Publicité

Publicité

Sankarea – Tome 10

Sankarea – Tome 10 Éditeur : Pika Édition
Titre original : Sankarea
Dessin : Mitsuru HATTORI
Scénario : Mitsuru HATTORI
Traduction : Midori AMO
Prix : 6.95 €
Nombre de pages : 176
Date de parution : 17/06/2015

Otoki, réveillée après son long sommeil dans la glace, raconte son histoire : la mise au point du remède pour ressusciter les morts, la jeunesse de Jogorô, son mari, le sort dramatique infligé à la mère de Chihiro… Pendant ce temps, Rea, toujours amnésique, se retrouve dans un état second, et laisse parler, comme on pouvait le craindre, ses instincts les plus sauvages. Deviendrait-elle un réel danger pour son entourage ?

Dans l’avant-dernier volume de Sankarea, la situation est critique. Revenue sans sa mémoire de ZoMA, Rea est complètement perdue et se met subitement à attaquer tout le monde. Elle s’est mise à la recherche de « ce qu’elle veut manger », c’est à dire que son instinct s’est enclenché et que son cerveau est déconnecté. Puisqu’elle n’a plus aucun souvenir, sa recherche est évidemment rendue plus difficile sachant qu’elle doit « goûter » à tout ce qu’elle voit…

Que ce soit avec la folie de Rea ou avec le déclin d’Otoki, Mitsuru Hattori nous fait comprendre qu’il sera très difficile de faire une fin heureuse à son manga. Alors oui, il y a toujours le Deus Ex Machina qui peut intervenir n’importe quand mais ça serait quand même très dommage quand on voit ce qu’il nous propose dans ce volume en terme d’intensité et de narration.

On a le droit à un destin croisé avec la mère de Chihiro et Rea, deux femmes qui ont fait partie de la vie du jeune garçon et qu’il a du aimer mais aussi voir mourir (au moins une fois chacune). L’auteur en profite aussi pour nous révéler la vérité sur le grand-père un peu maboule. Quand on sait tout ce qu’il a vécu (et combien de temps), sa folie n’étonne pas plus que ça, à croire que les zombies sont loin d’apporter le bonheur.

Leur instinct reprend constamment le dessus, ce qui en fait des créatures instables et incontrôlables qui n’hésiteront pas à faire du mal à qui se trouve sur leur chemin et ce, même si le lien qui les unit à cette personne est très fort. En fait, il serait plus juste de dire « surtout si le lien qui les unit à cette personne est très fort. ».

Ce dixième opus tient donc toutes ses promesses et nous met en condition pour une conclusion qui, on l’espère, ne fera pas dans la dentelle !

Dans l’avant-dernier volume de Sankarea, la situation est critique. Revenue sans sa mémoire de ZoMA, Rea est complètement perdue et se met subitement à attaquer tout le monde. Elle s’est mise à la recherche de « ce qu’elle veut manger », c’est à dire que son instinct s’est enclenché et que son cerveau est déconnecté. Puisqu’elle n’a plus aucun souvenir, sa recherche est évidemment rendue plus difficile sachant qu’elle doit « goûter » à tout ce qu’elle voit… Que ce soit avec la folie de Rea ou avec le déclin d’Otoki, Mitsuru Hattori nous fait comprendre qu’il sera très difficile de faire une fin…

Eat me if you can.

Graphisme - 60%
Histoire - 65%
Mise en scène - 52%
Originalité - 54%
Edition - 56%
Dans son genre - 58%

58%

Croc !

Un tome très sombre qui annonce une fin tragique. En espérant qu'on ait pas une "happy ending" juste pour dire qu'on en a eu une...

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner