Publicité

Publicité

Wallman tomes 1,2 & 3

Wallman – Tomes 1~3

Wallman – Tomes 1~3 Éditeur : Kazé Manga
Titre original : Wallman
Dessin : Boichi
Scénario : Boichi
Traduction : Arnaud DELAGE
Prix : 7.99 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 12/11/2015

Après s’être fait trahir par son pays, Jirô Sorashima laisse son passé de tueur à gage et retourne au Japon après 20 longues années. Pour lui, la vie est fade et plus rien n’a d’interêt… jusqu’à l’arrivée d’une nouvelle colocataire ultra sexy du nom de Nami. Une tueuse en quête de vengeance, mais pas n’importe qu’elle tueuse; Nami est une wallman ! Jirô se retrouve projeté à nouveau dans ce monde aux dangers mortels. Le légendaire Wallman va reprendre du service !

Le troisième et dernier tome de Wallman par Boichi (Sanctum, Hotel, etc…) vient de sortir en France chez Kazé Manga. C’est donc en 3 tomes que se complète cette série qui à pendant un temps était vue comme l’héritière direct de Sun-Ken Rock du même auteur. En effet, fortement connectée au best-seller de chez Doki-Doki, elle reprend nombre d’éléments et personnages de celle-ci. Par exemple, un des deux personnage principaux, Nami, fut introduite dans le volume 20 de Sun-Ken Rock.

Ces deux séries sont si connectées que j’avais espéré qu’elles se retrouvent chez le même éditeurs français, ce qui ne fut malheureusement pas le cas. Je suis cependant vraiment content que Arnaud DELAGE, le traducteur de Sun-Ken Rock, ait été rappelé pour travailler sur ce titre. Et comme toujours, il a fait du très bon travail ! Les intentions du mangaka, l’humour et le dynamisme sont parfaitement adapté au public français.
Ce qui n’est pas simple quant on sait à quel point Boichi aime varier les styles d’une page à l’autre !

Mais parlons de la série en elle-même, Wallman !
Imaginez vous un quadra et une jeunette (et Kubota) utilisant l’équipement tridimensionnel de l’attaque des titans pour aller dézinguer du yakuza. Ça vend du rêve, n’est ce pas ? Et bien c’est exactement ça, comme dans SKR, les prémices sont expédiées pour laisser place à l’action. Et là on est encore une fois bluffé par la virtuosité de l’artiste. C’est très graphique et les actions de haute voltige donne une nouvelle dimension aux mouvements. Son contrôle des angles est vertigineux, les changements de plans de vue entre l’horizontal et la vertical sont vraiment ahurissant.

Pour ce qui est de l’histoire les prémices sont expédiées pour laisser place à l’action. Cependant, ce n’est pas pour autant que l’histoire est à la traîne et bien que le déroulé soit peu original; adversaire > entrainement > baston > etc…, il n’en reste néanmoins très divertissant. C’est riche en rebondissement et ancré dans la réalité. Boichi utilise énormément d’éléments du monde réel pour renforcer cette sensation, ainsi que pour assouvir son propre militantisme.
On y trouve le séisme de Tōhoku et des détournement d’aides sur les lieux, mentions de guerre et de services secret, de la libertés d’expressions, de la crise monétaire globale, etc… Tout ça très bien intégré dans le récit, on n’y ferait presque pas attention à première vue mais ça fait son effet.

Quant aux personnages, ils sont tous très appréciables même si certaines caractéristiques rappelles les autres titres de l’auteur, ce qui n’est pas une tare en soit. Mais ce que j’ai le plus apprécié, c’est que les personnages principaux ne cachent pas leur affection grandissante l’un pour l’autre, au lieu d’agir en gamins comme c’est commun dans trop de manga.

L’humour est aussi très présent et des références à des manga cultes comme Black Jack ou City Hunter sont une touche sympathique. J’ai beaucoup ri, notamment grâce au personnage de Kubota. Ce mangaka raté grassouillet et libidineux qu’il ne vaut mieux pas avoir en ennemi. Bref, Un humour qui fait mouche.

Mais ce ne serait pas un manga de Boichi si il n’y avait pas une forte dose de fan-service, et là je peux vous dire qu’il se laisse aller. Les combinaisons collante et les plastiques de rêves de ses héroïnes sont fortement mises en valeurs dans de nombreuses poses subjectives. Trop à mon goût mais qui suis-je pour dénier à Boichi son plus grand plaisir 😉

tome_1_wallman tome_2_wallman tome_3_wallman

Concernant l’édition, je suis triste qu’elle n’ait pas eu droit aux pages couleurs du premier volume. Les pages couleurs de Boichi étant pour moi sans pareille, ce « petit plus » valait le coup. Quand au reste de l’objet, c’est du standard mais très propre : une très bonne impression, jaquette, pages qui tiennent, etc… Rien d’original mais de la qualité tout de même. Ah si, comme pour la plupart des manga de Boichi, assurez-vous d’être bien seul avant de soulever la jaquette (en fait, assurez-vous aussi d’être seul pour le lire…)

Donc voilà, finit en 3 tomes, ce qui est dommage car on sent tout au long de la lecture que l’auteur avait de grand plans pour cette série. Même si de nombreux enjeux mis en place n’ont pas pu être élucidés, l’auteur à quand même réussi à nous donner une fin consistante avec d’énormes rebondissements. L’essentiel y est, et voir plus !

Ce manga se termine en mentionnant une fin de première partie. Ça laisse l’histoire ouverte à une continuation mais s’apparente plutôt à un “notre combat continue”, Ashita no Joe style.
L’avenir nous le dira !

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Le troisième et dernier tome de Wallman par Boichi (Sanctum, Hotel, etc...) vient de sortir en France chez Kazé Manga. C'est donc en 3 tomes que se complète cette série qui à pendant un temps était vue comme l'héritière direct de Sun-Ken Rock du même auteur. En effet, fortement connectée au best-seller de chez Doki-Doki, elle reprend nombre d’éléments et personnages de celle-ci. Par exemple, un des deux personnage principaux, Nami, fut introduite dans le volume 20 de Sun-Ken Rock. Ces deux séries sont si connectées que j'avais espéré qu'elles se retrouvent chez le même éditeurs français, ce qui ne fut…

De la haute voltige

Graphisme - 90%
Histoire - 72%
Mise en scène - 82%
Originalité - 75%
Edition - 72%
Dans son genre - 77%

78%

Tranché !

Un bon titre qui peux être lu à la fois seul ou comme une continuation de Sun-Ken Rock. Malheureusement trop court et avec une fin abrupte. Il n'en reste pas moins un indispensable pour tout fan de Boichi et d'action.

A propos de Weaper

Weaper
Grand évangélisateur de Boichi

Laisser un commentaire

banner