Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Publicité

Re-Member - Tome 3

Re/Member – Tome 4

Re/Member – Tome 4 Éditeur : Ki-oon
Titre original : Karadasagashi
Dessin : Katsutoshi MURASE
Scénario : WELZARD
Traduction : Jean-Benoît SILVESTRE
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 208
Date de parution : 25/08/2016

Les liens se resserrent entre les victimes de la Rouge-Sang : la sixième nuit, Shota, désireux de faire ses preuves, parvient à placer la jambe gauche dans le cercueil grâce au sacrifice de Rumiko. Kenji, en revanche, se comporte de plus en plus bizarrement et n’hésite pas à tuer ses propres camarades…

Les adolescents décident donc de jouer le jeu de M. Yashiro et profitent de la journée pour faire des recherches sur Miko Onoyama. Lorsqu’ils retournent voir le professeur, celui-ci accepte enfin de leur en dire un peu plus… En réalité, quand il était élève au lycée, il a lui aussi été entraîné dans une macabre chasse au corps !

spoilers

La dernière série horrifique de Ki-oon a su nous tenir en haleine jusqu’à présent, grâce à son dessin et sa mise en scène très efficaces (comme le prouvent les chroniques précédentes que vous pouvez retrouver ici). Au fil des volumes de Re/Member, la fin de la chasse au corps semble se profiler, puisqu’à la fin du tome 3, la moitié des parties du corps d’Haruka avaient été retrouvées…

Dès le début du tome, une fois passé le choc du changement d’expression faciale du dessin de la Rouge-Sang fait par M. Yashiro, ce dernier montre aux élèves des photos de lui à leur âge, avant et après la chasse. Celles-ci sont choquantes, car le professeur a énormément vieilli et semble avoir perdu toute vie entre les deux images.
Ce n’est pourtant pas le pire : il leur apprend que sa propre chasse au corps a duré plusieurs années, accentuant l’abattement psychologique des malheureux élèves qui perdent un peu l’espoir de voir le dénouement prochain.

Cela amène aussi un aspect intéressant pour la suite de l’histoire. Pour les non-participants, il n’y a pas de notion de boucle temporelle, donc ils ne changent pas physiquement. Cependant, cela ne semble pas être le cas pour ceux qui sont bloqués dans la chasse. De ce fait, l’horreur s’accentue, car non seulement ils revivent perpétuellement la même journée et l’angoisse de mourir, mais en plus, ils risquent de vieillir de plusieurs années sans pouvoir l’expliquer à leurs proches en espérant être cru !

Le reste du tome continue sur les bonnes bases installées par le tome 1. Ainsi, on retrouve toujours l’utilisation des contrastes entre clair et obscur, rendant l’effroi plus important, mais les auteurs ont eu l’intelligence de ne pas surexploiter le filon, lui permettant d’être toujours aussi efficace et de ne pas être lassant.
Le personnage de Kenji demeure toujours inquiétant, aussi bien graphiquement qu’au niveau du scénario. Par contre, et c’est là qu’on voit la qualité d’écriture de la série, il n’est pas mis de côté dans l’intrigue. Au contraire, l’enquête que font ses camarades va donner un début d’explication sur sa transformation, tout en amenant une nouvelle interrogation : comme lui, est-ce que ceux qui participent à la chasse ont aussi un lien avec Miko Onoyama ?

Concernant le reste de l’histoire, je crois qu’on peut dire sans conteste que l’expression « c’est le jour et la nuit » n’a jamais été aussi exacte qu’ici. En effet, contrairement au soir où la tension et la peur sont omniprésentes, la journée est sous le signe de la détente et de l’insouciance, permettant ainsi aux lycéens de se rapprocher, et parfois de s’avouer des sentiments cachés. Malheureusement pour eux, le destin décide tout de même de venir leur pourrir la vie en les confrontant à des personnes peu recommandables.

Ce quatrième tome est très important car il fait bien progresser l’enquête sur les origines de la malédiction, tout en laissant des zones de mystères et même en plaçant le doute dans l’esprit du lecteur. L’horreur est un peu moins mise à contribution que dans les tomes précédents mais cela permet justement de voir qu’on a affaire à autre chose qu’une simple histoire de tuerie surnaturelle : on a une recherche de mystère et une volonté de prolonger l’intérêt du public.
Re/member apparaît de plus en plus comme un excellent survival, dont le succès n’est pas démérité. Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez investir dans cette série sans crainte… Enfin, jusqu’à ce que, vous aussi, vous commenciez la chasse au corps !

La dernière série horrifique de Ki-oon a su nous tenir en haleine jusqu'à présent, grâce à son dessin et sa mise en scène très efficaces (comme le prouvent les chroniques précédentes que vous pouvez retrouver ici). Au fil des volumes de Re/Member, la fin de la chasse au corps semble se profiler, puisqu'à la fin du tome 3, la moitié des parties du corps d'Haruka avaient été retrouvées... Dès le début du tome, une fois passé le choc du changement d'expression faciale du dessin de la Rouge-Sang fait par M. Yashiro, ce dernier montre aux élèves des photos de lui à…

Descente aux enfers

Graphisme - 74%
Histoire - 63%
Mise en scène - 79%
Originalité - 58%
Edition - 75%
Dans son genre - 71%

70%

Hérédité

Le côté horreur est un peu plus laissé de côté dans ce tome, mais il n'est pas complètement absent et son atténuation sert à développer davantage les relations entre les personnages et l'intrigue. Cela rend le tome d'autant plus intéressant qu'il soulève de nouvelles questions et complexifie le récit. Le mystère s'épaissit, et notre curiosité s'accroît.




A propos de L'Otak' des Lettres

L'Otak' des Lettres
Professeur otak' qui adore fouiller en profondeur l'essence des mangas, afin d'en dégager le bon et le moins bon.

Laisser un commentaire

banner