Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Les Six Destinées – Tome 1

Dossier Boichi

Publicité

Les Six Destinées 1

Les Six Destinées – Tome 1

Les Six Destinées – Tome 1 Éditeur : Doki-Doki
Titre original : Gekka no Hazure Gedou
Dessin : SAYUKI
Scénario : SAYUKI
Traduction : Arnaud DELAGE
Prix : 7.5 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 07/09/2016

Pour sauver un être cher, il faut être prêt à tous les sacrifices !

Lorsque la nuit tombe, les Gedô, d’étranges créatures semblables à des corbeaux, surgissent pour harceler les humains ! Leur pouvoir de nuisance est néanmoins restreint depuis que Sutoku, leur roi, a été scellé ! Tout va hélas changer lorsque le jeune Miroku va provoquer accidentellement sa libération ! Un acte malheureux qui entraîne la mort de sa mère, sa propre transformation en Gedô, et celle de sa sœur en démon. Pour la sauver de ce sort funeste, Miroku rejoint Rikudô, un groupe luttant contre ces monstres. Parviendra-t-il à rendre à sa sœur son humanité ?

Avant d’ouvrir le premier volume des Six Destinées, on s’attend à un cas scolaire de shônen classique et ça tombe bien puisque c’est ce que le nouveau titre de Doki-Doki nous propose.

Il est vrai que le titre tombe un peu dans tous les poncifs du genre : le héros qui cherche à protéger une personne qui lui est cher, un pouvoir qui vient de nul part, un passé trouble (mais révélé, du moins en partie, très rapidement), une évolution fulgurante suite à un événement tragiques… Bref, il n’est pas nécessaire de tous les énumérer mais un shônen se doit de posséder ces éléments pour entrer dans la catégorie tout simplement.

Pourtant, et c’est peut-être la surprise, Les Six Destinées possède un charme certain qui fait qu’il est difficile de refermer l’ouvrage avant la fin. La narration bien rythmée de SAYUKI y est probablement pour quelque chose mais elle ne fait pas tout. En révélant le passé du héros dès le début (chose généralement rare dans le shônen puisqu’il s’agit de l’un des outils dont disposent les auteurs pour remonter un peu la popularité de leur titre en cas de besoin et sans trop de difficultés), il va tout de suite faire en sorte que Miroku et sa soeur s’attachent la sympathie des lecteurs.

Résultat : Ils ont toujours envie de continuer, envie de voir jusqu’où leur combat va les mener et surtout, s’ils vont réussir à retrouver leurs corps d’origine (ou du moins, empêcher une transformation définitive en démon). Vous décèlerez peut-être une petite touche Fullmetal Alchemist ici mais rien d’aussi compliqué que la porte de la vérité et des échanges équivalents ici, il est juste question de ne pas tomber dans le mal.

La relation entre Miroku et sa soeur reste cependant très classique. Le grand frère sera courageux et volontaire alors que la petite soeur sera timide, réservée et même assez craintive. Dommage car introduire un peu d’originalité (un avis différent sur leur lien par exemple) ici n’aurait pas été de refus sachant que la série en a besoin.

À la lecture de ce premier volume, on remarque que les personnages secondaires seront loin d’être laissés pour compte. Dans ce premier tome, l’auteur en profite pour bien dresser le portrait de Sutoku. L’antagoniste de la série est une sorte de mélange (graphique et psychologique) entre le Comte Millénaire de D. Gray-man et Mephisto de Blue Exorcist, ce qui lui donne ce petit grain de folie parfait pour en faire un bon méchant.
Bien barré, clairement surpuissant, ce n’est pas en lambinant que Miroku va pouvoir lui mettre une raclée !

Lorsque Doki-Doki parle du manga de SAYUKI, c’est souvent le graphisme qui est mis en valeur et à juste titre. Le mangaka, inconnu chez nous avant ce titre, nous en met plein les yeux pendant des scènes d’action bien découpées, peu importe le nombre de personnages impliqués ou les pouvoirs utilisés.
Même si certains pourront trouver son découpage classique, on ne peut pas lui enlever son efficacité et sa lisibilité bienvenues lors des affrontements entre Miroku et autres monstres.

Après Sun-Ken Rock (dont il doit maintenant avoir bouclé la traduction), Arnaud DELAGE s’attaque à une nouvelle série où les combats sont rois et ça lui réussit. Le traducteur est particulièrement à l’aise dans son exercice et les lecteurs les plus avisés iront même jusqu’à remarquer quelques passages où l’adaptation n’était peut-être pas si évidente que ça…
L’éditeur palpitant nous propose son très bon format unique dans une qualité qui ne varie pas (même papier, même format, même type de jaquette…). On notera quand même la petite page couleur qui fait plaisir en début de tome.

N'est pas dresseur de corbeau qui veut !

Graphisme - 82%
Histoire - 52%
Mise en scène - 69%
Originalité - 42%
Edition - 70%
Dans son genre - 62%

63%

Croâ Croâ !

Les Six Destinées est une bonne nouveauté shônen qui se distingue surtout par son dessin soigné et sa mise en scène qui cherche à innover (même si ce n'est pas toujours le cas). De ce premier tome, on retiendra surtout un antagoniste taré comme on les aime. Vous êtes prévenus !




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner