Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Resident Evil Heavenly Island – Tome 1

Publicité

Resident Evil Heavenly Island – Tome 1

Resident Evil Heavenly Island – Tome 1 Éditeur : Kurokawa
Titre original : BIOHAZARD - HEAVENLY ISLAND
Dessin : Naoki SERIZAWA
Scénario : Naoki SERIZAWA
Traduction : Xavière DAUMARIE
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 02/07/2015

« Idol Survival », sorte de “Koh Lanta” composé uniquement de mannequins et de belles actrices, est une émission ultra­populaire dans le monde entier, dont le nouvel épisode se tourne actuellement sur l’île de Tortuga. Mais le tournage ne sera pas de tout repos : Claire Redfield, spécialiste du bioterrorisme, enquête sur cette même île suite à la découverte d’un poisson infecté par un virus…

Dans Resident Evil Heavenly Island, Naoki SERIZAWA réalise le rêve de nombreux pervers dans le monde en créant une version de Koh-Lanta uniquement avec des mannequins qui feraient pâlir les filles de chez Victoria’s Secret. Qui n’a jamais voulu voir des jolies nanas survivre dans la jungle ? En tout cas, le jeune Tominaga est enchanté de travailler sur ce tournage, surtout puisque l’une de ses idoles participe à l’émission.

Alors que dans Marhawa Desire, l’école pouvait sembler très classique, elle se situait aussi sur une île ! L’idée est donc très similaire dans Heavenly Island : un cadre fermé et un nombre limité de personnes qui vont devoir survivre à une attaque biologique. Cette fois, ce n’est pas Chris qui va être dépêché sur les lieux mais Claire histoire de bien insister sur l’importance des femmes dans le titre. Eh oui, que ce soit par coquinerie ou par contrainte, il n’y a que très peu de personnages masculins dans le titre de Serizawa. On a le droit à tous les caractères : des fortes, des faibles, des imbéciles, des plus futées… Bref, il y a de quoi satisfaire tout le monde.

Le seul personnage masculin est d’ailleurs assez débile et plutôt couard même si, comme tout bon héros, il ne reculera devant rien pour protéger celle qu’il aime. Pourtant, cette dernière n’hésite pas à « se vendre » avant même qu’il ne lui propose de l’aider. Petite pique de l’auteur sur le monde des idoles où, trop souvent, les filles sont amenées à donner de leur personne (littéralement) pour pouvoir percer, c’est le seul élément de critique qu’il propose. Après, on ne lit pas un Resident Evil (et on n’y joue pas non plus) pour une critique de la société mais puisque c’est bien intégré et que ça ne casse aucunement le rythme de l’action, on ne va pas s’en plaindre !

Le trait et le style graphique n’ont absolument pas changé par rapport à la précédente série et le lecteur sera en territoire connu puisqu’il pourra facilement considérer qu’il se trouve dans une suite directe d’une première « saison ». En réalité, c’est plutôt le sixième jeu qui suit les événements de Marahawa Desire (c’est comme ça qu’il a été imaginé) mais rien ne nous force à y avoir joué pour lire cette nouvelle mouture.

Au final, on a le droit à un retour qui remplit sa mission. Tous les ingrédients de la série sont réunis et sont utilisés correctement pour nous offrir une boucherie zombiesque avec une petite touche d’ecchi ; une jolie réussite.

Dans Resident Evil Heavenly Island, Naoki SERIZAWA réalise le rêve de nombreux pervers dans le monde en créant une version de Koh-Lanta uniquement avec des mannequins qui feraient pâlir les filles de chez Victoria’s Secret. Qui n’a jamais voulu voir des jolies nanas survivre dans la jungle ? En tout cas, le jeune Tominaga est enchanté de travailler sur ce tournage, surtout puisque l’une de ses idoles participe à l’émission. Alors que dans Marhawa Desire, l’école pouvait sembler très classique, elle se situait aussi sur une île ! L’idée est donc très similaire dans Heavenly Island : un cadre fermé et…

Mangez-moi, mangez-moi, mangez-moi...

Graphisme - 81%
Histoire - 32%
Mise en scène - 64%
Originalité - 38%
Edition - 83%
Dans son genre - 52%

58%

Miam !

Un excellent retour dans le monde de Resident Evil imaginé par Naoki Serizawa avec les mêmes ingrédients, à savoir : des zombies, un super dessin et une bonne dose d'action !

A propos de Ours256

Ours256
J'aime bien regarder des trucs chelous... et les langues aussi.

Laisser un commentaire

banner