Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Saint Seiya The Lost Canvas Chronicles – Tome 11

Publicité

Saint Seiya The Lost Canvas Chronicles - Tome 11

Saint Seiya The Lost Canvas Chronicles – Tome 11

Saint Seiya The Lost Canvas Chronicles – Tome 11 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Saint Seiya - The Lost Canvas - Meioh Shinwa - Gaiden
Dessin : ShiorI TESHIROGI
Scénario : Shiori TESHIROGI & Masami KURUMADA
Traduction : Pierre GINER
Prix : 6.8 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 10/12/2015

Deuteros a toujours vécu dans l’ombre de son frère Aspros, le Chevalier des Gémeaux, car on a toujours dit de lui qu’il était né sous une « mauvaise étoile » et apporterait le malheur. Cependant, lui qui s’était toujours résigné ressent aujourd’hui le doute en son coeur mais aussi le pouvoir des Chevaliers d’Or sommeillant en lui …! Possèderait-il la puissance nécessaire pour libérer la lumière qui l’habite, après une vie passée dans l’ombre ?!

Chronique du volume précédent de Saint Seiya The Lost Canvas Chronicles : Tome 10

TESHIROGI avait un peu déçu avec un dixième opus pas vraiment inspiré et c’est avec une petite crainte que l’on ouvre ce nouveau volume de Lost Canvas Chronicles. Il est dédié aux chevaliers des Gémeaux, ceux qui fonctionnent toujours en paire mêlant ombre et lumière.

Le lien entre deux frères est un grand classique de Saint Seiya. KURUMADA avait déjà Aiola/Aiolos mais aussi Saga/Canon dans la série originale ; TESHIROGI a pu compter sur Sisyphe/Ilias mais surtout Aspros/Deuteros. Niveau originalité, la mangaka ne prend pas beaucoup de risques puisque les frères sont les « mêmes » chevaliers que dans l’oeuvre des années 80. Heureusement, elle leur donne quand mêmes des caractères un peu différents quoique…

Aspros et Saga sont quasiment identiques. Les deux chevaliers des Gémeaux (ceux censés être les « bons » jumeaux) sont en proie au mal et ont la même ambition : devenir Grand Pope. Pour cela, ils sont plus ou moins prêts à tout et doivent dissimuler leur noirceur aux autres. C’est pour ça qu’ils cachent tous les deux leurs frères « mauvais », afin de mettre de côté leur part d’ombre.

Pour Canon et Deuteros, même combat ou presque. Alors que Deuteros reste dévoué à son frère même en connaissant qu’il cache sa méchanceté, Canon va tenter de stopper le sien et montrer clairement son désaccord avec ses méthodes (ce qui va lui valoir de se faire enfermer dans la fameuse prison où il trouvera Poseidon).

Deuteros, sans armure, confronté aux chevaliers d’Ares libérés par son propre frère pour se débarrasser de lui, ne verra jamais sa volonté vaciller. TESHIROGI va très intelligemment combler ce manque grâce à l’intervention d’un autre chevalier d’or, Dégel qui va venir apporter un peu de profondeur à l’histoire.

Pour le reste, l’histoire des deux frères guerriers d’Ares reste dans la veine de ce qu’on a déjà vu dans Saint Seiya : l’un cherche à défendre l’autre, l’un va vouloir se sacrifier pour l’autre… Leur relation n’est pas particulièrement travaillée mais va venir faire écho à celle de Deuteros/Aspros et permettre au Canon de TESHIROGI de prendre une décision concernant son avenir mais surtout sur sa façon de penser sa relation fraternelle.

Graphiquement, l’auteure n’y va d’ailleurs pas de main morte avec l’imagerie de ces deux éléments clés des Gémeaux. Au début du tome,  Aspros est toujours représenté en pleine lumière alors que Deuteros apparaît comme caché. Le tramage utilisé par la mangaka vient aussi aider dans la mesure où le jumeau de l’ombre apparaît comme un peu plus bronzé que son frère.

Kurokawa nous propose un ouvrage de qualité avec son papier blanc habituel qui est parfait pour le trait fin et tramé de TESHIROGI. L’auteur n’utilise pas de remplissage noir excessif, ce qui fait qu’un papier épais n’est pas forcément nécessaire pour véritablement apprécier l’oeuvre ; pas de page couleur ou de vernis sélectif sur la couverture par contre.

Chronique du volume précédent de Saint Seiya The Lost Canvas Chronicles : Tome 10 TESHIROGI avait un peu déçu avec un dixième opus pas vraiment inspiré et c'est avec une petite crainte que l'on ouvre ce nouveau volume de Lost Canvas Chronicles. Il est dédié aux chevaliers des Gémeaux, ceux qui fonctionnent toujours en paire mêlant ombre et lumière. Le lien entre deux frères est un grand classique de Saint Seiya. KURUMADA avait déjà Aiola/Aiolos mais aussi Saga/Canon dans la série originale ; TESHIROGI a pu compter sur Sisyphe/Ilias mais surtout Aspros/Deuteros. Niveau originalité, la mangaka ne prend pas beaucoup de risques puisque les frères sont les…

"Nous sommes des frères jumeaux, nés sous le signe des Gémeaux" (air connu)

Graphisme - 68%
Histoire - 66%
Mise en scène - 63%
Originalité - 40%
Edition - 70%
Dans son genre - 75%

64%

Listen Bro...

La lutte fratricide est un thème classique pour du Saint Seiya et TESHIROGI ne rate pas son coup en nous proposant une histoire classique (on sent que KURUMADA veille au grain derrière) mais efficace, de quoi nous faire oublier le tome précédent qui baignait dans la médiocrité.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner