Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Takane & Hana – Tome 1

Publicité

Takane & Hana - Tome 1

Takane & Hana – Tome 1

Takane & Hana – Tome 1 Éditeur : Kazé Manga
Titre original : Takane to Hana
Dessin : Yuki SHIWASU
Scénario : Yuki SHIWASU
Traduction : Sayaka OKADA & Manon DEBIENNE
Prix : 6.79 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 22/06/2016

Hana, lycéenne de 16 ans, est contrainte de prendre la place de sa sœur lors d’une rencontre arrangée ! Présentée à l’héritier du grand groupe Takaba, le très séduisant Takane Saibara, la jeune fille déchante vite face à son arrogance. N’y tenant plus, elle lui jette ses quatre vérités à la figure, croyant se débarrasser ainsi de lui. Pourtant, dès le lendemain, Takane lui propose un nouveau rendez-vous, à croire qu’il en redemande ! Elle a un sacré caractère… et il aime ça ! ❤

Avec des sorties un peu mieux contrôlées qu’il y a quelques années, Kazé Manga parvient quelquefois à surprendre son lectorat avec une série qui sort un peu des sentiers battus. C’est un peu ce qui se passe avec Takane & Hana, un bon shôjo arrivé de nulle part !

Yuki SHIWASU possède ce petit grain de folie qui est souvent nécessaire aux mangaka spécialisés dans le shôjo si jamais ils cherchent à toucher un public plus large. Une romance sera (souvent) plus facilement acceptée par des lecteurs masculins si elle contient beaucoup d’humour.

Il faut croire que l’auteure n’a pas voulu se cantonner à plaire aux jeunes filles. Takane & Hana semble même miser plus sur son côté un peu loufoque que sur l’intrigue amoureuse. Elle est développée, certes, mais pas avec autant d’insistance que dans d’autres titres du même genre. La mangaka préfère passer plus de temps sur la façon dont Hana réfléchit afin de ne pas tomber dans les pièges mesquins de Takane…

Si le titre fonctionne aussi bien, c’est d’ailleurs grâce à cette association complètement improbables de deux personnages qu’absolument tout oppose : façon de parler, âge, origine sociale, … Bref, la seule chose qui les rapproche, c’est un coup du sort. Pourtant, il y une certaine alchimie qui se met en place et ce, dès la première rencontre. Alors que la jeune fille s’attendait à se faire recaler de manière instantanée (elle est allée à un rendez-vous arrangé à la place de sa soeur), le jeune homme va s’entêter et repartir à la charge !

Il y a quelque chose dans la relation Takane/Hana qui casse complètement la barrière générationnelle. Certains diront qu’une génération, ce n’est peut-être pas si énorme que ça et pourtant, les différences entre les deux personnages sont nombreuses et c’est peut-être l’éducation qui en est la preuve la plus visible.
Takane a reçu l’éducation stricte et contrôlée des jeunes héritiers et ne connaît pas grand chose à la vie moderne. De plus, il n’a pas l’habitude qu’on lui réponde ou qu’on n’accède pas au moindre de ses désirs. Avec Hana, c’est le monde « normal » qu’il va découvrir.
Hana n’a pas été élevée « à la riche » mais plutôt « à la pauvre ». Elle connaît la valeur des choses, elle sait ce qu’implique une dépense (petite ou plus conséquente) et ne peut que regarder d’un air incrédule la façon d’être de Takane. Elle se donne presque comme « mission » de l’aider à voir que ce qu’il fait n’a rien de « normal ».

L’autre point fort de la série, c’est le traitement de chaque situation. Grâce à ses deux personnages aux visions contraires, SHIWASU peut aborder les événements avec deux angles et donc produire des gags qui ne capitalisent pas toujours sur les mêmes éléments. La différence permet aussi des moments un peu plus dramatiques lorsque les personnages apprennent, découvrent un univers qu’ils ne connaissent (et ne maîtrisent) pas bien.

Pour le dessin, c’est correct, pas trop mauvais au niveau des proportions mais le trait de l’auteure n’a rien d’exceptionnel. En bonne artiste de shôjo, elle utilise donc les mêmes artifices que les autres et le fait bien d’ailleurs mais elle n’arrive pas vraiment à leur insuffler ce petit quelque chose qui lui donnera une « griffe ».
Vous retrouverez donc des beaux garçons, des trames à ne plus savoir qu’en faire, des gros yeux, une héroïne en SD quand elle est moins sérieuse et… du blanc, beaucoup de blanc.

Pour l’édition, c’est du grand classique de chez Kazé Manga : petit format, jaquette laminée et pas de page en couleur mais toujours cet sympathique gestion de la page des crédits qui, plutôt que d’être morne, se retrouve habillée aux couleurs de la série.
En ce qui concerne le texte pur, on sent un vrai effort d’adaptation et force est de constater que ça paye. C’est fluide, c’est drôle, les répliques d’Hana sont souvent tranchantes et le ton de la jeune fille a été parfaitement saisi par les deux traductrices.

La différence d'âge ? On s'en fiche, il est riche !

Graphisme - 60%
Histoire - 65%
Mise en scène - 73%
Originalité - 75%
Edition - 70%
Dans son genre - 76%

70%

Plus S que M

Takane & Hana est un bon shôjo, drôle, parfois touchant, que vous lirez très probablement d'une traite. Les personnages sont frais et possèdent des réactions plus loufoques que celles auxquelles on pourrait s'attendre, juste ce qu'il faut pour vous remettre de bonne humeur après une journée moins bonne que d'habitude !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner