Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Steel Ball Run – Tome 17

Publicité

SBR17

Steel Ball Run – Tome 17

Steel Ball Run – Tome 17 Éditeur : Tonkam
Titre original : Steel Ball Run
Dessin : Hirohiko ARAKI
Scénario : Hirohiko ARAKI
Traduction : Satoko FUJIMOTO
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 23/09/2015

Jayro et Johnny se lancent à la poursuite de Dio dans le but de lui prendre « l’œil » du cadavre. Mais alors qu’ils tentent de lui tendre une embuscade, Johnny est abattu par un inconnu. Au moment où Jayro se précipite pour venir en aide à son ami, il se heurte à un manieur de stand au pouvoir mystérieux, faisant apparaître une étrange marelle sous ses pieds…

Le dix-septième tome de Steel Ball Run commence la dernière étape d’une course qui passe de plus en plus au second plan. La récupération des morceaux du cadavre est bien plus importante et c’est pour ça qu’ARAKI met le paquet pour renforcer encore plus son impact sur les personnages. Les personnages les plus influents du monde se disputent les parties de cet homme sain et c’est dans ce climat tendu que le président des Etats-Unis se décide enfin à agir.

Alors que Johnny et Jayro tentent encore de comprendre le pouvoir de son stand, ils sont perdus, attaqués de partout sans trop savoir de quelle façon ou pourquoi. La capacité de Valentine est très particulière, à tel point qu’elle perd même un peu le lecteur qui ne comprend pas vraiment ce qui se passe ou comment les événements peuvent s’enchaîner.

ARAKI a le talent nécessaire pour créer le mystère autour des facultés qu’il donne aux stands de ses personnages et ne laisse transparaître que de maigres indices qui pourraient mener le lecteur sur le chemin de la compréhension. C’est le cas une fois de plus même s’il est encore plus radin que d’habitude (c’est un peu le stand du « boss » dont on fait la découverte) et laisse son lecteur dans le doute et l’incompréhension la plus totale.

C’est d’ailleurs son talent narratif qui fait toute la force du stand de Valentine. Sans un découpage aux petits oignons, il n’aurait pas du tout le même impact sur le lecteur. ARAKI est arrivé à un tel niveau de maîtrise qu’il utilise le format même de son récit pour contribuer aux pouvoirs de ses personnages. On peut bien dire ce qu’on veut, je n’ai pas vu beaucoup d’autres auteurs avec une telle vision de leurs oeuvres (exception faite d’ODA et de TOGASHI).

Niveau édition, Tonkam semble avoir trouvé un bon compromis entre la qualité et la rapidité. Il y a moins de coquilles qui passent les relectures et on ne trouve plus beaucoup de problèmes de texte mal centré où d’inversions de bulles. L’adaptation est aussi beaucoup plus soignée qu’avant et ça se sent dans l’enchaînement des dialogues et autres bulles de pensées.

Le dix-septième tome de Steel Ball Run commence la dernière étape d’une course qui passe de plus en plus au second plan. La récupération des morceaux du cadavre est bien plus importante et c’est pour ça qu’ARAKI met le paquet pour renforcer encore plus son impact sur les personnages. Les personnages les plus influents du monde se disputent les parties de cet homme sain et c’est dans ce climat tendu que le président des Etats-Unis se décide enfin à agir. Alors que Johnny et Jayro tentent encore de comprendre le pouvoir de son stand, ils sont perdus, attaqués de partout…

Here comes the REAL challenger !

Graphisme - 76%
Histoire - 75%
Mise en scène - 85%
Originalité - 78%
Edition - 65%
Dans son genre - 77%

76%

Huh?

Dix-sept volumes et une histoire qui a su se ramifier tout en convergeant vers le même point. ARAKI est toujours très doué pour partir dans tous les sens sans vraiment perdre de vue son objectif principal. Graphiquement toujours au top (certains effets de perspectives sont sublimes et je ne vous parle même pas de l’encrage et du tramage qui forcent le respect d’un point de vue technique), il ne tient qu’à vous de vous lancer dans l’aventure Jojo, à moins que ça ne soit déjà fait. 

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner