Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Sky-High Survival – Tomes 1 & 2

Publicité

Sky-High Survival – Tomes 1 & 2

Sky-High Survival – Tomes 1 & 2 Éditeur : Kana
Titre original : Tenku Shinpan
Dessin : Takahiro OBA
Scénario : Tsuina MIURA
Traduction : Thibaud DESBIEF
Prix : 7.45 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 08/07/2016

Yuri se retrouve mystérieusement sur le toit d’un gratte-ciel. Ne sachant pas ce qui lui arrive ni où elle se trouve, elle voit foncer sur elle un personnage masqué et armé. Elle l’évite grâce à son instinct de survie, mais elle découvre un monde étrange, urbain. La seule façon de se déplacer et d’éviter les assaillants est d’emprunter les ponts qui relient les toits des immeubles d’une ville qui ne ressemble pourtant pas à Tokyo. Qui sont ces hommes masqués qui semblent en vouloir à sa vie ? Où se trouve son frère ? Comment sortir de ce monde affreux…!?

Dernière trouvaille des éditions KanaSky-High Survival (ou Tenkû Shinpan au pays du soleil levant) est un survival manga, genre très prisé ces derniers temps dans l’hexagone. Cependant, après pas mal de clones du même concept, le titre du duo OBA/MIURA pourrait bien redonner un petit coup de fouet au genre.

Haletant, c’est vraiment le mot le plus adéquat pour définir ce manga. De la première à la dernière page, impossible de décrocher. 34 chapitres, c’est ce que vous lirez en deux volumes, rien que ça !
Attention, les chapitres ne sont pas courts pour rien. Si les auteurs ont choisi ce format, c’est pour renforcer le rythme effréné du manga qui ne laisse pas vraiment le temps de la réflexion au lecteur. Yuri ne sait pas vraiment ce qu’elle fait dans ce monde étrange, celui qui lit non plus mais il y a plus urgent : survivre.
Le découpage est bien évidemment en accord avec tout ça et reste le plus simple possible : un nombre de cases souvent inférieur à 5 mais de taille variable, ce qui permet d’accélérer ou décélérer à volonté et de réduire les temps morts au maximum, le maître mot étant l’optimisation.

Plus que jamais, c’est la survie qui est au centre de ce survival manga. À chaque fois qu’elle rencontre un adversaire, l’héroïne se trouve face à deux possibilités : se jeter du haut de l’immeuble sur lequel elle se trouve où affronter cet homme masqué et son arme.
Les ennemis, contrôlés par ce fameux masque qu’ils portent, ont des caractéristiques différentes mais possèdent tous des capacités surhumaines communes : ils sont plus rapides et plus forts que des humains normaux. Cependant, ils n’ont pas de volonté propre, leurs actions sont conditionnées par le masque qui leur donne des instructions plus ou moins vagues mais directes.
Connaissant ce dénominateur commun, c’est la spécifié de leur arme qui fera leur force et qui demandera à la protagoniste d’élaborer une stratégie spécifique.

Yuri, n’a absolument aucun pouvoir.
C’est une lycéenne normale, à la différence près que son sens de l’observation est particulièrement développé et qu’elle est capable de garder son sang froid dans l’adversité. Ce n’est pas une fille qui agit comme un garçon, certaines de ses réactions comme sa rencontre avec Nise le prouvent mais Yuri est une adolescente forte, débrouillarde, qui n’hésite pas à se mettre dans un danger calculé pour pouvoir survivre.

Même si le postulat de base semble plutôt simple (une jeune fille qui doit survivre en allant de toit d’immeuble en toit d’immeuble tout en évitant de se faire tuer), les auteurs parviennent à rendre le tout intéressant grâce à des personnages efficaces et à un rythme aux petits oignons.
Le traitement des masques est aussi très intelligent. Plutôt que de donner des adversaires banals, les mangaka vont leur donner une véritable individualité grâce à leur arme. C’est ce qui va les définir, leur permettre d’exister, parfois de manière assez cocasse.

Une fois le tome refermé, le lecteur peut réfléchir, se poser des questions sur la situation de l’héroïne et force est de constater que l’on se rend compte de pas mal de choses.
Déjà, Yuri a un gros brother complex assez perturbant. Elle lui fait une confiance aveugle, ne jure que par lui et n’aspire qu’à une chose : le retrouver. Il y a peut-être quelque chose à creuser à ce niveau là, surtout que le scénariste ne donne pas beaucoup d’informations sur leur lien.

Le monde dans lequel Yuri a débarqué n’est pas sans faille.
La première n’est autre que l’hélicoptère qui pourrait permettre de faire d’explorer les étages inférieurs et de se déplacer sans vraiment être inquiété par d’éventuels ennemis.
La seconde vient de la faiblesse des masques qui n’attaquent pas quelqu’un qui semble déterminé à se suicider. À partir de là, il y a moyen de les berner et donc de se créer des opportunités de contre-attaque.
La dernière, et non des moindres, il y a moyens de faire des alliances pour augmenter les chances de survie (la communication par téléphone portable étant possible). Un peu comme dans une attaque de zombies, l’union fait la force et même si la mobilité est plus réduite en groupe, il est toujours mieux d’avoir quelqu’un pour surveiller ses arrières.

Le nom du dessinateur ne vous dit rien ? Normal, c’est la première fois qu’il est publié en France. Son trait est fin et précis, il sait jouer avec les ombres de manière efficace et sort des planches super classes quand on s’y attend le moins.
Certes, les décors sont assez basiques mais peu importe en fait.
Ce qui compte, ce sont les personnages qui ont une expressivité exceptionnelle. Peur, colère (il ne faut pas énerver Yuri), joie… OBA nous propose un éventail complet d’émotions complexes avec un talent évident.

Par contre, au niveau du scénario, on retrouve MIURA (pas Kentarô mais Tsuina) qui avait déjà officié au début d’Ajin. On lui doit très probablement le concept et les premiers tomes très anxiogènes de la série. L’ambiance de Sky-High Survival n’est donc pas une surprise. Au contraire, pour qui a lu le début du titre publié chez Glénat, le terrain est plus ou moins connu.

Le travail d’édition est digne des autres titres de la collection Dark Kana : un format seinen avec une bonne impression qui fait la part belle aux noirs, chose nécessaire pour sublimer le travail d’OBA. On regrettera l’absence de pages couleurs qui auraient pu compléter un excellent tableau de base.
En ce qui concerne la traduction, Thibaud DESBIEF s’est bien débrouillé pour garder un vocabulaire souvent concis et efficace qui ne vient pas casser l’ambiance particulièrement lourde et oppressante du titre. Sky-High Survival, c’est un titre qui fonctionne aussi grâce à ce rythme hypnotique instauré par le contexte et le découpage.

Dernière trouvaille des éditions Kana, Sky-High Survival (ou Tenkû Shinpan au pays du soleil levant) est un survival manga, genre très prisé ces derniers temps dans l'hexagone. Cependant, après pas mal de clones du même concept, le titre du duo OBA/MIURA pourrait bien redonner un petit coup de fouet au genre. Haletant, c'est vraiment le mot le plus adéquat pour définir ce manga. De la première à la dernière page, impossible de décrocher. 34 chapitres, c'est ce que vous lirez en deux volumes, rien que ça ! Attention, les chapitres ne sont pas courts pour rien. Si les auteurs ont choisi ce format, c'est pour renforcer le…

Prêts à faire le grand saut ?

Graphisme - 75%
Histoire - 79%
Mise en scène - 85%
Originalité - 77%
Edition - 73%
Dans son genre - 88%

80%

Jump ! Jump ! Jump !

Sky-High Survival fait partie des titres à ne pas rater cette année. La série d'OBA et MIURA sait allier originalité et classique dans un genre où les clones ne cessent d'apparaître. Avec un personnage principal fort et déterminé, les lecteurs pourront découvrir une histoire incroyablement prenante où tout va vite, très vite et où la vie ne tient souvent qu'à un fil !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner