Publicité

Publicité

Ritournelle Tome 1

Ritournelle

Ritournelle Éditeur : Komikku
Titre original : Kagome Kagome
Dessin : Aoi IKEBE
Scénario : Aoi IKEBE
Traduction : Ryoko SEKIGUCHI & Patrick HONNORE
Prix : 18 €
Nombre de pages : 225
Date de parution : 26/11/2015

Un couvent de femmes dans un pays peut-être d’Orient, peut-être d’Occident, peut-être au Moyen-Âge ou au début du XIXe siècle, ou nulle part. Toute ressemblance avec une religion existante ne saurait être que pure coïncidence. Sous la paix et la tranquillité, une inquiétude se laisse parfois entrevoir. Des pensées qui ne peuvent se dire, des cœurs qui ne seront jamais comblés… À quoi ont-elles voué leur existence ? Au service de qui ont-elles sacrifié leur vie ?

Alors qu’il se trouve parmi les premiers titres de la nouvelle collection Horizon de Komikku, Ritournelle est un petit OVNI dans la galaxie manga. Tout en couleur, peu de texte, il oscille entre plusieurs genres, littéraires comme graphiques, et ce n’est qu’à la lecture qu’il dévoile un réel intérêt avec une histoire très subtile ; à peine dévoilée à tel point qu’on la devine plutôt qu’on ne la voit. Cependant, au départ, il n’y avait rien pour m’emballer : on dirait que ça se passe dans un couvent, on dirait qu’on parle de religion, on dirait qu’il s’agit d’une nouvelle graphique et pourtant …On croit beaucoup de chose dans ce titre mais au final on est sûr de rien. Est-ce bien un couvent ? Oui, ça y ressemble, il n’y a que des femmes, elles font des prières, préparent des messes et sont dévouées à Dieu. On voit bien une Bible mais pour ce que l’auteur représente, cela pourrait tout aussi bien être une autre religion, d’ailleurs on ne sait pas à quelle époque on se situe, 19eme ? 18eme ?

Pas plus que l’on ne connait le lieu, Occident ? Orient ?
On pourrait tout à fait se trouver dans un monde qui n’est pas le nôtre mais qui en a les repères. Ce n’est pas important pour l’histoire mais cette intemporalité force notre esprit à remplir les blancs et donne une ambiance particulière.

Ritournelle a peu de texte mais il y a énormément de choses qui passent dans le dessin, là encore cela contribue à donner à ce titre son coté mystique. C’est une chose de savoir raconter une histoire, c’en est une autre de le faire uniquement par le dessin. Pourtant, le titre n’est pas barbant pour autant, il y a un réel récit, celui de Marwena et de Amilah, l’une est une sœur réputée et l’autre est une enfant qu’elle a trouvée et recueillie dans le couvent. Cependant l’accent est vraiment mis sur la première qui a un gros vague à l’âme. Impossible d’en dire plus sans briser le charme de la découverte à la lecture.

L’histoire se développe en plusieurs niveaux : il y a tout d’abord la vie au couvent, celui des sœurs et celui des fillettes qui les épaulent chaque jour. Ensuite, il y a la religion, la foi, la dévotion et là encore, la vision des adultes et celle des enfants qui tentent de les imiter. Pour finir, il y a la ville, synonyme de l’ailleurs car nos héroïnes n’y vont jamais ; leur vie se passe entre les murs blancs de l’édifice mais au loin on peut voir et entendre les couleurs chatoyantes de la tentation du monde extérieur. Chaque lecteur saura trouver le thème qui sonnera le mieux à son cœur et le manga le lui rendra bien.

Le tome est tout en couleur, ce qui est une bonne surprise car l’auteur en joue beaucoup et maîtrise totalement ce style si particulier qui est le sien et si le dessin à l’encre peut paraitre simple et épuré, il n’en est que beaucoup plus rehaussé par la couleur. Tout est en contraste, le blanc du couvent, le tumulte de la ville, les couleurs des souvenirs, le noir du désespoir, tout comme Aoi IKEBE aime faire parler ses dessins plutôt que les mots, elle donne également un véritable intérêt scénaristique à la couleur. Si, en feuilletant, j’étais loin d’être conquise, c’est vraiment à la lecture que l’on découvre toute la mesure d’un tel choix graphique.

L’édition en grand format rend grâce à Ritournelle, même si je ne comprends pas l’intérêt de la sur-jaquette puisque la couverture en dessous est strictement identique (en couleur avec un vernis sélectif). Elle a même tendance à s’abimer car elle ne reste pas bien en place. C’est bien là le seul défaut quoique je ne suis pas fan des collections à rallonge chez les éditeurs, surtout quand on parle juste d’un format différent mais admettons…

Autre chose de très appréciable dans cette édition, c’est l’utilisation de plusieurs polices à différent moment. Elles sont d’ailleurs bien intégrées dans la couleur quand le texte est hors bulle. On notera aussi que toutes les onomatopées ont été éditées, pour moi c’est quelque chose de très important et que j’apprécie toujours beaucoup. En effet, ne pas voir un seul mot japonais dans ce titre intemporel était nécessaire pour rester dans l’ambiance.

Au final Ritournelle fait office de poésie qui ne touchera probablement pas un large public mais qui pourrait être un petit bijou pour ceux qui apprécient ce type de lecture. On sort des sentiers battus pour obtenir un résultant au delà de nos espérances et qui peut faire l’objet d’un cadeau très sympa puisqu’il s’agit d’un oneshot. On peut également le recommander à des adultes qui ne connaissent pas les manga, il saura toucher jusqu’à ceux qui qui en ont une image plutôt shônen. Même si la lecture se fait de droite à gauche (sens japonais), le découpage, assez large, reste très facile d’accès pour les novices.

Alors qu'il se trouve parmi les premiers titres de la nouvelle collection Horizon de Komikku, Ritournelle est un petit OVNI dans la galaxie manga. Tout en couleur, peu de texte, il oscille entre plusieurs genres, littéraires comme graphiques, et ce n'est qu'à la lecture qu'il dévoile un réel intérêt avec une histoire très subtile ; à peine dévoilée à tel point qu'on la devine plutôt qu'on ne la voit. Cependant, au départ, il n'y avait rien pour m'emballer : on dirait que ça se passe dans un couvent, on dirait qu'on parle de religion, on dirait qu'il s'agit d'une nouvelle graphique et…

Satan m'habite

Graphisme - 68%
Histoire - 79%
Mise en scène - 85%
Originalité - 82%
Edition - 74%
Dans son genre - 71%

77%

Amen

Sublime titre aussi bien graphiquement que scénaristique, Ritournelle est une petite perle dénichée par Komikku qui vaut assurément le coup d’œil. Une réflexion à plusieurs niveau sur la religion, l'amour, la famille et la responsabilité qui saura toucher le lecteur qui se laisse tenter.

A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner