Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Steel Ball Run – Tome 18

Publicité

Steel Ball Run – Tome 18

Steel Ball Run – Tome 18 Éditeur : Tonkam
Titre original : Steel Ball Run
Dessin : Hirohiko ARAKI
Scénario : Hirohiko ARAKI
Traduction : Satoko FUJIMOTO
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 25/11/2015

Le président entre en action. Son but : s’emparer de « l’œil gauche » de Dio et supprimer toutes les personnes investies dans la quête du cadavre. Soudainement attaqués, Dio et Wekapipo se retrouvent obligés de faire équipe ! Mais ni l’un, ni l’autre ne comprennent le fonctionnement du stand terrifiant du président…

ATTENTION : Cette chronique contient des révélations sur l’intrigue. Vous êtes donc invités à ne la lire qu’après avoir lu le tome en question.

Ce qu’il faut retenir de ce dix-huitième tome de Steel Ball Run, c’est que le président des Etats-Unis possède un stand terrifiant, peut-être même plus que le « The World » du DIO de la grande époque. Avec sa faculté à traverser les mondes, Valentine devient une sorte d’être imprenable qui reviendra à chaque fois, peu importe le nombre de fois où les héros penseront s’être débarrassé de lui.

Alors que « The World » permettait à DIO d’arrêter le temps dans Stardust Crusaders (la troisième saison de la série), « D4C » va permettre au président de voyager à travers des univers parallèles en se glissant dans divers objets. Pour lui, peu importe le point d’entrée, tout « trou » constitue un passage vers un monde différent. Il peut y emmener d’autres humains mais ces derniers finiront inexorablement par mourir, la faute à l’incohérence d’une existence multiple. Seul Valentine peut exister en même temps que l’un de ses doubles grâce au pouvoir de « D4C ».

En ce qui concerne la structure, ARAKI nous propose un combat dont il a le secret. Grâce à son stand, le président domine la rixe qui va pourtant faire intervenir Wekapipo, Dio et Jayro… Comme rien n’est jamais facile dans Jojo, l’enjeu est de taille. En effet, il ne manque à Valentine qu’un seul morceau pour le reconstituer complètement. On devrait donc enfin découvrir la véritable raison d’être de la course mais aussi les (sombres ?) desseins de celui qui gouverne le monde dès le prochain volume.

Niveau édition, Tonkam semblait avoir trouvé un bon compromis entre la qualité et la rapidité mais on retrouve encore et toujours de petites coquilles qui passent les relectures… Heureusement que l’adaptation est aussi toujours aussi bien gérée, preuve qu’il y a quand même une volonté de produire un travail de qualité.

Ce qu'il faut retenir de ce dix-huitième tome de Steel Ball Run, c'est que le président des Etats-Unis possède un stand terrifiant, peut-être même plus que le "The World" du DIO de la grande époque. Avec sa faculté à traverser les mondes, Valentine devient une sorte d'être imprenable qui reviendra à chaque fois, peu importe le nombre de fois où les héros penseront s'être débarrassé de lui. Alors que "The World" permettait à DIO d'arrêter le temps dans Stardust Crusaders (la troisième saison de la série), "D4C" va permettre au président de voyager à travers des univers parallèles en se glissant dans divers objets. Pour…

N'est pas président qui veut

Graphisme - 79%
Histoire - 72%
Mise en scène - 88%
Originalité - 79%
Edition - 60%
Dans son genre - 78%

76%

The Worlds

Dans le dix-huitième tome de Steel Ball Run, ARAKI nous montre toute la dangerosité du stand du président. L'ennemi numéro 1 de la septième saison de Jojo dévoile un stand particulièrement difficile à combattre et qui mettra à mal l'intelligence des héros de la série.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner