Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Red Eyes Sword Zero – Tome 1

Publicité

Red Eyes Sword Zero – Tome 1

Red Eyes Sword Zero – Tome 1 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Akame ga Kill! Zero
Dessin : Kei TORU
Scénario : TAKAHIRO
Traduction : Frédéric MALET
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 224
Date de parution : 12/05/2016

Akame, une petite fille achetée par l’Empire et formée pour devenir une tueuse, côtoie chaque jour la mort et les scènes de carnage. Elle croyait tuer pour rendre les gens heureux, mais la réalité est tout autre.

Red Eyes Sword avait déjà abordé le sujet au travers de quelques flashbacks mais le passé d’Akame restait malgré tout entouré de nombreux mystères. La curiosité des fans est maintenant comblée avec sa mise en page dans le naturellement intitulé Red Eyes Sword Zero.

On suit donc les aventures d’Akame avant son intégration dans le Night Raid, lorsqu’elle faisait partie de la troupe d’assassins de l’Empire. À cette époque, c’est une jeune fille naïve et pleine d’espoirs en l’avenir de son pays, uniquement guidée par le désir de retrouver sa petite sœur Kurome. On est bien loin de la femme forte tuant sans une once d’hésitation sa cible au cours d’une mission.
On notera donc que l’héroïne possède une palette d’émotions plus étoffée. On la voit presque agir en jeune fille, ce qui fait assez bizarre au premier abord même si on s’habitue assez rapidement. En tout cas, son innocence (relative, évidemment) dénote toujours avec l’extrême violence qui règne dans l’univers imaginé par TAKAHIRO.

Au scénario, c’est en effet le même qui s’y colle et ça fonctionne plutôt bien même si cela reste, somme toute, classique avec une héroïne à laquelle on arrache un être cher et dont le but logique est de tout faire pour retrouver et sauver ce dernier.
Le ton employé (quoiqu’un peu plus léger) est le même que dans Red Eyes Sword, ce qui n’aurait pas forcément été le cas en confiant le titre à un autre scénariste. Dans le cas présent, l’auteur ne pouvant pas se permettre de « perdre du temps » pour développer un pan de son intrigue dans la série principale, il était judicieux d’en faire un spin-off sans ruiner ce qui avait été construit auparavant.

Ce dernier reprend d’ailleurs un élément non-négligeable : la vie en groupe. On retrouve dans Zero un groupe très similaire au Night Raid ou aux Jägers dans sa façon de fonctionner. Il y a des individualités fortes qui cherchent à se distinguer, ce qui permet de créer une bonne dynamique de groupe et de varier un peu les situations.
On passe ainsi très facilement du combat à la « vie quotidienne » puisque tous sont obligés de mettre la main à la patte afin de chasser des créatures à revendre pour financer les différentes expéditions punitives (on n’a rien sans rien…).
Le changement de point de vue (Akame/Kurome) permet aussi de surprendre un peu le lecteur et de ne pas laisser la routine s’installer, surtout que les deux soeurs possèdent deux vies très différentes l’une de l’autre. Alors que l’une possède un certain talent, l’autre doit subir des expériences tordues pour lui permettre d’intégrer les troupes de l’Empire…

Le dessin est, quant à lui, assuré par Kei TORU. Le style est un peu plus basique et simpliste que celui de Tetsuya TASHIRO. Il est donc moins tape à l’oeil que dans Red Eyes Sword mais reste agréable à suivre. Moins détaillé, il va à l’essentiel puisqu’il n’y a presque aucun décor. Il se concentre sur l’action pure et dure. Le problème, c’est qu’on se retrouve parfois face à des cases un peu vides, le design des personnages n’étant pas très recherché non plus…

Pourtant, le tome se lit vite (très vite), l’intrigue se déroule sans accroc et laisse le lecteur, déjà habitué pour peu qu’il ait lu avant Red Eyes Sword, sur un cliffhanger qui ne sera pas sans rappeler un certain passage de la série qui avait su affoler et accrocher les fans.

L’édition de Kurokawa est à l’image de celle réalisée sur Red Eyes Sword et sur l’ensemble de son catalogue possédant le format seinen, soit un travail efficace et de bonne qualité. À noter que vous trouverez une page couleur en introduction du tome et toujours les mini-strips d’auteurs invités sous la jaquette.

Red Eyes Sword avait déjà abordé le sujet au travers de quelques flashbacks mais le passé d'Akame restait malgré tout entouré de nombreux mystères. La curiosité des fans est maintenant comblée avec sa mise en page dans le naturellement intitulé Red Eyes Sword Zero. On suit donc les aventures d'Akame avant son intégration dans le Night Raid, lorsqu'elle faisait partie de la troupe d'assassins de l'Empire. À cette époque, c'est une jeune fille naïve et pleine d'espoirs en l'avenir de son pays, uniquement guidée par le désir de retrouver sa petite sœur Kurome. On est bien loin de la femme forte tuant…

Enfance assassine

Graphisme - 60%
Histoire - 66%
Mise en scène - 59%
Originalité - 61%
Edition - 70%
Dans son genre - 60%

63%

Viande !

Reléguée légèrement au second plan dans la série principale, la faute à la présence d'antagonistes beaucoup plus charismatiques que les héros, Akame est cette fois-ci véritablement au premier plan. Ce tome un lance en douceur le passé sombre et tortueux de la demoiselle qui découvre la vie et il est intéressant de voir comment elle doit affronter la dure réalité qui l'accable.




A propos de Yukionna

Yukionna
Comme dit l'adage, je suis tombée dedans quand j'étais petite en regardant avec assiduité Card Captor Sakura quand ça passait sur une certaine chaîne hertzienne. Fan des Clamp devant l'Éternel, je voue un culte sans modération aux œuvres de Type-Moon et Shaft.

Laisser un commentaire

banner