Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Your Lie in April – Tome 5

Publicité

Your Lie in April 5

Your Lie in April – Tome 5

Your Lie in April – Tome 5 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Shigatsu wa Kimi no Uso
Dessin : Naoshi ARAKAWA
Scénario : Naoshi ARAKAWA
Prix : 6.6 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 22/10/2015

Après Takeshi, c’est à Emi de monter sur scène ! Devenue pianiste après avoir écouté la toute première prestation de Kôsei lorsqu’il était enfant, elle offre au public une interprétation éblouissante qui conquiert le jury et émeut le jeune homme.
Mais lorsque vient enfin son tour, l’ancien virtuose se retrouve une nouvelle fois paralysé par le souvenir de sa mère. Kaori espérait que ce concours provoquerait un déclic chez le jeune musicien, pour qu’il aille enfin de l’avant… Malheureusement, les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu !

C’est dans ce tome 5 que Kôsei, notre pianiste qui traîne un gros trauma, se confronte enfin à un concours solo après deux ans d’abandon de la scène.

Le protagoniste prend, petit à petit, conscience de l’importance prise par Kaori dans sa vie, et de l’influence positive qu’elle a sur lui.
Il renaît progressivement à sa vie de pianiste, passant d’un virtuose suivant à la lettre ses partitions à un musicien épanouit qui s’autorise la réinterprétation de morceaux majeurs. La transition entre un pianiste taillé pour les concours, mais engoncé dans une vie terme et douloureuse, à celle d’un jeune homme s’affirmant en tant que personne unique, change sa perception des choses, et particulièrement de la musique.

La grande majorité de ce tome est consacré au fameux concours de piano, ARAKAWA se laissant le temps de détailler les introspections de son héros, ses difficultés, ses douleurs, et sa lente renaissance.

Les personnages sont soignés, Kôsei n’est pas un éternel indécis, il a conscience de ses aspirations, mais reste très terre à terre. On n’est pas dans une comédie romantique où chacun se cherche, donnant au récit un ton nettement plus adulte que la majorité de la production de shônen romantique habituelle.

Si le trait de Naoshi ARAKAWA n’est pas le plus impressionnant qu’il nous ait été donné de voir, alternant le bon et le moins bon particulièrement point de vue visages, le mangaka fait montre d’une science du découpage particulièrement ingénieuse et entraînante.
Dans ce tome, il use beaucoup de cases toutes en hauteur, donnant une dimension nouvelle à son manga, et animant des planches pourtant statiques. Cette lecture horizontale a quelque chose de très cinématographique.

Sa façon d’utiliser la trame, notamment pour montrer la perception des spectateurs, est, aussi, une belle réussite, et convient à merveille pour les émotions qu’il souhaite faire passer.

La mise en scène des morceaux joués par Kôsei est brillante, rythmée, fluide, l’auteur nous entraîne littéralement dans le jeu du pianiste.

Point de vue édition, c’est du classique chez l’éditeur : format « shônen« , pages épaisses, impression superbe avec des noirs profonds et une trame parfaitement reproduite, une couverture avec un simple vernis brillant mais qui ré-hausse les couleurs éclatantes du visuel. Rien à dire, Ki-oon sait produire de beaux livres mettant en valeur les œuvres.

Sont toujours présents les liens vers les morceaux joués dans le livre, via des adresses à reproduire ou via QR Code, permettant un accès direct depuis un smartphone. C’est souvent dans les détails que l’on voit un vrai bon travail éditorial.

Si Your Lie in April est une œuvre marquante dès son premier tome, c’est avec ce cinquième volume que le récit de Naoshi ARAKAWA prend toute sa dimension. Dire qu’il reste encore six volumes de plaisir derrière celui-ci !

C'est dans ce tome 5 que Kôsei, notre pianiste qui traîne un gros trauma, se confronte enfin à un concours solo après deux ans d'abandon de la scène. Le protagoniste prend, petit à petit, conscience de l'importance prise par Kaori dans sa vie, et de l'influence positive qu'elle a sur lui. Il renaît progressivement à sa vie de pianiste, passant d'un virtuose suivant à la lettre ses partitions à un musicien épanouit qui s'autorise la réinterprétation de morceaux majeurs. La transition entre un pianiste taillé pour les concours, mais engoncé dans une vie terme et douloureuse, à celle d'un jeune homme…

Musique et traumatisme

Graphisme - 61%
Histoire - 58%
Mise en scène - 83%
Originalité - 72%
Edition - 80%
Dans son genre - 85%

73%

♪♫♬

Si Your Lie in April est une œuvre marquante dès son premier tome, c'est avec ce cinquième volume que le récit de Naoshi ARAKAWA prend toute sa dimension. Dire qu'il reste encore six volumes de plaisir derrière celui-ci !

A propos de Kubo

Kubo
Enfant de la « génération Club Dorothée », c'est un gros lecteur de mangas shônen, particulièrement ceux issus du Weekly Shônen Jump et des publications Shueisha en général, mais l’âge aidant ses lectures s’orientent de plus en plus vers les seinen.

Laisser un commentaire

banner