès de l’éditeur auront été le diptyque Dédale et The Rising of the Shield Hero dont les premiers tomes ont été (respectivement) réimprimés trois et deux fois et se sont vendus à plus de 6.000 pour Dédale et presque 5.000 pour The Rising.
Derrière viennent Guren Five et Black Bullet qui « ont donné satisfaction ».

Arnaud PLUMERI concède quelques déceptions telles qu’Hawkwood (avec un peu plus de 2.000 lecteurs du premier tome) et surtout Les Six Destinées (avec moins de 2.000).

OtotoOtoto

Ototo, la filiale d’Euphor (Taïfu Comics), continue doucement de progresser avec une toute petite augmentation de sa part de marché, qui s’établit à 1%, et un peu plus de 15% de mieux niveau ventes.

La licence Sword Art Online continue de mener la danse en 2016 représentant les huit meilleures ventes de l’éditeur et un écoulement global de 75.000 exemplaires soit plus de la moitié de ses ventes totales !

Sans grande surprise son meilleur lancement est le one-shot Sword Art Online – Calibur qui atteint les 6.500 unités, viennent ensuite Re:Monster, Gate et Sword Art Online – Mother’s Rosario (malgré sa parution en fin d’année).

Difficile de signifier un réel échec chez Ototo, tant les choix de l’éditeur semblent mesurés et pertinents. Son succès est tel, d’ailleurs, qu’il se voit contraint de changer de distributeur afin d’être plus en adéquation avec ses ventes réelles et les demandes de réassort des libraires.

CastermanCasterman

D’une année sur l’autre Casterman n’évolue pas vraiment, l’éditeur conservant strictement la même part de marché mais gagnant quelques 5% de progression sur ses ventes globales.

Les années se suivent et se ressemblent fortement pour Sakka, on trouve encore et toujours Jirô TANIGUCHI en tête des ventes de l’éditeur avec Les Rêveries d’un Gourmet Solitaire qui aura intéressé 12.000 lecteurs, puis vient le grand classique Quartier Lointain dans son édition intégrale qui a déjà une décennie, et enfin la réédition 2016 du Gourmet Solitaire.

Loin derrière viennent les lancements de deux titres apportés par Wladimir LABAERE —le directeur de la collection— : Deathco et Stravaganza qui peinent à atteindre les 2.500 exemplaires pour les premiers tomes respectifs.
Le directeur collection signifie que, de son côté, Deathco est considéré comme un lancement « positif », le titre ayant effectué un meilleur score que le précédent titre paru de l’auteur, Wet Moon. Il signifie que ça l’est aussi pour Stravaganza que le public semble continuer de suivre sur les tomes suivants.

Les ventes des nouveaux titres parus d’Hiroaki SAMURA, mondialement connu pour L’Habitant de l’Infini, sont, par contre, particulièrement décevants. Aucun parmi Snegurochka, Emerald et Halcyon Lunch n’atteint les 1.500 exemplaires, ce dernier ne réalisant même pas 1.000 exemplaires avec ses deux tomes… Wladimir LABAERE parle d’une réelle « déception » à propos de ces titres mais aussi de la « fierté » d’avoir fait une “année SAMURA”.

Le fond de l’éditeur semble, aussi, bien se porter puisque l’éditeur annonce avoir réimprimé, en 2016, les mangas Sangsues et Thermae Romae.

Taïfu ComicsTaïfu Comics

Le label Boy’s Love / Hentaï d’Euphor reste fidèle à lui-même avec quelques petits milliers d’exemplaires vendus de plus en 2016 qu’en 2015.

Son meilleur lancement 2016 est étonnamment Citrus, nouveau venu dans la collection Yuri que l’éditeur n’était pas loin d’abandonner faute de ventes satisfaisantes. Il totalise 4.000 exemplaires de son premier tome et s’avère être quatre des cinq meilleures ventes de l’année pour Taïfu !

Derrière, les ventes sont difficilement comparables avec le reste de la production du marché tant une majorité de titres s’adresse à un lectorat de niches avec des ventes oscillant entre un peu moins de 1.000 et 2.000 exemplaires par tome.

nobi nobi !nobi nobi!

L’éditeur, racheté il y a peu par Pika, progresse quelque peu en part de marché et en volumes mais reste une petite structure comparativement aux autres.

Le plus important succès de l’année, niveau manga, pour nobi nobi ! est sa nouveauté 2016, Happy Clover, dont les deux tomes cumulés avoisinent les 2.500 exemplaires, puis Lilli dont le tome 1 aura trouvé preneur chez 2.000 lecteurs.
Derrière, les autres titres (dont Megaman Megamix) restent contenus question succès avec moins de 1.500 ventes par tome.
Compliqué d’évaluer le succès, ou l’insuccès, du manga Cosmic Girlz dont le tome 1 s’est vendu à moins de 500 exemplaires, mais qui est paru en octobre.

L’inclusion dans le groupe Hachette, avec la puissance de négociation de Pika (particulièrement avec Kôdansha), pourrait donner de vraies couleurs au label en 2017.

Le Lézard NoirLe Lézard Noir

S’il est difficile de quantifier les réels résultats du Lézard Noir, notamment question part de marché, il reste un fait évident : son gros succès 2015 et aussi celui de 2016, à savoir Chiisakobé.
En effet, le titre de Minetarô MOCHIZUKI, qui vient de gagner le prix de la série à Angoulême, truste les quatre meilleures ventes de l’éditeur avec ses… quatre tomes ! C’est l’un des rates titres du label à dépasser allègrement le millier d’exemplaires !

Souhaitons-lui le même type de succès avec un autre manga de l’auteur, Tokyo Kaido.

IMHOIMHO

Que dire d’IMHO… ? Pas de nouveauté en 2016, son responsable étant occupé à développer 2B2M, sa structure de presse (Kaboom, Comic Box).
De fait ses meilleures ventes sont les diptyques La Fille de la Plage d’Inio ASANO et Opus de Satoshi KON.

Malgré nos sollicitations, l’éditeur n’a pas été en mesure de nous dire ce qu’il en serait d’IMHO en 2017…

Isan MangaIsan Manga

La politique choisie par Isan Manga est tout sauf évidente : éditeur les œuvres patrimoniales du manga dans des éditions luxueuses.
Après une année 2015 assez calme selon Karim TALBI, responsable de l’éditeur, durant laquelle « [il a] publié seulement trois titres (Sherlock Holmes, Cutie Honey et Gwendoline), 2016 devait être une année de transition ». Une année durant laquelle l’éditeur doit se relancer « et préparer une année 2017 qui s’annonce très chargée ».

En 2016, sa meilleure vente, qui est aussi son seul lancement, est le titre tout en couleur Takeru dont le tome 1 avoisinerait les 1.200 exemplaires (pour un tirage annoncé de 1.500) et le 2 les 1.000.
Le reste des sorties de l’année ne correspondait qu’à des suites, les tomes 2 et 3 de Gwendoline, le tome 3 du Disciple de Doraku, et le second recueil de Sherlock Holmes.

Karim TALBI nous annonce que l’année 2017 « va marquer un tournant » pour Isan Manga avec une quinzaine de parutions envisagées (contre six en 2016). Le premier titre de 2017 a déjà été annoncé, ce sera Mayme Angel de Yumiko IGARASHI. Cependant, l’éditeur nous indique que « d’autres annonces devraient suivre très prochainement alors n’hésitez pas à [les] suivre sur les réseaux sociaux » !

Lire la suite




A propos de Tôma

Tôma
Enfant de la "génération Club Dorothée", c'est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans et fan invétéré de Dragon Ball. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l'un des créateurs de Manga Mag.

18 commentaires

  1. Omedeto Kurokawa !!!!

  2. C’ est toujours sympa les reviews de l’année passée , bon article dans l’ensemble ^^

    Sinon « sans contexte, Dead Tube », l’expression c’est « sans conteste » 🙂

  3. Merci, c’est toujours instructif ces bilans annuels, par contre je suis dépité par certains chiffres et tendances, avec une année aussi qualitative en sorties, des gens ont préféré dépenser leur argent dans des titres médiocres comme Drakengard, Dead tube, Green Worldz , Last hero et laisse de coté du kei sasuga (encore ..) ou des titres comme Billion dogs ou BBB (kazé), Golden kamui etc wtf

    Sinon un peu de renouvellement dans les gros blockbusters ça fait pas de mal, même si c’est dommage que cela s’accompagne d’une baisse de la génération précédente justement, j’ai l’impression qu’on se lasse très vite et qu’on toujours pas entièrement cette capacité de fidélisation à une série sur 10/15ans à l ‘exception de 2/3 titres, on préfère toujours la nouveauté…

    flop perso de l’année Secret (kioon/fini je me laisserai plus avoir par cet auteur) et ballad (komikku/jusqu’à ce titre j’achetais les titres komikku les yeux fermés et j’étais jamais déçu, plus maintenant…) 2 titres à éviter absolulement 😉

    • Drakengard et Dead Tube, je ne m’y suis même aventuré vu les retours par contre j’ai tenté Green Worldz et quelle erreur, première fois de ma vie que je revend un manga que je viens de commencer… sinon Love X Dilemma (Kei Sasuga), c’est pas pour tout le monde je pense.
      Sinon, je suis d’accord avec toi, les gens ont du mal à se fidéliser sur une série, c’est bien dommage… mais en même temps, s’ils sont comme moi, la curiosité pousse à acheter des nouveautés et on se retrouve comme moi avec plus de 50 séries en cours et presque 20 tomes de retard sur One Piece… parce que j’essaie d’être à jour sue les plus petites séries.

      • sur le manque de fidélisation, je m’inclus dedans aussi, j’ai pareil cette tendance à toujours me tourner vers les nouveautés, plutot que de prendre un bon manga fini datant de 4/5ans par exemple, par contre sur les séries longues en cours que je suis, j’essaye toujours d’être à jour dessus.

  4. Glénat : Je suis content pour les Enfants de la Baleine, je ne pensais pas qu’il se vendait aussi bien. Par contre pour l’ère des cristaux, je ne suis pas étonné, je n’en avais jamais entendu parler avant il y a 1 mois et pourtant, ça a l’air sympa. Par contre, je suis surpris, je ne pensais pas qu’un manga sur les sumos se vendrait à 5000 exemplaires.

    Chez Pika, il y a eu 2 tomes de sortis de Dreamland en 2016, je serais curieux de savoir comment ils se sont vendus… sans oublier Seven Deadly Sins !

    Chez Kana, il y avait DDDD aussi, paru sur le tard par contre et aussi No Gun’s Life et Atlantid… il y a aussi I Am a Hero et bien d’autres

    Dommage Pour Sukedachi 09 chez Kurokawa, sans être exceptionnel il est plutôt bon je trouve. Je me demande comment se vendent Vinland Saga et Arslan aussi…

    Kioon : Outlaw Players s’en sort pas si mal, le tome 3 étant sorti il y a peu de temps, surtout pour un manga français, c’est pas mal. Je suis très déçu pour Golden Kamui, il mérite tellement mieux, c’est pour moi l’un des meilleurs mangas que j’ai lu ces dernières années tous genres confondus… Il y a Awaken qui a démarré il n’y pas si longtemps que ça…

    Kaze : c’est sûr que ça doit être une bonne année entre Platinum End, Balck Clover et Yokai Watch. Et puis il y a aussi Terra Formars derrière, Bestiarius, Twin Star Exorcist…

    Delcourt/Tonkam : Pour JoJo’s Bizarre Adventure, je dois pa être le seul qui n’a pas le courage et surtout le portemonnaie pour commencer une série de plus de 100 tomes au Japon, mais qui sait, un jour…

    Komikku a eu des lancements intéressants ces derniers temps, je rajouterais Monster Friends à la liste.

    Akata : vous n’avez pas parlé de leur collection WTF, il y avait Fullmetal Knight Chivalion, et Virgin Dog il y a peu, ça a du jouer dans la balance.

    Casterman : très déçu que Deathco et Stravaganza fassent si peu…

    Sinon, c’est aussi le revers de la médaille, on est noyés sous la quantité d’œuvre sur les étagères de nos libraires préférées avec beaucoup de nouveaux lancements, faut dire qu’il y a beaucoup de séries intéressantes en ce qui me concerne, si bien que j’ai du mal à suivre…
    Et forcément, quelqu’un qui va acheter du One Piece, l’Attaque des Titans, Fairy Tail, One Punch Man… n’aura plus de sous pour les nouvelles séries ou les mangas moins connus.

  5. Black box édition n’est pas dans le classement, pourquoi ???

    Pour IMHO, le tome 1 de Notre Hikari Club semble prévu en avril selon Amazon.fr

    • Kubo

      Black Box, en 2016, étant en grande partie écoulé à l’extérieur du réseau de distribution du livre, il est impossible de le quantifier sur un pied d’égalité avec les autres éditeurs. En 2017, il sort même totalement des réseaux « traditionnels ».

  6. Bonjour, pourquoi ne parlez-vous pas de l’éditeur IDP-Boy’s Love ?

    Cet éditeur sort pourtant des titres sympas, certes ciblés, mais souvent de qualité comme « Wonderful Life » ou Stop « Bullying Me! ».

    Pas assez représentatif en terme de ventes ?

    • Je pense que c’est pour la même raison que Black Box, étant donné qu’ils marchent essentiellement sur leur abonnement, et ensuite sur les ventes en direct sur les salons…

  7. Bon article. Meme si je narrive pas a comprendre comment vous passez à cote d’écrire 2 lignes sur Ankama et le manga francais RADIANT, qui a réussi le tour de force d’etre publié au japon et il me semble s’est classé dans les meilleures nouveautés la bas! Je ne connais pas ses chiffres de ventes mais ca me semble assez prometteur !!

    • Oui et il y a aussi Le Visiteur du futur (bien aimé) et Burning Tattoo (pas lu) aussi qui ont démarré il n’y a pas si longtemps aussi chez Ankama. Il y avait aussi Ayakashi chez Glénat (que j’ai moins aimé) et Booksterz (que j’ai trouvé plutôt sympa) chez Kana.

  8. Comme l’an dernier, cet article est très intéressant 🙂 Un peu moins développé il me semble, vous vous attachez davantage aux éditeurs qu’à la situation globale non ? Ou alors ma mémoire me joue des tours x) En tout cas, ravie de savoir comment se porte le marché, je trouve ça super de votre part, ce genre de compte-rendu. C’est rare, et pourtant tellement passionnant.
    Pour Delcourt Tonkam, ma plus grande déception de l’année a consisté en plusieurs tomes de plusieurs séries, qui ont été décalés de plusieurs mois sans explications…

    Bref, merci beaucoup pour cet article, c’est un vrai plaisir à lire !
    Bonne continuation !

  9. bonjours je voudrais savoir si tu feras un dossier de l’année 2017 ?

  10. Bonjour, merci pour ce dossier très intéressant. Peut-on savoir quelles sont les sources de tous les chiffres cités (notamment les parts de marché) ? Ils proviennent des éditeurs eux-mêmes ou est-ce des hypothèses ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.