Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / World War Demons – Tomes 1 & 2

Publicité

World War Demons

World War Demons – Tomes 1 & 2

World War Demons – Tomes 1 & 2 Éditeur : Ankama
Titre original : Sekai Oni
Dessin : Uru OKABE
Scénario : Uru OKABE
Traduction : Chiharu CHUJO
Prix : 7.95 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 14/09/2017

Azuma, jeune collégienne, vit chez la famille de son oncle depuis la disparition de ses parents. Battue par son cousin, violée par son oncle, mal nourrie, elle développe très vite une curieuse maladie psychologique : le syndrome d’Alice de l’autre côté du miroir. Mais tandis qu’une vague de catastrophes commence à s’abattre sur Terre, son syndrome pourrait bien s’avérer être une arme redoutable ! Car, une nuit, transportée dans un univers parallèle, elle devra détruire, aux côtés de six autres individus aux passés traumatiques et atteints du même trouble, six « démons de l’univers » qui semblent à l’origine des catastrophes. La force de son désespoir lui permettra-t-elle de sauver le monde entier ?

La collection WTF?! d’Akata est connue pour ses titres qui sortent un peu de la norme et viennent un peu pimenter l’industrie du manga en France. Alors qu’il n’y avait pas vraiment eu de titre fort dans cette collection depuis un petit moment, l’éditeur nous propose World War Demons, un titre particulièrement atypique dont le style renoue avec les origines de la collection.

Dès les premières pages, impossible de chasser cette sensation bizarre qui assaille le lecteur de manga aguerri. L’ambiance du titre d’Uru OKABE rappelle quelque chose. Il y a ce petit « truc » dans la mise en scène qui titille notre mémoire. Après quelques pages, le doute n’est plus permis. Ce Sekai Oni est un digne héritier de Bokurano de Mohiro KITOH.

On y retrouve un groupe de jeunes gens (bon, certains sont un peu moins jeunes soit…) réunis par la force du sort et qui vont devoir faire à un danger qui menace leur monde. Leur unique lien n’est autre qu’un passé trouble et un quotidien vraiment pas rose.

L’héroïne, c’est une certaine Azuma, une jeune fille qui vit chez de la famille depuis la mort de ses parents. Malheureusement pour elle, son oncle et son cousin ne sont pas particulièrement tendre avec elle et lui font vivre des moments très difficiles. La seule « vraie » famille de l’adolescente, c’est un petit oiseau mort qu’elle affectionne tout particulièrement.

Le pitch de World War Demons n’est pas facile à aborder et ses thèmes ne le sont pas non plus. Viol, maltraitance, concept de vie et de mort… Il y a énormément de choses qu’OKABE souhaite développer avec son personnage principal qui (et c’est un peu normal vu les circonstances) semble vraiment avoir du mal.

Azuma a du mal physiquement, on le voit à son corps amoindri par la malnutrition mais aussi par sa démarche complètement cassée qui présume d’une faiblesse physique intense.
Azuma a aussi du mal psychologiquement, à tel point qu’elle a développé une pathologie mentale aussi grave que rare.
Elle semble aussi se prendre particulièrement au jeu auquel elle a été forcée de participer. Le « prix à payer » pour l’utilisation des pouvoirs acquis pour combattre les démons est même un bonus pour elle alors qu’il apparaît comme une véritable plaie pour tous les autres candidats qui vont se retenir au maximum avant de l’utiliser.
C’est donc un personnage particulièrement torturé qui sert de protagoniste à cette histoire de guerre entre les humains et des démons. Évidemment, elle n’est pas la seule et les autres membres du groupe censé combattre les « forces du mal » n’aura rien à lui envier niveau « problèmes »…

Le profil des personnages principaux n’est pas le seul point commun avec Bokurano puisque, comme mentionné au début, l’ambiance y est pour beaucoup. Dans le titre d’OKABE, il y a un véritable climat de danger permanent. Personne n’est à l’abris et on comprend vite que la mort d’un personnage, même principal, ne sera jamais un obstacle pour l’auteur.

Si le combat d’une espèce contre une autre n’est pas particulièrement original, le mangaka sait le rendre assez intéressant pour que l’on ne cherche pas vraiment quelque chose de plus sophistiqué.
En réalité, ce qui fait le sel de son titre, ce sont les représentants choisis pour se battre au nom des humains. Leurs soucis psychologiques en font des héros instables qui ont l’air d’avoir plus de difficultés pour se gérer eux-mêmes que pour combattre les démons.

La seule vraie faiblesse de World War Demons, c’est son graphisme. Le trait de l’auteur n’est pas mauvais mais l’aspect très brouillon des planches pourra en rebuter plus d’un. Les personnages, s’ils sont facilement reconnaissables ne profitent pas d’un nouveau de détail particulièrement élevé.
Les décors font un peu vides quand on passe d’un monde à l’autre et il n’y a rien de vraiment spectaculaire pour casser cet aux yeux du lecteur, un peu dommage pour les moins persévérants qui passeront probablement à côté d’une très bonne série.

Niveau édition, on a le droit à la fabrication typique de chez Akata avec un ouvrage assez souple mais qui reste quand même assez bien en main. L’éditeur s’est cependant fait plaisir au niveau de la couverture qui a le droit à un superbe vernis sélectif qui sait attirer l’oeil du lecteur quel que soit l’angle de vision.
Pour la traduction, ça reste plutôt fluide et on sent bien les efforts d’adaptation sur certains passages qui ont probablement donné du fil à retordre à la traductrice… Quoi qu’il en soit, ça reste du bon boulot.

War is coming...

Graphisme - 53%
Histoire - 70%
Mise en scène - 74%
Originalité - 66%
Édition - 75%
Dans son genre - 71%

68%

Déroutant

World War Demons est un titre particulièrement étrange. Ceux qui ont lu Bokurano sorti chez Asuka/Kazé il y a quelques années retrouveront la même ambiance pesante qui fait que le lecteur est en panique perpétuelle pour les personnages, ce qui constitue un joli tour de force en ce qui concerne la mise en scène. Si vous lisez le titre d'Uru OKABE, ce sera en particulier pour ça !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner