Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Winged Mermaids – Tome 1

[Dossier] Bilan de l’année manga 2016 : les tops, les flops, l’état du marché…

Publicité

Winged Mermaids 1

Winged Mermaids – Tome 1

Winged Mermaids – Tome 1 Éditeur : Doki-Doki
Titre original : Winged Mermaid
Dessin : Etorouji SHIONO
Scénario : Etorouji SHIONO
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 7.5 €
Nombre de pages : 202
Date de parution : 20/09/2017

Dans un monde recouvert par les eaux, la guerre fait rage dans les airs comme sur la mer, grâce aux hydravions d’un nouveau genre. Convoqué par sa sœur Misuzu, capitaine de l’armée de l’air d’Aizen, Ishito Suzuki, pilote pour une compagnie aéropostale, est prié de prendre la place du prince Asagito, menacé par une nation rivale. Rapidement, la paix vole en éclats alors qu’un bombardier s’écrase sur leur base. Blessé, Ishito est envoyé sur un navire d’entraînement où il rencontre cinq jeunes femmes, bien décidées à devenir pilotes pour défendre leur pays. Misuzu profite alors de la ressemblance entre Ishito et Asagito pour échafauder un plan de contre-attaque…

Après une première incursion dans les séries courtes avec Zelphy, Etorouji SHIONO retente l’aventure (toujours chez Doki-Doki) avec Winged Mermaids, un manga qui mettra en scène des pilotes d’avions de chasse, chose assez rare pour piquer notre intérêt.

Quand l’auteur d’Übel Blatt dessine des avions, on a forcément envie de voir ce que ça va donner. Pour ceux qui connaissent un peu les précédentes séries de l’auteur, sa capacité à créer de belles machines n’est plus à démontrer.

Ici, on suit les (més)aventures d’Ishito, pilote d’élite, qui va se retrouver blessé après une attaque ennemie. Ce dernier va donc devoir se remettre du choc mais aussi des blessures liées à sa défaite. Pour ce faire, il va tenter d’enseigner le pilotage à de jeunes apprenties pilotes. J’insiste sur le féminin « apprenties » parce qu’il n’y a aucun homme dans ces élèves potentielles.
Pourquoi ? Eh bien, on ne le sait pas trop et l’auteur ne semble pas le justifier plus que par une envie de dessiner des courbes féminines. C’est un peu dommage quand on sait qu’il aurait pu le justifier assez facilement et donner un peu d’épaisseur à ses personnages plutôt que de les laisser dans leur platitude insipide.

Comme à son habitude, SHIONO va poser les bases d’une histoire qui n’est pas faite pour être courte avec des luttes d’influence et une géopolitique complexe qui met les personnages dans une situation qui les dépasse.
Le problème, c’est qu’expliquer les choses et contextualiser prend du temps et les chapitres s’enchaînent sans vraiment lancer l’intrigue principale. Il y a tellement d’éléments à expliquer qu’il est assez impressionnant de voir comment le mangaka gère le ratio texte/image. Il s’en sort vraiment bien à ce niveau là et jamais le lecteur ne sera noyé dans de longues explications interminables.
Seulement, la véritable histoire ne commence qu’à la fin de ce premier tome (tous les chapitres sont d’ailleurs des parties appelées « Prélude au Roi »), ce qui ne laisse rien augurer de bon pour une série qui est terminée en trois volumes au Japon…

Si vous pensiez que les combats dans le ciel viendraient cacher un peu la molasse du début d’histoire, il faudra prendre votre mal en patience.
En réalité, les batailles aériennes n’ont pas énormément de piquant et les amateurs n’y trouveront probablement pas leur compte. Pour ça, il faudra se tourner vers un autre titre tel quel Zéro pour l’éternité chez Delcourt/Tonkam qui sait parfaitement rendre le danger permanent des affrontements qui se déroulent dans les airs.

Alors que l’auteur s’en sort généralement très bien au niveau du dessin, il semble y avoir une sorte de couac avec Winged Mermaid. Regardez un tome d’Übel Blatt ou de Zelphy et comparez-les avec ce que vous avez entre les mains et la différence vous mettra une gifle assez violente…

Qu’est-ce qui s’est passé chez SHIONO pour qu’il en arrive à ce niveau de dessin médiocre ? On aurait pu penser à une série plus ancienne et donc un style en création mais pas du tout puisque le titre a été publié entre 2015 et 2017…
Les arrière-plans sont faiblards, souvent remplacés par une trame rapide histoire de ne pas laisser de vide et c’est tout… Les personnages possèdent des proportions… plus que douteuses. Le mangaka s’essaye à un style qui n’est ni SD, ni réaliste et qui a l’air de se prendre pour un mélange entre les deux mais sans vraiment l’être puisque les décors restent très réalistes…

En bref, les choix faits sur le plan graphique sont vraiment difficiles à expliquer et peinent à convaincre si ce n’est au niveau des avions. On a une jolie diversité et un mecha design efficace qui viennent un peu contrebalancer le côté médiocre du reste. Malheureusement, ce n’est pas vraiment suffisant pour accrocher le lecteur sachant que les batailles aériennes sont encore trop peu présentes.

S’il y a une chose que l’on ne peut pas reprocher à Doki-Doki, c’est bien la qualité du livre. Alors que l’éditeur commence à diversifier un peu sa fabrication en introduisant des petits formats et des ouvrages souples, il a décidé d’utiliser son format seinen classique pour Winged Mermaid.
On retrouve donc un papier crème pas trop léger et pas transparent non plus qui convient vraiment bien à la lecture. Le résultat de ce choix, c’est un manga qui ne plie pas complètement en 8 lorsqu’on le tient et qui reste fermement en main sans avoir besoin de trouver une position particulière.
Petit bonus, de superbes pages en couleurs viennent ouvrir le premier tome de cette nouvelle série, histoire de rappeler que SHIONO gère généralement très bien ses colorisations.

Pour la traduction, Doki-Doki a fait appel une fois de plus à Jean-Benoît SILVESTRE qui rend une excellente copie. Ce dernier s’était déjà occupé de Zelphy et il était donc tout désigné pour oeuvrer ici aussi. Après tout, vu les noms propres (souvent inutilement compliqués) utilisés par l’auteur, il aurait été dommage de prendre quelqu’un qui ne connaissait pas du tout sa manière de fonctionner.

Zelphy dans le passé

Graphisme - 50%
Histoire - 39%
Mise en scène - 35%
Originalité - 60%
Édition - 75%
Dans son genre - 32%

49%

Crash

Alors que Zelphy commençait plutôt bien, on sent que SHIONO n'a rien retenu de ses erreurs passées avant de se lancer dans Winged Mermaid... Avec son introduction trop longue (la faute à une mise en place trop complexe) et son dessin d'une médiocrité étonnante pour l'auteur, on ne sait pas encore trop où se placer avec ce titre... Réponse avec la sortie du tome 2.




A propos de Ours256

Ours256

J’aime bien regarder des trucs chelous… et les langues aussi.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]