Publicité


Ryle & Louis – Tome 1

Ryle & Louis – Tome 1 Éditeur : Kana
Titre original : Ryle to Louis
Dessin : Nana NATSUNISHI
Scénario : Nana NATSUNISHI
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 7.45 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 05/01/2018

Depuis quelque temps, un étrange phénomène perturbe la vie de la capitale d’un royaume : une lance volante s’attaque aux habitants pour les assassiner. Un mercenaire nommé Ryle se mesure à l’arme démoniaque, qui finit par se métamorphoser en être humain… Il s’agissait en réalité de Louis, le prince héritier du royaume ! Enfin réunis, les deux hommes aux destins entremêlés, la lance et l’épée, se jettent corps et âme dans une bataille sans précédent !

Kana devient spécialiste pour nous proposer des titres avec un petit élément surprise et ce Ryle & Louis de Nana NATSUNISHI n’échappe pas à la règle. Ce n’est pas que le manga est particulièrement bon (pas qu’il soit mauvais non plus) ou qu’il possède une histoire folle, non, ce qui étonne, c’est son cadre. Eh oui, ça se passe à Reims !

On ne va pas vous mentir, avec ce premier tome, le fait que l’action se passe dans la cité des Sacres n’a virtuellement aucun intérêt. Ça pourrait se passer à Mulhouse que le résultat serait le même. Cependant, la mangaka utilise quand même la relation assez particulière qu’à la royauté avec la ville maintenant plus connue comme étant la capitale du champagne.

Le point de départ de l’histoire n’est autre que la famille royale puisque c’est par elle que commence le drame. Une créature difforme (un amas de chair) va faire irruption au château et transformer tout le monde en armes vivantes possédant un étrange oeil. Pour certains, la transformation ira même plus loin mais c’est une autre histoire.

Ryle, mercenaire aux ordres du prince Louis, sera délivré en premier de la malédiction dans un ultime effort du dauphin. Ce dernier vouant une confiance aveugle au jeune homme, savait qu’il trouverait le moyen de revenir et d’arranger la situation. Même s’il a pris son temps à cause d’une blessure, il finit quand même par débarquer et bien évidemment, il va rendre la pareille à son ami immédiatement.

Si l’histoire paraît aussi banale, c’est parce qu’elle l’est. Pour le moment, le seul élément un peu intrigant et complexe vient de la façon dont la mangaka utilise la malédiction mais même à ce niveau là, le développement reste très limité et on voit certains éléments arriver un peu comme par hasard, parce qu’ils étaient devenus nécessaires.

Si vous cherchiez du mystère, il y en a mais disons que vous ne serez pas avide de connaître la suite. Il n’y a aucun élément sur lequel on ne peut pas conjecturer et c’est peut-être ce côté classique qui plombe le plus le titre de Nana NATSUNISHI. On ne peut que regretter la faible utilisation d’éléments déjà présents pour étayer l’histoire, l’auteure ramenant constamment de la nouveauté sans prendre le temps de vraiment traiter ce qu’elle a déjà mis en place.

Les personnages sont encore assez peu développés et si la relation forte entre Ryle/Louis est bien mise en avant, le reste est superficiel. Certains diront que ce n’est que le tome 1. C’est vrai mais le problème, c’est qu’il n’y en a que 3 au total. Si rien de concret n’a été fait ou si aucune base n’a été posée, ça ne laisse pas présager de bonnes choses pour la suite et ce, même pour ceux qui veulent y croire.

Rien non plus à signaler du côté de la mise en scène non plus puisque le tout reste très scolaire. Rien ne viendra vraiment vous rendre fou et vous enthousiasmer même si le tome se lit super bien. On aurait bien aimé un petit élément surprise ou même un peu de subtilité lors des différents passages qui parlent de la malédiction mais non, l’auteure y va franco et balance ça à la truelle…

Graphiquement, c’est proche de ce qu’on avait sur The Grim Reaper and an Argent Cavalier. Le trait est moderne et devrait plaire assez facilement au plus grand nombre. Le souci, c’est qu’il est un peu trop passe-partout pour vraiment posséder ce petit quelque chose qui fait l’apanage des « hits ».

On notera quand même que l’auteure aime diviser sa page sa page en trois zones distinctes. Elle le fait soit avec trois grosses cases soit avec trois groupes de cases selon la scène, ce qui lui permet de bien gérer le rythme de l’histoire et de donner un bon mouvement lors des combats.
Ce n’est pas assez bon pour diriger le regard mais ça fonctionne quand même plutôt bien et le lecteur n’aura pas de soucis de compréhension lors de la lecture, ce qui reste le plus important dans un manga où l’action est censée être primordiale.

Kana reste fidèle à ses dernières productions en matière de fabrication et on retrouve les mêmes défauts que sur les derniers titres que sa collection Dark Kana, à savoir un ouvrage très (trop ?) souple et un papier grisâtre assez moyen, de quoi donner de plus en plus envie au lecteur de se diriger vers la lecture en numérique. Avec une liseuse de bonne qualité, les yeux seront moins fatigués en fin de tome.

Pour la traduction, c’est du bon boulot de la part de Jean-Benoît SILVESTRE, rien à redire. Le tout se lit bien et si le style shônen n’appelle pas de difficultés énormes en général, il faut quand souligner les efforts faits pour permettre une lecture sans accroc et la bonne gestion du vocabulaire spécifique à la série (avec le délire des yeux maléfiques).

Sortez le champ- Comment ça mauvaise époque ?!

Graphisme - 63%
Histoire - 60%
Mise en scène - 69%
Originalité - 54%
Édition - 54%
Dans son genre - 62%

60%

Sang Bleu

Ryle & Louis possède peut-être un cadre étonnant mais le constat s'arrête là. La série de Nana NATSUNISHI reste dans la moyenne des titres d'action de ces derniers mois. C'est formaté et un peu trop classique pour vraiment faire vibrer mais il ne faut pas se mentir, ce n'est pas vraiment ce qu'on demande à un shônen en 3 tomes.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire