Publicité


Publicité

Sherlock – Tome 1

Sherlock – Tome 1 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Sherlock
Dessin : JAY.
Scénario : Mark GATISS & Steven MOFFAT
Traduction : Fabien NABHAN
Prix : 12.6 €
Nombre de pages : 228
Date de parution : 09/02/2017

Rapatrié d’Afghanistan à cause d’une blessure et de troubles psychologiques, le Dr. Watson retrouve un vieil ami de l’époque de la faculté de médecine qui lui présente son futur colocataire. D’un seul coup d’oeil, cette personne devine qu’il s’agit d’un médecin militaire de retour du Moyen-Orient, qu’un de ses proches est victime d’alcoolisme ou encore qu’il est suivi par un thérapeute. Le nom de ce colocataire ? Sherlock Holmes.

Alors que la saison 4 s’est terminée il y a peu de l’autre côté de la Manche, voici que débarque chez nous l’adaptation en manga de l’une des plus britanniques et célèbres séries de la BBC : Sherlock ! Pour les deux du fond qui dormaient ces 6 dernières années, je rappelle que la série reprend les enquêtes du célèbre détective, Sherlock Holmes, en les réadaptant au XXIème siècle.
Si la qualité de la série n’est plus à prouver, qu’en est-il du manga éponyme ? 

Sherlock - Visuel Annonce 2
©2010 Hartswood Films All Rights Reserved. ©Jay. 2013 / KADOKAWA CORPORATION, Tokyo.

Je serai honnête : cette chronique ne rentrera pas beaucoup dans l’analyse du scénario, et ce pour diverses raisons. La première est que je ne souhaite pas divulguer l’histoire, ni le dénouement de l’enquête, à ceux qui n’auraient pas vu l’épisode 1 de la saison 1 (parce qu’évidemment, j’ai comparé l’adaptation manga à son original).
La seconde, c’est qu’il n’y a pas grand chose à dire car je peux résumer mon propos en quelques mots : l’appellation « Scénario : Steven MOFFAT, Mark GATISS » sur la couverture n’est pas mensongère.

En effet, c’est une très bonne adaptation du scénario des deux britanniques, quasiment au détail près. Toute l’enquête se déroule comme dans l’épisode, sans qu’il y ait d’omissions inacceptables ou de changements qui rendent le manga fondamentalement différent de ce qu’on a pu voir à la télévision.

Bien sûr, on peut voir quelques différences entre le manga et la série, comme par exemple le commencement.
Dans la série, on débute directement par un prolepse de John Watson, dans lequel il revoit en rêve la guerre qu’il a quittée, puis on enchaîne sur une scène où il est chez une thérapeute qui, outre le soigner pour sa jambe boiteuse qu’elle juge être une blessure psychosomatique et non physique, lui conseille de tenir un blog où il raconterait ce qu’il lui arrive et auquel il répond : « Rien ne m’arrive » (et après cela, c’est le générique de la série).

En revanche, dans le manga, cette scène n’est pas présente au début du volume, mais après la conférence de presse de Scotland Yard (D’ailleurs, ici, Watson dit à sa thérapeute : « Mais je n’ai rien à écrire »). Le manga débute directement par les trois premières victimes, ce qui n’est pas du tout un défaut, puisque le changement est minime et n’est absolument pas illogique pour la progression du récit.

Sherlock - Tome 1 (Planche 3)
©2010 Hartswood Films All Rights Reserved. ©Jay. 2013 / KADOKAWA CORPORATION, Tokyo.

En revanche, même si le manga respecte énormément la série sur de nombreux aspects, il y a tout de même quelques divergences. Si j’omets le fait que le Watson du manga ait l’air plus timide que celui de la série (qui ne détourne quasiment jamais le regard), le premier, et le plus pardonnable, souci concerne le graphisme.
Soyons clairs : il est très beau, très détaillé et tente vraiment de recréer l’ambiance de la série. Par contre, hormis Benedict CUMBERBATCH (même si, au niveau des expressions faciales, il a l’air plus malicieux et euphorique que dans la série), les autres personnages sont un peu plus difficiles à reconnaître.

Il y a deux exemples assez flagrants : Rupert GRAVES (qui joue Lestrade) et Una STUBBS (jouant Mrs Hudson). La version manga de GRAVES a un visage plus large et moins allongé que dans la réalité, tandis que celle de STUBBS la rend beaucoup plus jeune que dans la série. Évidemment, je ne fais que pointer ces petits défauts qui ne retirent rien à la qualité graphique mais qui gêneront peut-être les accros à la série.

Le second point qui, personnellement, m’a un peu plus dérangé, vient du fait que les personnages tutoient Sherlock, et que ce dernier fait de même.
En français, le « tu » est employé quand il y a une certaine familiarité, alors que le « vous » est plus poli et courtois et marque davantage une certaine distance entre les interlocuteurs. Cependant, dans la série, Sherlock ne tutoie que son frère (tout comme lui-même tutoie Sherlock), et parfois aussi Watson, mais vouvoie les autres car il n’a pas particulièrement de proximité avec eux. Cela sonne vraiment bizarre de le voir ici dire « tu » à Lestrade, tout comme cela surprend de voir Mrs Hudson tutoyer le détective.

Cela aurait pu n’être qu’un pinaillage de ma part s’il n’amenait pas un autre défaut : il n’est pas régulier. En effet, à certains moments, on voit un emploi du tutoiement, et au chapitre suivant, c’est repassé au vouvoiement, avant de retourner au tutoiement. Cela devient assez confus, et on n’arrive plus à savoir quels sont les degrés des différentes relations.

Sherlock - Tome 1 (Planche 2)
©2010 Hartswood Films All Rights Reserved. ©Jay. 2013 / KADOKAWA CORPORATION, Tokyo.

Hormis ces quelques points, on a affaire à une très bonne série, qui n’a peut-être pas pris beaucoup de risques, mais qui du même coup a su conserver ce qui a fait le succès de la série.
De plus, le manga est mis en valeur par la belle édition de Kurokawa, qui nous offre un premier tome de taille supérieure au reste de ses séries (sauf Nobles Paysans qui fait la même taille), avec des premières pages couleurs et un papier assez épais pour ne pas laisser transparaître les planches sur le verso. Le prix est largement à la hauteur de la qualité du titre.

Sociopathe hautement fonctionnel

Graphisme - 80%
Histoire - 69%
Mise en scène - 77%
Originalité - 59%
Edition - 80%
Dans son genre - 76%

74%

Déduction

Le manga est à l'image de la série originale : de très bonne qualité, avec une mise en scène haletante et des personnages auxquels on s'attache rapidement. Si vous avez aimé la série de la BBC, vous adorerez sans doute son adaptation manga ; si vous ne connaissez pas "Sherlock", voilà une bonne occasion de plonger dans ses enquêtes !




Acheter sur Amazon

A propos de L'Otak' des Lettres

L'Otak' des Lettres

Professeur otak’ qui adore fouiller en profondeur l’essence des mangas, afin d’en dégager le bon et le moins bon.

Laisser un commentaire

[the_ad id="59920"]