Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Re:Zero Deuxième Arc : Une semaine au manoir – Tome 1

Publicité

Re:Zero Deuxième Arc : Une semaine au manoir – Tome 1

Re:Zero Deuxième Arc : Une semaine au manoir – Tome 1 Éditeur : Ototo
Titre original : Re:Zero Kara Hajimeru Seikatsu Dainisho Yashiki No Isshukan-hen
Dessin : Makoto FUGETSU
Scénario : Tappei NAGATSUKI
Traduction : Yoan GIRAUD
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 07/07/2017

Subaru Natsuki, un lycéen subite,ent invoqué dans un autre monde, utilise le seul pouvoir qu’il a acquis, la mort réversible, afin de sauver d’un destin funeste sa bienfaitrice, la demi-elfe aux cheveux d’argent : Émilia. Malheureusement, sa semaine passée dans un manoir fastueux le plonge à nouveau dans un cycle mortel…

Après une journée à la capitale et probablement avant un mois en prison (huhu), Subaru passe une semaine au manoir dans ce deuxième arc de Re:Zero. Avec Makoto FUGETSU au dessin, le titre signé Tappei NAGATSUKI reste entre de bonnes mains et les éditions Ototo l’ont bien compris !

Dans ce nouvel arc de Re:Zero, le scénariste nous entraîne dans le quotidien d’Émilia. On découvre qui est vraiment la jeune fille et sa vie au manoir de Roswaal, l’un de ses soutiens indéfectibles. Ses journées sont régulées par Ram et Rem, deux domestiques hautement qualifiées qui s’occupent de tous les besoins de la jeune fille.
Subaru va décider de les rejoindre et d’aider la jeune fille à se consacrer pleinement à sa tâche.

La base de l’histoire ne change pas et on retrouve un jeune garçon sous le charme d’une jeune fille qui veut tout faire pour lui faciliter la vie. Le japonais va se démener corps et âme pour la demi-elfe et découvrir qu’être au service de quelqu’un n’est pas de tout repos.
Si sa relation évolue dans le bon sens, ce n’est pas vraiment ce qui est creusé par les auteurs. Dans ce premier volume, ce sont les liens entre Subaru et le duo Ram/Rem qui va être beaucoup développée. Alors que les trois personnes travaillent ensemble, chacun va en apprendre un peu plus sur la vie de l’autre et cela va, bien sûr, renforcer le sentiment de camaraderie entre les personnages.

Tappei NAGATSUKI fait vraiment du beau boulot à ce niveau là et parvient à décrire les relations entre ses différents intervenants avec talent. Il est secondé par les superbes dessins de FUGETSU qui sont assez expressifs pour permettre au lecteur de ne pas toujours avoir besoin de lire l’intégralité du texte avant de comprendre un changement d’état ou la variation dans un sentiment.

En fait, ce qui est plutôt bizarre dans ce premier tome, c’est qu’avant les toutes dernières pages, on se demande si l’auteur n’a pas complètement oublié le pouvoir de Subaru. En effet, l’action semble se dérouler sans encombre et tout a l’air parfaitement normal. Ce sont les événements du dernier chapitre qui vont venir mettre un petit coup de fouet à l’action et lancer ce deuxième arc.

Le trait de Makoto FUGETSU s’accord bien avec celui de Daichi MATSUSE. On reste dans quelque chose d’assez fin et la continuité est assurée. Dans ce nouvel arc, les deux nouvelles entrées qui vont compter sont celles de Ram et Rem. Les deux soeurs soubrettes vont partager le quotidien de Subaru et lui permettre d’en apprendre encore plus sur le monde dans lequel il est tombé.
Il était donc nécessaire pour le mangaka de les dessiner de matière assez identique pour qu’on comprenne qu’elles sont soeurs mais aussi avec assez de différences pour qu’on voit qui est qui. Ici, c’est l’oeil visible qui donnera le plus d’indication au lecteur (alors qu’il pouvait facilement faire la différence via la couleur des cheveux dans l’anime).

Pour les décors et le découpage, rien de nouveau à signer. Si le lieu de l’action variait peu dans le premier arc, il change encore moins dans ce premier volume de la nouvelle intrigue. On reste dans le manoir où se réveille Subaru et même si on voit un peu l’extérieur, il n’y a pas vraiment d’interaction pour l’instant.

Au niveau de l’édition, Ototo ne change pas une équipe qui gagne et propose un travail très similaire à ce qu’on avait pu voir sur le premier arc. Le traitement est propre avec du papier blanc, un ouvrage semi-rigide assez massif avec plusieurs pages en couleur mais on regrettera le choix de la jaquette qui ne possède pas d’effet particulier alors que dans le premier arc, on avait le droit à un vernis sélectif du plus bel effet.
Pour la traduction, Yoan GIRAUD n’est pas dépaysé et retrouve un univers qu’il connaît et qu’il semble bien maîtriser. À ce niveau là, il n’y a pas grand chose à redire, c’est du beau boulot.

De retour dans un cycle... !

Graphisme - 72%
Histoire - 67%
Mise en scène - 77%
Originalité - 67%
Edition - 70%
Dans son genre - 74%

71%

Vie de château

Ce premier tome (sur 4) de ce nouvel arc de Re:Zero démarre beaucoup plus lentement que le celui du précédent. L'auteur prend le temps de poser une intrigue plus complexe et qui devrait permettre à la série de s'en sortir sur la durée. L'univers étendu est riche et promet encore de nombreuses heures passionnantes avec les personnages de Re:Zero.




A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner