Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Yamada-kun & the 7 Witches – Tome 2

Publicité

Yamada-kun & the 7 Witches – Tome 2

Yamada-kun & the 7 Witches – Tome 2 Éditeur : Éditions Delcourt
Titre original : Yamada-kun to 7-nin no majyo
Dessin : Miki YOSHIKAWA
Scénario : Miki YOSHIKAWA
Traduction : Akinori MATSUMOTO
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 19/08/2015

Au premier baiser échangé, Ryu Yamada change de corps ! Au second et au troisième aussi… De quoi créer une farandole de quiproquos et de situations cocasses. Yamada embrasse Shiraishi, puis Miyamura, puis Itô, puis… Bref, les expérimentations se succèdent et les découvertes aussi. En gros, tout le monde peut switcher avec tout le monde, tant que l’esprit de Yamada est dans la boucle! Souci: le secret est vite éventé par le président du comité des élèves, qui en profite pour manipuler perfidement la situation, malgré la peine d’une belle archère…

Les galères de Yamada ne sont pas terminées et le jeune lycéen va découvrir une facette assez sombre de la nouvelle membre du club d’études des phénomènes paranormaux. Alors qu’il tente de corriger une bourde d’Itô (elle a distribué des tracts disant qu’il sortait avec Shiraishi), il va découvrir que une jeune fille mal dans sa peau, en recherches d’amis.

Itô est un personnage qui s’avère beaucoup plus intéressant que l’on aurait pu l’imaginer lorsqu’elle est apparue dans le tome précédent. L’auteure va s’en servir pour faire avancer son histoire dans la mesure où Itô sera le pilier de la recherche sur le pouvoir de Yamada (c’est le cas de le dire…).

La jeune fille possédant des antécédents concernant les phénomènes paranormaux, elle sait où chercher et quoi chercher. Au fil des baisers, on comprend donc un peu mieux ce que peut faire Yamada même si le pourquoi est encore un peu éludé (avec quelques indices qui pointent vers le prochain tome).

Une fois de plus, l’humour potache possède une place très importante dans le titre de celle qui a été l’assistante d’Hiro MASHIMA. Blagues débiles et sous la ceinture, un peu d’ecchi par moments même, les réfractaires devraient quand même avoir un peu de mal et ce malgré la bonne intégration de ces éléments.

Parlons un peu traduction. Je veux bien que Miki YOSHIKAWA utilise un langage très « djeunz’ » mais j’ai quand même l’impression qu’il y a eu un problème (un gros même) quelque part chez Delcourt au niveau de la traduction ou de l’adaptation.

Le vocabulaire utilisé est particulièrement étonnant avec un « Captain Obvious » et un « WTF » (oui oui, l’abréviation, même pas le mot complet). Même si on tend à utiliser de plus en plus de mots anglais dans la langue française, ça reste à la limite du passable… Le second exemple est même particulièrement mal placé…

Les galères de Yamada ne sont pas terminées et le jeune lycéen va découvrir une facette assez sombre de la nouvelle membre du club d’études des phénomènes paranormaux. Alors qu’il tente de corriger une bourde d’Itô (elle a distribué des tracts disant qu’il sortait avec Shiraishi), il va découvrir que une jeune fille mal dans sa peau, en recherches d’amis. Itô est un personnage qui s’avère beaucoup plus intéressant que l’on aurait pu l’imaginer lorsqu’elle est apparue dans le tome précédent. L’auteure va s’en servir pour faire avancer son histoire dans la mesure où Itô sera le pilier de la…

Attention à la mononucléose !

Graphisme - 77%
Histoire - 70%
Mise en scène - 80%
Originalité - 55%
Edition - 40%
Dans son genre - 85%

68%

Smack

Pour ma part, je continue à trouver ce que je recherche dans cette série de Miki YOSHIKAWA qui prend avec brio la suite de Drôles de racailles. Humour, situations cocasses, un peu absurde, il y a un peu de tout ça dans ce deuxième volume qui ne nous permet toujours pas de comprendre le titre mais qui reste un très bon moment de lecture. 

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner