Publicité

Accueil / Dossiers / [Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

Bilan de l'année manga 2016

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

L’année 2016 terminée, il est temps de faire le bilan du marché du manga en France afin d’évaluer la situation des différents protagonistes ainsi que les tops et flops des sorties…

2016 : une année faste pour le manga

L’an passé, le marché français du manga était déjà en hausse avec plus de 6% de progression après des années de disette. En 2016, il continue son éclatante remontée avec plus de 13 millions 600.000 exemplaires écoulés, lui permettant de jouir d’environ 10% de mieux et de dépasser les chiffres de l’année 2012.

Dans cette nouvelle année positive, le shônen et le seinen progressent de façon assez similaire avec environ 12% d’augmentation des ventes en nombre d’exemplaires comparativement à l’an passé quand le shôjo, lui, poursuit son inexorable baisse avec plus de 6% de moins qu’en 2015.

Enfin, 2016 est très probablement la première année où les quatre meilleurs lancements ont tous dépassé les 50.000 exemplaires, le marché démontrant une vitalité qu’on ne lui avait plus connu depuis un certain temps.

Ventes annuellles de mangas en France
Ventes annuelles de mangas en France

Éditeur par éditeur

Glénat | Pika Édition | Kana | Kurokawa | Ki-oonKazé Manga | Delcourt/Tonkam
Soleil Manga | Panini Manga | Komikku | Éditions Akata | Doki-Doki | Ototo
Casterman
| Taïfu Comics | nobi nobi ! | Le Lézard Noir | IMHO | Isan Manga

Parts de marché éditeurs mangas 2016
Parts de marché des éditeurs de mangas en 2016

Glénat Manga

Glénat

Le leader historique du marché garde son trône en 2016 avec plus de 21% de part de marché, en baisse par rapport à 2015 (-2%) mais avec sensiblement plus d’exemplaires vendus.
Son meilleur lancement se nomme Tokyo Ghoul:RE de Sui ISHIDA qui fait perdurer le succès rencontré par Tokyo Ghoul, viennent ensuite Gunnm Mars Chronicle et l’édition originale de Gunnm qui démontrent l’intérêt toujours actuel du public pour la licence de Yukito KISHIRO avec des ventes tournant autour des 10.000 exemplaires !

Le navire amiral de Glénat, One Piece, subit des ventes en recul de 14% en 2016 (s’établissant à 1 million 150.000 exemplaires), de même que Bleach dont le recul continue avec presque 10% de moins que l’an passé (qui avait déjà vu le shônen de Tite KUBO perdre du terrain) passant de la cinquième place des titres les plus vendus à la neuvième.
Le licence Tokyo Ghoul de Sui ISHIDA (incluant Tokyo Ghoul:RE) fonctionne toujours aussi bien, conservant sa sixième place des séries les plus vendues dans l’année. C’est très nettement la série qui porte actuellement Glénat quand ses autres blockbusters faiblissent.
La licence Dragon Ball, quant à elle, subit une progression de 30% bien aidée par la parution du Dragon Ball SD de Naho ÔISHI et des divers anime comics de la licence, démontrant une vitalité exceptionnelle pour la création d’Akira TORIYAMA qui pourrait se poursuivre avec la sortie en version française du manga Dragon Ball Super.
La diffusion de la nouvelle adaptation animée de Berserk semble avoir eu un effet sur les ventes du manga qui bénéficient d’une progression non-négligeable de plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires alors qu’il n’y a pas eu de nouveau tome en 2016 , faisant même entrer le titre dans le top 20 des séries de l’année !
Enfin, Ajin fait son entrée dans le top 20 des séries les plus vendues de l’année avec ses plus de 100.000 exemplaires écoulés, tous volumes confondus.

Le manga Les Enfants de la Baleine est aussi une bonne surprise avec 10.000 exemplaires écoulés du tome 1 sur l’ensemble de l’année. Hinomaru Sumo n’aura, lui, pas été un échec mais n’aura pas forcément non plus été un succès avec 5.000 exemplaires du tome 1 en plus de 8 mois d’exploitation.

Question déceptions, Igai et ses 1.500 exemplaires ne peut qu’être cité, ainsi que le shôjo Masked Noise qui ne fait pas beaucoup mieux, mais on note surtout Chroniques de Lapicyan qui peine à décoller.
Enfin, le plus gros échec de 2016 pour Glénat est assurément L’Ère des Cristaux dont le tome 1 n’aura pas atteint les 1.000 exemplaires en presque 12 mois d’exploitation et dont l’ensemble des tomes parus n’arrive que péniblement à 2.000 exemplaires.

PikaPika Édition

Le second du classement est le seul du “top 5” à avoir vendu moins de volumes en 2016 qu’en 2015, s’établissant à environ 19% de part de marché.
Une année assez morose pour un éditeur qui aura changé de directeur éditorial en fin d’année dernière et dont les locomotives Fairy Tail et L’Attaque des Titans subissent toutes les deux un recul.

Le meilleur lancement de l’éditeur se révèle être le one-shot Fairy Tail Zero qui se sera écoulé à 20.000 exemplaires, arrivant devant le seinen Green Worldz dont les 10.000 exemplaires du tome 1 résonnent comme une demi-réussite, de même qu’Akatsuki dont le lancement ne correspond pas aux standards auxquels nous avait habitué Pika ces derniers temps.

Niveau déceptions, BB. Hell tome 1 et ses 3.000 exemplaires se pose là, de même que Stray Souls qui ne fait pas mieux ou Signé le Vin qui ne réussit clairement pas à surfer sur le succès des Gouttes de Dieu.
Les deux premiers mois de Born to be on air! ne semblent pas, non plus, démontrer un grand intérêt pour le titre d’Hiroaki SAMURA de la part du lectorat français, de la même façon qu’il semble bouder les autres titres parus chez Casterman.
Le départ de la saga du Journal de Kanoko ne semble pas, non plus, très rassurant quant à la capacité de Pika de continuer à faire cartonner ses nouveautés shôjo après Love Mission et L-DK.

Le renouveau de la collection Pika Graphic reste, pour le moment, plutôt timide avec des tomes n’atteignant jamais les 2.000 exemplaires. Cependant, pour Pika, le but de cette collection ne réside pas dans une réelle réussite commerciale, mais plus du côté d’une reconnaissance de la part du secteur de la bande dessinée.

KanaKana

Après une année 2015 plutôt morose, 2016 aura été une année de renouveau pour Kana qui bénéficie d’une nette augmentation de ses ventes et d’une part de marché de plus de 15%.

L’éditeur filiale du groupe Média Participations profite du regain d’intérêt du public pour le shônen Naruto, sans aucun doute bien aidé par l’offre à prix réduit proposée sur ses trois premiers tomes permettant d’intéresser de nouveaux lecteurs à une saga de plus de 70 tomes !
Vient ensuite un autre titre issu du Weekly Shônen Jump, Assassination Classroom, qui se fait sa place sur le marché avec plus de 240.000 exemplaires du shônen vendus en 2016 et une septième place dans le top des ventes de séries.
Black Butler reste un titre fort du catalogue Kana mais subit une sévère baisse avec un tome paru en moins par rapport à 2015.
Le culte Death Note ne faiblit absolument pas malgré l’absence d’actualité sur le titre, et se permet même d’être en légère progression !

Paradoxalement, le meilleur lancement de Kana se classe assez loin dans les meilleures ventes annuelles de l’éditeur (fortement trustées par Naruto) et se révèle être Capitaine Albator : Dimension Voyage qui aura intéressé quelques 12.000 lecteurs. Vient ensuite l’inattendu seinen Sky-High Survival qui réalise peu ou prou le même chiffre avec 5 mois d’exploitation en moins, puis l’excellent Au cœur de Fukushima, succès surprise, qui passe la barre des 10.000 exemplaires vendus.

Le shôjo est une thématique assez forte du catalogue Kana et, en 2016, l’éditeur aura continué à nous proposer de nouvelles séries dont Entre toi et moi , Telle que tu es ! et Love, be loved, Leave, be left, dont les premiers tomes respectifs auront tous trouvé preneur chez environ 5.000 lecteurs. Cette situation démontre que le public Kana Shôjo est fidèle mais, aussi, qu’il ne se renouvelle quasiment pas, ce qui est problématique à moyen terme.

Bien aidé par l’offre des 48H de la BD pendant laquelle le tome 1 était vendu à 1€, le titre maison Save me Pythie aura trouvé preneur chez plus de 10.000 personnes, ce qui profitera à la série dans son ensemble mais de façon mesurée, les tomes suivants n’atteignant pas en 2016 le total des ventes réalisées sur le premier.

Au rayon déceptions, on retrouvera les titres Puzzle & Dragons Z, Ichiko et Niko et A l’assaut du Roi qui ne valident pas, pour l’instant, la nouvelle ligne Kodomo de Kana. Mais il est toujours compliqué d’imposer une nouvelle gamme dans son catalogue, plus encore pour un public compliqué sur le marché français qui est celui des très jeunes lecteurs.
Master Keaton Remaster, malgré l’aura de Naoki URASAWA, fait un score très maigre vis à vis de son auteur avec seulement 1.500 exemplaires écoulés.

KurokawaKurokawa

Kurokawa bénéficie à plein de l’énorme succès de One-Punch Man et prend, en 2016, la quatrième place à Ki-oon avec 10% de part de marché (+1,7%) et une très nette augmentation de ses ventes globales. Sa progression aura bondit cette année de plus de 30% !

Le One-Punch Man de ONE et Yûsuke MURATA aura été le titre phare de cette année et truste trois des cinq meilleures ventes de l’année dont la très convoitée première place avec plus de 150.000 exemplaires du tome 1 (en incluant les ventes du coffret) ayant trouvé preneur ! Derrière ce mastodonte, dont la série se sera écoulée à 440.000 exemplaires, vient le nouvel opus de la saga Pokémon : Or & Argent dont le premier tome aura intéressé 25.000 lecteurs. Sur la durée, la saga Pokémon continue de faire les beaux jours du label manga d’Univers Poche avec des ventes annuelles globales approchant les 200.000 exemplaires en 2016 !
Red Eyes Sword – Akame ga Kill! n’est pas en reste et le tome 1 de son spin-offRed Eyes Sword – Akame ga Kill! Zero, se sera aussi bien vendu qu’un tome régulier de la série.
Enfin, Drakengard – Destinées Écarlates aura été le troisième meilleur lancement de l’année pour l’éditeur en réussissant à trouver preneur chez 7.500 lecteurs.
À noter les départs très encourageants des mangas Real Account et En Scène ! sortis en fin d’année.

Au rayon des déceptions, on trouve Seishi KISHIMOTO dont les titres n’en finissent plus de perdre du terrain, série après série, dernière preuve en date : Sukedachi 09 dont le tome 1 n’a pas atteint les 4.000 exemplaires, ce qui n’est pas infamant mais reste un petit chiffre pour un éditeur habitué aux lancements réussis.
Le one-shot Dragon’s Crown n’aura, quant à lui, pas fait beaucoup mieux. De même que le diptyque Anus Beauté dont les deux tomes ne dépassent que de peu les 4.000 exemplaires, même si, compte tenu du propos, on pouvait s’y attendre.

Ki-oonKi-oon

Si Ki-oon se fait chiper la place de quatrième du marché, l’éditeur bénéficie du succès de son shônen My Hero Academia pour s’établir à 9,5% de part de marché (+1%), mais était en progression même sans sa série phare.

Si My Hero Academia ne réussit pas à être le second meilleur lancement 2016 (place qui lui a été chipé en fin d’année), son éditeur aura très nettement réussit son pari en installant sa licence avec une entrée fracassante à la sixième place du top 20 séries avec plus de 240.000 exemplaires écoulés. Dans ce même top, on trouve le manga A Silent Voice (meilleur lancement 2015) qui fait son entrée à la 20ème place avec 85.000 exemplaires en 2016 et démontre tout son potentiel de long-seller.
Derrière le rouleau compresseur My Hero Academia, qui peut s’enorgueillir d’être le meilleur lancement de l’histoire de Ki-oon, c’est le titre horrifique Re/member qui se classe second meilleur lancement de l’éditeur avec un peu plus de 10.000 exemplaires écoulés du tome 1, de même que Kasane, la voleuse de visage qui fait presque aussi bien et démontre que le lectorat « est capable d’accueillir de nouveaux best-sellers tout en restant à l’écoute des titres plus atypiques » nous indique Ahmed AGNE —responsable de Ki-oon— .
Si, de l’aveu même de son directeur éditorial, les ventes de My Hero Academia sont supérieures à ce qui était attendu pour l’année de son lancement, il semble que celle de Re/member soient en deçà.

Le Last Hero Inuyashiki d’Hiroya OKU reste, aussi, une valeur sure du catalogue Ki-oon avec des ventes excellentes.

Outlaw Players, le titre maison réalisé par SHONEN, se place dans le “ventre mou” des ventes de l’éditeur mais ne peut clairement pas être qualifié d’échec avec plus de 12.000 exemplaires vendus de l’ensemble des tomes parus.

S’il on ne peut pas le classer dans les échecs, difficile de considérer Golden Kamui comme un lancement réellement réussi avec moins de 4.500 exemplaires vendus du tomes 1 (bien que la vente anticipée à Japan Expo doive sans doute gonfler ce chiffre au final), mais avec moins de 8.000 exemplaires des deux premiers tomes le gagnant du Prix Manga Taisho 2016 ne s’installe pas très confortablement en France. Malgré tout, l’éditeur nous indique que cet accueil était attendu.

Niveau déceptions, difficile de ne pas nommer le diptyque Sayonara Football et ses 4.000 exemplaires qui ne donnent pas beaucoup d’espoir quant à l’arrivée chez nous d’autres titres de l’auteur de Your Lie in April
Même s’il n’est paru qu’en septembre, le démarrage du one-shot Springald n’est pas fameux, dans la droite lignée des ventes habituelles de Kazuhiro FUJITA…

Lire la suite




A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la "génération Club Dorothée", c'est un gros lecteur de mangas depuis plus de 20 ans. Fondateur du podcast Mangacast, il est aussi l'un des créateurs de Manga Mag.

14 commentaires

  1. Omedeto Kurokawa !!!!

  2. C’ est toujours sympa les reviews de l’année passée , bon article dans l’ensemble ^^

    Sinon « sans contexte, Dead Tube », l’expression c’est « sans conteste » 🙂

  3. Merci, c’est toujours instructif ces bilans annuels, par contre je suis dépité par certains chiffres et tendances, avec une année aussi qualitative en sorties, des gens ont préféré dépenser leur argent dans des titres médiocres comme Drakengard, Dead tube, Green Worldz , Last hero et laisse de coté du kei sasuga (encore ..) ou des titres comme Billion dogs ou BBB (kazé), Golden kamui etc wtf

    Sinon un peu de renouvellement dans les gros blockbusters ça fait pas de mal, même si c’est dommage que cela s’accompagne d’une baisse de la génération précédente justement, j’ai l’impression qu’on se lasse très vite et qu’on toujours pas entièrement cette capacité de fidélisation à une série sur 10/15ans à l ‘exception de 2/3 titres, on préfère toujours la nouveauté…

    flop perso de l’année Secret (kioon/fini je me laisserai plus avoir par cet auteur) et ballad (komikku/jusqu’à ce titre j’achetais les titres komikku les yeux fermés et j’étais jamais déçu, plus maintenant…) 2 titres à éviter absolulement 😉

    • Drakengard et Dead Tube, je ne m’y suis même aventuré vu les retours par contre j’ai tenté Green Worldz et quelle erreur, première fois de ma vie que je revend un manga que je viens de commencer… sinon Love X Dilemma (Kei Sasuga), c’est pas pour tout le monde je pense.
      Sinon, je suis d’accord avec toi, les gens ont du mal à se fidéliser sur une série, c’est bien dommage… mais en même temps, s’ils sont comme moi, la curiosité pousse à acheter des nouveautés et on se retrouve comme moi avec plus de 50 séries en cours et presque 20 tomes de retard sur One Piece… parce que j’essaie d’être à jour sue les plus petites séries.

      • sur le manque de fidélisation, je m’inclus dedans aussi, j’ai pareil cette tendance à toujours me tourner vers les nouveautés, plutot que de prendre un bon manga fini datant de 4/5ans par exemple, par contre sur les séries longues en cours que je suis, j’essaye toujours d’être à jour dessus.

  4. Glénat : Je suis content pour les Enfants de la Baleine, je ne pensais pas qu’il se vendait aussi bien. Par contre pour l’ère des cristaux, je ne suis pas étonné, je n’en avais jamais entendu parler avant il y a 1 mois et pourtant, ça a l’air sympa. Par contre, je suis surpris, je ne pensais pas qu’un manga sur les sumos se vendrait à 5000 exemplaires.

    Chez Pika, il y a eu 2 tomes de sortis de Dreamland en 2016, je serais curieux de savoir comment ils se sont vendus… sans oublier Seven Deadly Sins !

    Chez Kana, il y avait DDDD aussi, paru sur le tard par contre et aussi No Gun’s Life et Atlantid… il y a aussi I Am a Hero et bien d’autres

    Dommage Pour Sukedachi 09 chez Kurokawa, sans être exceptionnel il est plutôt bon je trouve. Je me demande comment se vendent Vinland Saga et Arslan aussi…

    Kioon : Outlaw Players s’en sort pas si mal, le tome 3 étant sorti il y a peu de temps, surtout pour un manga français, c’est pas mal. Je suis très déçu pour Golden Kamui, il mérite tellement mieux, c’est pour moi l’un des meilleurs mangas que j’ai lu ces dernières années tous genres confondus… Il y a Awaken qui a démarré il n’y pas si longtemps que ça…

    Kaze : c’est sûr que ça doit être une bonne année entre Platinum End, Balck Clover et Yokai Watch. Et puis il y a aussi Terra Formars derrière, Bestiarius, Twin Star Exorcist…

    Delcourt/Tonkam : Pour JoJo’s Bizarre Adventure, je dois pa être le seul qui n’a pas le courage et surtout le portemonnaie pour commencer une série de plus de 100 tomes au Japon, mais qui sait, un jour…

    Komikku a eu des lancements intéressants ces derniers temps, je rajouterais Monster Friends à la liste.

    Akata : vous n’avez pas parlé de leur collection WTF, il y avait Fullmetal Knight Chivalion, et Virgin Dog il y a peu, ça a du jouer dans la balance.

    Casterman : très déçu que Deathco et Stravaganza fassent si peu…

    Sinon, c’est aussi le revers de la médaille, on est noyés sous la quantité d’œuvre sur les étagères de nos libraires préférées avec beaucoup de nouveaux lancements, faut dire qu’il y a beaucoup de séries intéressantes en ce qui me concerne, si bien que j’ai du mal à suivre…
    Et forcément, quelqu’un qui va acheter du One Piece, l’Attaque des Titans, Fairy Tail, One Punch Man… n’aura plus de sous pour les nouvelles séries ou les mangas moins connus.

  5. Black box édition n’est pas dans le classement, pourquoi ???

    Pour IMHO, le tome 1 de Notre Hikari Club semble prévu en avril selon Amazon.fr

    • Kubo

      Black Box, en 2016, étant en grande partie écoulé à l’extérieur du réseau de distribution du livre, il est impossible de le quantifier sur un pied d’égalité avec les autres éditeurs. En 2017, il sort même totalement des réseaux « traditionnels ».

  6. Bonjour, pourquoi ne parlez-vous pas de l’éditeur IDP-Boy’s Love ?

    Cet éditeur sort pourtant des titres sympas, certes ciblés, mais souvent de qualité comme « Wonderful Life » ou Stop « Bullying Me! ».

    Pas assez représentatif en terme de ventes ?

    • Je pense que c’est pour la même raison que Black Box, étant donné qu’ils marchent essentiellement sur leur abonnement, et ensuite sur les ventes en direct sur les salons…

  7. Bon article. Meme si je narrive pas a comprendre comment vous passez à cote d’écrire 2 lignes sur Ankama et le manga francais RADIANT, qui a réussi le tour de force d’etre publié au japon et il me semble s’est classé dans les meilleures nouveautés la bas! Je ne connais pas ses chiffres de ventes mais ca me semble assez prometteur !!

    • Oui et il y a aussi Le Visiteur du futur (bien aimé) et Burning Tattoo (pas lu) aussi qui ont démarré il n’y a pas si longtemps aussi chez Ankama. Il y avait aussi Ayakashi chez Glénat (que j’ai moins aimé) et Booksterz (que j’ai trouvé plutôt sympa) chez Kana.

  8. Comme l’an dernier, cet article est très intéressant 🙂 Un peu moins développé il me semble, vous vous attachez davantage aux éditeurs qu’à la situation globale non ? Ou alors ma mémoire me joue des tours x) En tout cas, ravie de savoir comment se porte le marché, je trouve ça super de votre part, ce genre de compte-rendu. C’est rare, et pourtant tellement passionnant.
    Pour Delcourt Tonkam, ma plus grande déception de l’année a consisté en plusieurs tomes de plusieurs séries, qui ont été décalés de plusieurs mois sans explications…

    Bref, merci beaucoup pour cet article, c’est un vrai plaisir à lire !
    Bonne continuation !

Laisser un commentaire

banner