Publicité


Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Silver Spoon – La Cuillère d’Argent – Tome 12

Publicité

Silver Spoon – La Cuillère d’Argent – Tome 12

Silver Spoon – La Cuillère d’Argent – Tome 12 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Gin no Saji - Silver Spoon
Dessin : Hiromu ARAKAWA
Scénario : Hiromu ARAKAWA
Traduction : Fabien VAUTRIN & Maiko_O
Prix : 6.8 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 10/12/2015

Avec le début de la nouvelle année scolaire, le lycée Ohezo est en pleine effervescence. Les élèves de première doivent tous participer à un groupe de recherche et Yûgo compte bien en profiter pour faire avancer son projet de création d’entreprise. mais qui dit nouvelle année, dit aussi nouvelle tête et une mystérieuse recrue fait son apparition au sein du club d’équitation…

La nouvelle année débute sur les chapeaux de roue, Yûgo est bien décidé à monter sa propre entreprise, il ne sait pas encore quoi, ni avec qui ou comment mais il a déjà bien planché dessus. Commence alors un travail de très longue haleine pour concrétiser le projet tout en finissant ses études à Ohezo. Heureusement il va trouver une aide inespérée en la personne de Shinei, fraichement diplômé, fraichement chômeur aussi mais curieusement plein de ressources. Bref, ce nouveau tome délaisse la vie paisible d’étudiant pour se planter bien droit dans la réalité

Il est assez difficile de comprendre ce que souhaite réellement Yûgo : il est motivé comme jamais mais ne semble pas vraiment savoir par quel bout commencer et le suivre s’avère très difficile. Un coup on parle de vaches qui préparent un terrain, puis de cochons, enfin de pizza, on dirait qu’il n’arrive pas vraiment à quitter ce qu’il a appris à l’école mais ne l’améliore pas non plus. Il va falloir attendre quelques tomes d’installation avant de retrouver la fluidité des précédents volumes. Du coup, ce tome est peut être un peu fastidieux d’explications et de recherches.

Pourtant, on en apprend encore et toujours plus : comment gérer des élevages en plein air, quels sont les liens qui peuvent se tisser entre les exploitations ou encore comment aider les autres ne peut être que bénéfique. C’est un peu ce qui va amener le héros à faire de Shinei son associé, lui qui était un tir au flanc va révéler sa véritable nature au gré des responsabilités.

Peut être que l’auteure veut démontrer que, même sans argent mais avec beaucoup de bonne volonté et l’aide des autres, on peut arriver à quelque chose. Cependant, la mangaka n’est jamais utopiste, elle a toujours à cœur de rappeler une certaine réalité, qui sait ce qu’elle réserve pour la société bien nommée « Silver Spoon ».

Du coté de l’école, difficile de croire nos héros toujours en cours, hormis une petite nouvelle qui vient d’arriver et qui nous rappelle que la rentrée a sonné, on n’a quasi plus de temps (de récit) scolaire. Un petit loupé qui donne une toute autre ambiance au titre et que j’ai personnellement moins apprécié. On a vraiment une sensation de « fin » vis à vis de la période lycéenne et on ne sent aucun renouveau à ce sujet.

C’était la partie dominante du manga et elle se retrouve en dernier plan. On continue, comme dans le tome précédent, à dire au revoir à des personnages qui partent vers d’autres horizons. J’espère que cela remontera dans les prochains volumes car je pense qu’il reste des choses à dire (et il reste surtout deux ans !)

Tout comme l’école, l’humour semble disparaitre petit à petit… Bien sûr, c’est toujours plaisant à lire, il y a toujours deux/trois répliques bien pesées, mais dans l’ensemble c’est beaucoup plus sérieux qu’au début. C’est également moins sentimental. En entrant dans le détail technique et la réalité, l’histoire est moins touchante qu’à ses débuts avec un Yûgo fuyant sa famille et découvrant les « charmes » de la vie à la campagne. Cependant, le titre gagne en maturité, un peu à l’image de la mentalité du héros, il fallait bien grandir à un moment, reste à faire suivre le lectorat.

Au final Silver Spoon reste un incontournable, clairement ce numéro est moins plaisant à la lecture mais plus passionnant quand on connaît les projets de Yûgo. On sent très bien cette transition déjà entamée dans le volume précédent et bien que mon petit cœur réclame un peu plus de romance (une seule page dans ce tome !) c’est aussi avec sagesse que l’on accueille ce Yûgo sûr de lui, désireux de construire quelque chose de ses propres mains.

Pizza, Raclette, bacon ...

Graphisme - 65%
Histoire - 66%
Mise en scène - 72%
Originalité - 75%
Edition - 78%
Dans son genre - 79%

73%

J'ai faim !!!

On prend les mêmes et on recommence mais pour de vrai ! Cette fois, l'école est finie, on fait une exploitation pour de vrai et on prie pour son avenir parce qu'avec Yûgo c'est sûr, ça va fonctionner !




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l’éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l’animation.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]