Publicité

Publicité

ReRe: Hello – Tome 1

ReRe: Hello – Tome 1 Éditeur : Éditions Delcourt
Titre original : Rere Hello
Dessin : Tôko MINAMI
Scénario : Tôko MINAMI
Traduction : Julia BRUN
Prix : 6.99 €
Nombre de pages : 186
Date de parution : 01/07/2015

Jeune lycéenne orpheline de mère, Riri tient à bout de bras sa famille. Le jour où son père tombe malade, elle prend la relève dans ses missions d’homme à tout faire. et doit s’occuper de Minato, un lycéen fortuné mais peu dégourdi qui ne sait même pas se faire à manger ! Pourtant si éloignés, les deux personnages vont petit à petit s’apprivoiser et s’aider mutuellement à résoudre leurs problèmes.

Le thème de l’adolescente qui doit subvenir à sa famille n’est pas nouveau, à croire que le Japon regorge de familles désespérées dont les enfants sont plus adultes que leurs propres parents. Mais ici, ce n’est pas tout à fait le cas, Riri n’a plus de mère et a donc pris sa place dans le cœur de ses frères, notamment en ce qui concerne la cuisine et les taches ménagères.

Par contre son père n’est pas un tire au flanc, il travaille réellement dur pour subvenir aux besoins de sa famille. La seule ombre au tableau semble être le fait qu’il a quitté un job bien payé pour « homme à tout faire », métier sans reconnaissance avec une paye moindre.

Il est dommage que l’auteur n’ait pas mieux expliqué ce soudain changement, on a juste droit à un « le père est insouciant », ça fait quand même léger pour commenter un risque qui met toute sa famille dans le rouge sachant qu’il est le seul adulte responsable. Ce titre part donc sur un cliché scénaristique dont je me demandais comment l’auteure allait sortir.

Ce fameux père tombe malade à cause du surmenage (cliché ~), et voyant à quel point son métier lui tient à cœur, Riri décide de le remplacer le temps qu’il se remette. C’est l’occasion de découvrir un métier qui n’existe pas vraiment en France: l’homme à tout faire, ou plus exactement, majordome pour nous. Il s’agit en fait de réaliser de petites taches, cela peut aller à faire la cuisine, déménager des meubles, ranger des affaires, faire une course.

Bref un service à la personne bien ancré dans la tradition de service et de politesse japonais. Il est donc normal que l’adolescente se sente capable de remplacer son père, il est rarement question de force physique à l’exception d’un déménagement, mais même dans ce cas, les japonais font plutôt appel à de vrais déménageurs.

Je trouve ce coté de l’histoire très appréciable, lire un manga c’est aussi s’imprégner du quotidien nippon, du coup si on oublie l’amorce cliché du début, la suite pose une ambiance plus originale.

Le reste du livre lance le sujet principal : la rencontre entre Riri et Suô, le client qu’elle vient aider à la place de son père. On découvre un adolescent qui est lycéen comme elle, qui vit seul et dont la mère est également décédé. Sous ses airs de premier de la classe, le garçon se révélera égoïste, cynique et particulièrement agaçant: le candidat idéal pour une romance ! (said… no woman ever !).

Non vraiment il faut arrêter avec ce genre de héros antipathique auquel seule l’héroïne réussira à trouver suffisamment de qualités pour en tomber amoureuse (il m’a souri, je l’aime!). Même si l’auteur passera son temps à montrer que, sous ses airs de méchant, il est en fait gentil… ça ne prend pas ! Fort heureusement Riri passera le volume entier à courir après un autre garçon bien plus charmant, mais personne n’est dupe, on se doute que c’est avec l’espèce de garnement qu’elle finira.

Au moins nous avons une héroïne énergique, au caractère décidé, elle ne passe pas son temps a hurler des « que faire?? » et prend toujours les devants. C’est vraiment ce qui sauve l’histoire et le trait graphique très agréable de Tôko MINAMI réussit finalement à donner envie d’en savoir plus sur les aventures de Riri.

Mais j’espère qu’elle va vite abandonner les clichés qui deviennent répidement lassants. Et dans le genre « ça n’a rien a faire là »: l’apparition des copains d’école dans les premiers chapitres qui disparaissent quasi complètement avec une meilleure amie qui a des prémonitions (!??)… Puisque ça se fait plus discret ensuite, je pense que l’idée a été abandonnée.

Hello !

Graphisme - 54%
Histoire - 56%
Mise en scène - 48%
Originalité - 45%
Edition - 46%
Dans son genre - 52%

50%

ByeBye

Un tome qui part dans trop de clichés différents pour être crédible, pourtant l'auteur montre qu'elle maitrise non seulement son trait mais surtout la personnalité de ses personnages. A voir ce qu'elle va en faire par la suite mais pour l'instant ce n'est pas convainquant.




A propos de Marcy

Juste un chat qui traine partout, fan de Sailormoon devant l'éternel, spécialiste du glauque et du déviant, chose étrange: ne travaille pas/plus dans le monde de l'animation.

Laisser un commentaire

banner