Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Revenge Classroom – Tome 4

Publicité

RevengeClassroom4

Revenge Classroom – Tome 4

Revenge Classroom – Tome 4 Éditeur : Doki-Doki
Titre original : Fukushû kyôshitsu
Dessin : Ryû KANAME
Scénario : Karasu YAMAZAKI
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 7.5 €
Nombre de pages : 192
Date de parution : 09/09/2015

« Arrête de me parler comme si on était copains… espèce de meurtrier ! » Après le coup de folie de Shota, Ayana entre dans une colère noire et enferme le garçon dans le sous-sol d’un immeuble désaffecté. Pendant ce temps, Kentaro et Yuki, inquiets pour leur copain Ryo qui ne leur donne plus de nouvelles, vont voir Yuya. Ce dernier leur apprend que c’est Ryo qui a tué Daisuke. La disparition de Shota incite la police à entamer une enquête plus approfondie, ce qui commence à perturber les plans d’Ayana…

Personne n’aime la police, ils sont toujours là pour tuer tout le « fun ». Pour le coup, Ayana se voit pratiquement privée de ses mouvements puisqu’elle va se trouver sous l’oeil méfiant de la police. Dans son nouveau lycée, de nouvelles brimades commencent et vont attirer les forces de l’ordre sur elle. En effet, son casier, ainsi que celui d’une autre fille, se retrouvent saccagés et remplis de sang et de têtes de corbeaux (si si, c’est carrément glauque)…

De plus, elle a perdu un allié depuis que Shota s’est un peu trop laissé aller à la fin du tome 3. Ce dernier ne lui sert plus à rien sachant qu’il est enfermé (et même s’il ne l’était pas, il est bien trop instable pour être utile). Ayana se retrouve donc coincée et incapable de continuer à se venger. Le résultat ? Un tome particulièrement morne où il ne se passe pas grand chose…

Ayana erre un peu, continue à douter et en vient même à repousser sa première alliée, preuve qu’elle ne sait plus quoi faire. Malgré 192 pages, les auteurs donnent très peu de dialogues aux personnages secondaires même s’ils commencent à mettre l’accent sur Miho. Cette dernière fait partie des personnages assez intrigants de la série. Son caractère atypique en fait quelqu’un d’imprévisible et dans les titres de type survival, c’est toujours bon à prendre.

Niveau édition, c’est du classique Doki-Doki soit un format seinen assez souple et léger, toujours agréable en main et qui ne souffre d’aucun défaut majeur. Avec un bon équilibre épaisseur/poids pour chaque page, ils parviennent à un résultat efficace depuis plusieurs années déjà. Pas de pages couleurs pour cette fois-ci, mais qui sait, peut-être les prochaines fois ?

Personne n’aime la police, ils sont toujours là pour tuer tout le « fun ». Pour le coup, Ayana se voit pratiquement privée de ses mouvements puisqu’elle va se trouver sous l’oeil méfiant de la police. Dans son nouveau lycée, de nouvelles brimades commencent et vont attirer les forces de l’ordre sur elle. En effet, son casier, ainsi que celui d’une autre fille, se retrouvent saccagés et remplis de sang et de têtes de corbeaux (si si, c’est carrément glauque)… De plus, elle a perdu un allié depuis que Shota s’est un peu trop laissé aller à la fin du tome 3.…

Ayana fait ses réserves d'hémoglobine...

Graphisme - 68%
Histoire - 42%
Mise en scène - 44%
Originalité - 58%
Edition - 70%
Dans son genre - 45%

55%

Accroc

On a donc un quatrième volume un peu décevant pour Revenge Classroom. Les auteurs ont voulu en faire un moment un peu plus « tranquille », plus « calme » mais la sauce prend difficilement. Ils font peut-être faire un peu trop de réflexions inutiles à Ayana. Sachant qu’elle se demande toujours la même chose, c’est un peu redondant. La fin du dernier chapitre étant plutôt bien pensée, on devrait retrouver un peu de qualité dès le prochain tome.

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner