Japan Expo - 18ème Impact

Publicité

Accueil / Chroniques Manga & Animé / Chroniques Mangas / Red Eyes Sword – Tome 9

Publicité

Red Eyes Sword - Tome 9

Red Eyes Sword – Tome 9

Red Eyes Sword – Tome 9 Éditeur : Kurokawa
Titre original : Akame ga Kill!
Dessin : Tetsuya TASHIRO
Scénario : TAKAHIRO
Traduction : Frédéric MALET
Prix : 7.65 €
Nombre de pages : 272
Date de parution : 12/05/2016

Mine commence à prendre conscience de ses sentiments pour Tatsumi, tandis que Najenda est prête à se battre au risque de sa vie. Afin de mettre à exécution son plan d’assassinat de Bolic, le Night Raid pénètre dans la grande cathédrale de Kyoroku ou Esdeath les attend de pied ferme !!

Chronique de tomes précédents de Red Eyes Sword : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4, Tome 5
Chronique de Red Eyes Sword Zero : Tome 1

Il n’y a rien à faire, les grands méchants de Red Eyes Sword volent sans difficulté aucune la vedette aux héros et ce n’est pas ce neuvième tome qui nous fera dire le contraire. Il prend aux tripes et tient en haleine le lecteur jusqu’au bout.

L’affrontement tant attendu avec Esdeath est enfin arrivé… ou presque. La mission du Night Raid est d’éliminer Bolic afin de définitivement lancer la révolution qui mettra l’Empire à genoux.
Cependant, cette fois-ci la cible est protégée par Esdeath en personne accompagnée des Jäger et les jeunes rebelles sont loin d’être prêts à l’affronter. Najenda elle-même reconnaît qu’elle n’est pas assez forte pour l’abattre. Profitant d’un instant de calme avant la tempête, la chef de la troupe d’assassins décide de leur raconter son passé aux côtés de la générale froide comme la glace.

Ce volume est encore riche en rebondissements divers et variés et TAKAHIRO s’en donne à cœur joie pour nous montrer une énième fois la cruauté et le sadisme d’Esdeath. C’est à se demander comment elle peut réussir à éprouver un sentiment d’amour envers Takumi, chose totalement incompréhensible quand on la voit agir. Elle pousse le Night Raid pratiquement dans ses derniers retranchements et prend plaisir à les faire souffrir de la pire façon qui soit.

Les combats sont sublimés par le talent certain de Tetsuya TASHIRO. On aurait presque le sentiment d’assister à une sorte de danse (macabre par moments) magnifiquement chorégraphiée entre les différents combattants. La mise en scène et les angles de vue choisis font mouche à chaque fois et sont d’une justesse incontestable.

Le travail éditorial de Kurokawa est également à mettre dans le haut du panier, notamment sur les couvertures où l’on peut remercier Fabien VAUTRIN pour le joli travail effectuée. En comparant les deux versions (illustration un peu plus bas), on se rend compte que la couverture japonaise possède un impact visuel amoindri, la faute au titre un peu trop mis en avant.

Histoire d’avoir un ton un peu plus léger, on peut retrouver sous la jaquette un petit cross-over entre les personnages de Red Eyes Sword et ceux de Tsukiyoda Sadame no Sekai no Sukuikata (manga de Haku SHIGA et Ryû USUI publié dans le Gangan Comic Joker inédit en France). Même s’il n’apporte pas de gros plus à proprement parler, il permet de relâcher un peu la pression.

Red Eyes Sword - Tome 9 Akame Ga Kill Tome 9

Chronique de tomes précédents de Red Eyes Sword : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4, Tome 5 Chronique de Red Eyes Sword Zero : Tome 1 Il n'y a rien à faire, les grands méchants de Red Eyes Sword volent sans difficulté aucune la vedette aux héros et ce n'est pas ce neuvième tome qui nous fera dire le contraire. Il prend aux tripes et tient en haleine le lecteur jusqu'au bout. L'affrontement tant attendu avec Esdeath est enfin arrivé... ou presque. La mission du Night Raid est d'éliminer Bolic afin de définitivement lancer la révolution qui mettra l'Empire à genoux. Cependant, cette fois-ci…

Esdeath

Graphisme - 81%
Histoire - 69%
Mise en scène - 65%
Originalité - 59%
Edition - 73%
Dans son genre - 75%

70%

Sadisme

Le face à face entre les Jäger et le Night Raid n'en finit plus. Les deux équipes semblent toutes deux bien affaiblies et pourtant, la générale Esdeath parvient à démontrer, une fois de plus, sa suprématie. Quelqu'un arrivera-t-il un jour à la détrôner ?




A propos de Yukionna

Yukionna
Comme dit l'adage, je suis tombée dedans quand j'étais petite en regardant avec assiduité Card Captor Sakura quand ça passait sur une certaine chaîne hertzienne. Fan des Clamp devant l'Éternel, je voue un culte sans modération aux œuvres de Type-Moon et Shaft.

Laisser un commentaire

banner